samedi 27 novembre 2021

Améliorer l’impact du résumé sur l’apprentissage par la méthode Cornell

Faire un résumé pour étudier ses notes de cours et le revoir jusqu’à le connaitre est une méthode d’apprentissage courante chez les élèves. Malheureusement, la recherche en sciences cognitives montre que cette approche pour n’est pas optimale pour développer des apprentissages. Plutôt que de la proscrire, une manière d’augmenter son impact est de coupler le résumé et la méthode Cornell.

(Photographie : Richard Benson)




La méthode Cornell est une technique éprouvée de prise de notes. Elle est fonctionnelle et efficace pour la prise de note lors d’un cours et pour le traitement et l’apprentissage des informations qui en découlent. Elle peut l’être tout autant dans la préparation de résumés ou de synthèses au départ de notes écrites ou du contenu d’un manuel.





Améliorer le concept de résumé


À l’approche des examens, de nombreux élèves du secondaire se lancent dans la préparation de synthèses et résumés. Il existe une valorisation du format, autant célébré par les parents que les enseignants ou les camarades de classe.

Pourtant, le fait de ne faire que des résumés a souvent (trop) peu d’effet. En effet, si la démarche permet une meilleure compréhension des contenus, elle est assez peu liée à un apprentissage.



Il est courant de constater que des élèves pensent avoir appris lorsqu’ils ont rédigé un résumé et qu’ils l’ont relu plusieurs fois. Rien n’est moins vrai, le véritable apprentissage commence après.

La question se pose par conséquent d’essayer de rendre la rédaction et l’usage d’un résumé plus utile. La piste la plus évidente est celle de l’élaboration.



La méthode Cornell (du nom de l’université de Cornell — Ithaca, New York) est un exemple de méthode efficace de prise de note utilisable également pour la pratique du résumé. Nous l’avons précédemment abordé en tant que système couramment utilisé pour prendre des notes et y revenir. Cependant, elle se prête également bien à la réalisation d’un résumé qui peut aider les élèves à mieux organiser leurs notes. Sa conception et son organisation favorisent l’élaboration. Elle favorise l’implication active des élèves dans l’acquisition de connaissances en tant que stratégie d’apprentissage. 

La méthode est basée sur une mise en page spécifique, composée de trois sections et d’un plan spécifique par étapes.




Processus


L’élève commence par inscrire le nom du cours, la date et le sujet du résumé en haut de la page.





Étape 1


Au fur et à mesure que l’élève relit ses feuilles, les documents du cours ou le manuel sur un thème particulier, il prend des notes synthétiques dans la colonne de droite. Il est important de ne pas tout écrire littéralement. C’est un résumé avant tout.

Les informations doivent être structurées, hiérarchisées, reliées. Des images, des abréviations, des énumérations peuvent être intégrées, une carte conceptuelle peut être créée. L’idée est de rendre les informations plus mémorables et plus explicites que dans leur support d’origine. 

L’idée est également de réunir, compléter et regrouper dans un même espace des notes synthétiques provenant de diverses sources, manuscrites, imprimées, orales ou électroniques.

En associant une image à un concept abstrait, nous bénéficions du principe du double codage. Selon ce principe, nous nous souvenons mieux lorsque le mot est associé à une image que lorsqu’il est présenté seul. 

Nous pouvons également intégrer des exemples concrets qui clarifient un concept et permettent de mieux saisir et retenir la complexité des concepts abstraits.

Pour être pleinement efficace, ce processus a intérêt à être réalisé peu de temps après un cours tandis que les informations sont encore fraiches en mémoire. Il demande une certaine flexibilité pour coller à nos connaissances antérieures, fonctionner à l’économie et paver le chemin vers un apprentissage en profondeur.

Un résumé diffère d’une matière à l’autre et d’un élève à l’autre. Ce qu’il faut comprendre également est que ce processus inclut une part importante de personnalisation. Nous devons répondre à la fois aux exigences des enseignants pour leur matière et à l’état de nos connaissances préalables dans le domaine considéré.

La conséquence est qu’un résumé Cornell sera moins diffusable et échangeable qu’un résumé traditionnel, car il inclura une part plus importante de personnalisation.




