samedi 5 décembre 2020

Méthodes d’apprentissage : prise de notes additionnelles et stratégie de lecture-récitation-révision

Mark A. McDaniel et ses collègues (2009) rendent compte dans un article de recherches réalisées avec des étudiants universitaires sur l’efficacité d’une stratégie qu’ils appellent stratégies des 3 R (pour read-recite-review). Nous la traduirons ici en stratégie de lecture-récitation-révision. Elle porte sur un apprentissage à réaliser à partir de supports écrits.


(Photographie : Anna Paola Guerra)

Ils ont comparé cette stratégie de lecture-récitation-révision à deux autres approches communes :

  1. Une stratégie d’étude par relecture
  2. Une stratégie d’étude par prise de notes

Pour une discussion sur la pratique de la relecture : 



La prise de notes additionnelles


La prise de notes additionnelles est une stratégie d’étude couramment utilisée. À la lecture de supports explicatifs, les élèves prennent note sur le côté d’éléments clés pour faciliter une étude et une éventuelle relecture ultérieure. 

La prise de note est considérée comme étant une stratégie d’apprentissage générative face à la simple relecture. Son efficacité a été démontrée. Son point fort est qu’elle induit un traitement génératif, de l’élaboration. Elle est constructive. L’élève repère activement les éléments importants, les reformule, met en évidence la structure et rend explicites les liens parfois implicites entre les divers éléments. 

Dans leurs recherches, Mark A. McDaniel (et coll. 2009) ont mis en évidence que la prise de notes peut produire des améliorations similaires à la stratégie de lecture-récitation-révision sur les éléments d’inférence par rapport à la simple relecture. Cela renforce l’hypothèse selon laquelle la prise de notes additionnelles est une activité d’étude générative à promouvoir.

La prise de notes additionnelles semble généralement efficace pour l’apprentissage et la rétention et constitue une amélioration notable d’une simple relecture ou d’une simple mise en évidence au marqueur fluorescent des éléments importants. 

Mark A. McDaniel et ses collègues (2009) suggèrent toutefois de l’associer à une stratégie de lecture-récitation-révision de manière à améliorer le rendement d’apprentissage.



La stratégie de lecture-récitation-révision 


Lorsqu’il s’engage dans une stratégie de lecture-récitation-révision :

  • Lecture :
    • Dans une première phase, l’élève commence par lire le texte ou plus précisément un terme ou un concept ou un processus qu’il doit mémoriser.
    • L’établissement de sa compréhension initiale peut nécessiter une relecture ou générer des notes additionnelles. 
    • L’idée est qu’à ce stade l’élève acquiert une bonne compréhension approfondie des contenus. Il a établi une forme de performance à court terme et labile sur l’élément qu’il veut apprendre.
  • Récitation
    • L’élève met le support de cours et ses notes additionnelles de côté
    • Il tente de réciter ce dont il se souvient, à voix haute, par écrit ou mentalement.
    • Il s’agit d’un processus de récupération en mémoire à long terme qui se traduit par une forme d’auto-explication et d’élaboration 
  • Révision :
    • L’élève retourne vers le support de cours et ses notes additionnelles pour vérifier sa réponse et la compléter.
    • Il repère les parties non mémorisées ou erronées et les étudie à nouveau.
    • Il s’agit d’un processus d’autorégulation qui se base sur un retour d’information formatif. 

Comme l’écrivent, Mark A. McDaniel et ses collègues (2009), un ensemble de travaux empiriques suggère que la phase de récitation de la stratégie de lecture-récitation-révision produit de solides avantages mnémoniques. Ceux-ci dépassent ceux générés par une étude complémentaire. 



Liens avec la méthode SQ3R


La stratégie de lecture-récitation-révision est une version tronquée de la méthode SQ3R (enquête, question, lecture, récitation, révision) de Robinson (1941), qui comprenait également des processus de préfecture conçus pour aider les lecteurs à comprendre le texte. 

Les recherches sur la méthode SQ3R complète ont été rares. En général, les quelques études de SQ3R ont utilisé des procédures d’entrainement approfondies et ont donné des résultats mitigés.

L’avantage de la stratégie de lecture-récitation-révision est qu’elle est plus facile à enseigner et à adopter que la méthode SQ3R complète. Son application est moins difficile.




Forces et avantages de la stratégie de lecture-récitation-révision


Une force de la stratégie de lecture-récitation-révision est qu’il s’agit d’une activité qui peut être appliquée de manière autonome dans différents contextes d’apprentissage :

  • Formels : 
    • Les enseignants peuvent informer leurs élèves à la stratégie de lecture-récitation-révision, en soulignant que l’efficacité de l’approche typique de la relecture pour étudier pourrait être grandement améliorée en récitant avant la relecture. 
    • De même, la stratégie de lecture-récitation-révision est susceptible de compléter l’approche de la prise de notes additionnelles en augmentant son efficacité.
  • Informels : 
    • La stratégie de lecture-récitation-révision peut être contrôlée par l’élève et assure un engagement cognitif. 
    • Les élèves pourraient être encouragés à appliquer la méthode pour se souvenir des informations contenues dans leurs notes ou supports de cours comme forme de préparation à une évaluation.
    • Les élèves peuvent la mettre en œuvre sans réserver de temps pour étudier, à tout moment, dès qu’ils ont un support de cours à lire sous la main.
    • La stratégie de lecture-récitation-révision peut se distribuer dans le temps sous une forme d’étude répétée. Les phases de récitation et de révision peuvent être répétées à intervalles croissants, la phase de lecture n’ayant lieu qu’une première fois au démarrage des processus. La stratégie de lecture-récitation-révision peut être complémentaire à l’usage de flashcards. Elle a l’avantage d’être directement productive.  

Lors de la lecture d’un texte, la stratégie de lecture-récitation-révision présente des avantages conséquents par rapport à une simple relecture du matériel d’étude ou par rapport à une relecture accompagnée de prises de notes. Elle stimule les capacités de métacognition et l’autonomie de l’élève.

La stratégie de lecture-récitation-révision capitalise sur les avantages conjoints de l’effet de test et de la rétroaction :

  • La récupération des connaissances en mémoire à long terme renforce leur trace mémorielle. Elle entraine un apprentissage génératif.
  • La rétroaction reçue permet de cibler efficacement la relecture ultérieure. Cette nouvelle lecture fournit un retour d’information formatif immédiat et bénéfique. 

Cet avantage se manifeste à la fois sur des contenus d’apprentissage courts et plus long, simples et plus complexes et à la fois pour des tests immédiats et différés.

La stratégie de lecture-récitation-révision présente des avantages conséquents par rapport à une simple relecture du matériel d’étude, accompagnée ou non d’une prise de notes additionnelles. 




Bibliographie


McDaniel, M. A., Howard, D. C., & Einstein, G. O. (2009). The Read-Recite-Review study strategy: Effective and portable. Psychological Science, 20(4), 516–522.

Robinson, F. P. (1941). Effective study. New York: Harper and Row, Publishers.

0 comments:

Enregistrer un commentaire