samedi 14 avril 2018

Comment la pensée de groupe peut être un écueil à l'efficacité?


La pensée de groupe est un phénomène de pseudo-consensus survenant parfois lorsqu'un groupe se réunit pour penser et prendre une décision : le groupe se donne l'illusion de penser un problème et de parvenir à une décision bonne, alors qu'en réalité il s’agit d’une mauvaise décision ou d’une décision irrationnelle.

(photographie : Alida Gyory)

Le paradoxe est que tous ou une partie des individus du groupe auraient à titre personnel ou individuel pris une toute autre décision.

Lorsqu’aucun des individus n’aurait pris la décision, ce qui est un cas extrême, on parle de complexe d’Abilene. La décision collective prise peut alors ne satisfaire personne car elle ne résulte pas d'une réelle prise en compte ni d'une concertation à propos des différents besoins de chaque individu.

La pensée individuelle et collective est paralysée par des mécanismes nocifs de dynamique de groupe :

1.     Les membres du groupe ont tendance à rechercher prioritairement une forme d'accord global plutôt qu'à appréhender de manière réaliste la situation. Ils accordent plus d'importance au maintien de la cohésion du groupe qu'à l'évaluation des faits du problème.
2.     Les groupes limitent la liste des solutions possibles à quelques-unes seulement, et ils passent relativement peu de temps à envisager des solutions de rechange une fois que la tête du groupe semble pencher en faveur d'une solution particulière.
3.     Les membres du groupe peuvent complètement ignorer l'information qui remet en question l'élaboration d'un consensus.
4.     Une partie du groupe estime erronément que ses propres préférences sont contrées par le groupe et donc estime inutile d’exprimer des objections.
5.     Chaque membre du groupe essaye de conformer son opinion à ce qu'il croit être le consensus du groupe, en vue d'aboutir à un accord global, en évacuant plus ou moins fortement certaines questions pourtant légitimes : « Est-ce bien réaliste ? », « Est-ce bien ce que je souhaite vraiment ? ».
6.     Les membres du groupe ont également tendance à avoir des opinions stéréotypées sur ceux qui ne sont pas d'accord avec les opinions du groupe, ce qui amène les membres à penser que ceux qui s'opposent au groupe n'ont pas d'opinions valables. Ils exercent des pressions sur les membres individuels pour qu'ils se conforment à l'opinion du groupe, empêchent ceux qui ne sont pas d'accord de s'exprimer
7.     Chaque membre du groupe se rassure en se persuadant que l'on est arrivé à une « sorte de compromis », pour lequel « tout le monde » a dû faire un effort et consentir des « concessions ».
8.     Elle est alimentée par l’excès de confiance : Les membres du groupe peuvent en venir à penser que le groupe ne peut pas faire de mal, qu'il est moralement correct et qu'il réussira toujours, créant l'illusion de l'invulnérabilité.
9.     Elle est renforcée par une polarisation du groupe qui peut pousser à des prises de positions collectives plus extrêmes que celles des individus formant le groupe pris isolément.
  
Comment éviter le phénomène de pensée de groupe ?

1.     Le leader d’un groupe accueille diverses opinions de mêmes que les critiques argumentées sans censure.
2.     Il pousse au débat ouvert et efforce les membres du groupe à identifier les problèmes possibles en jouant à l'avocat du diable.
3.     La présence de groupes diversifiés favorise souvent des solutions créatives et supérieures. Bien que nous pensions habituellement à la conformité en termes de nos relations individuelles avec les autres, dans certains cas, les pressions de conformité dans les groupes peuvent avoir des effets désastreux avec des conséquences à long terme.
4.     Solliciter l'opinion de personnes extérieures au groupe.
5.     Tout vote devrait se faire par scrutin secret plutôt que par vote à main levée.
6.     Rendre responsable chaque membre du groupe des décisions prises par le groupe.

Malgré les dangers de la pensée de groupe, deux têtes valent souvent mieux qu'une. Aucun d'entre nous n'est aussi intelligent que nous tous.


Bibliographie:
Ashman,G - Ouroboros (2016)
Ciccarelli, Saundra K . & White, Noland J. – Psychology (5th edition) (2018)
Feldman, Robert S – Essentials of Understanding Psychology (2015)
Myers David G. & Dewall Nathan - Psychology (11th edition) (2015)

0 comments:

Enregistrer un commentaire