Étape 2


L’étape 2 gagne à être réalisée immédiatement à la clôture de l’étape 1. Nous remplissons la colonne de gauche après avoir relu attentivement nos notes. 

Dans cette colonne, nous noterons les questions ou les mots clés qui se rapportent au résumé de l’étape 1. 

Noter les questions et les mots clés va nous aider à clarifier nos idées, à mieux percevoir, ce qui permet de renforcer et d’approfondir également notre mémoire.




Étape 3


L’étape 3 consiste à prendre une feuille de papier annexe et couvrir avec celle-ci la colonne de droite contenant les éléments du résumé de l’étape 1. De cette manière, nous pouvons voir la colonne de gauche avec les mots clés et les questions inscrits lors de l’étape 2.

Nous parcourons les questions et formulons dans nos propres mots (à voix haute ou par écrit) les réponses, les schémas, les idées ou les concepts en lien. De cette manière, nous procédons à une pratique de récupération et à de l’élaboration par auto-explication.

Ensuite, nous retirons la feuille pour vérifier nos réponses. En cas d’erreur ou d’incomplétude, nous recommençons le processus à la manière de flashcards. C’est-à-dire que nous cachons à nouveau l’information et que nous essayons de récupérer les informations jusqu’à y arriver pleinement et sans hésitation.

Il est important d’avoir fixé à ce titre les bons concepts et les bonnes idées pleinement en tête dès le premier apprentissage. Une amélioration intéressante est de ne pas récupérer les informations toujours dans le même ordre. De cette manière, nous évitons de donner trop d’importance à des indices contextuels (par exemple le fait de se rappeler d’une information simplement, car elle est écrite après une autre).

Cette pratique de récupération active accompagnée d’élaboration nous permet de mieux réactiver les informations stockées dans notre mémoire à long terme et de nous en souvenir plus facilement la prochaine fois dont nous en aurons besoin. Elle permet de renforcer le stockage des informations et d’induire une reconsolidation.




Étape 4


En bas de la feuille, nous traçons une ligne horizontale. Sous celle-ci, nous écrivons un résumé court et synthétique de quelques phrases dans nos propres mots sur le contenu de la feuille. Il resitue le contenu de la feuille face à l’ensemble de la matière.

Cette forme de synthèse nous permet de prendre le recul et de faire des liens entre ce segment de matière et l’ensemble à maîtriser. En résumant et en étudiant, nous risquons en effet de perdre une vue globale de l’ensemble des contenus à étudier. Ce résumé aidera également à étudier plus efficacement la matière de l’examen dans son ensemble. 




Étape 5


Une fois le résumé Cornell réalisé et étudié une première fois, l’oubli va entrer en action. C’est un processus nécessaire. L’association de l’oubli, de la récupération et de la rétroaction permet d’ajuster les apprentissages et de les reconsolider, enrichit la complexité et améliore l’adéquation des schémas construits en mémoire à long terme.  

Pour cette raison, il est préférable de répéter régulièrement les étapes 3 et 4. Ces répétitions rapides, courtes et fréquentes nous permettent de mieux comprendre et mémoriser durablement les contenus d’apprentissage.  




Mise en œuvre par l’enseignant


Pour amener nos élèves à appréhender, tester puis adopter cette approche, nous devons leur montrer quelques exemples de résumés élaborés. Nous leur modélisons le processus. Nous leur démontrons l’intérêt et le leur donnons ensuite l’occasion de pratiquer cette technique comme exercice avec rétroaction, dans le cadre d’une évaluation à venir.

Le fait qu’ils apprennent à maîtriser cette technique avec nous et en remarquent l’efficacité favorisera son adoption comme pratique d’apprentissage autonome.




Bibliographie


Kristel Vanhoyweghen, Een samenvatting die je helpt om beter te leren en te onthouden? Gebruik de Cornellmethode., 2020 https://excel.thomasmore.be/2020/04/samenvatten-met-de-cornellmethode-zorgt-voor-extra-leerwinst/

0 comments:

Enregistrer un commentaire