dimanche 7 juillet 2024

Gérer la relation aux parents dans un cadre scolaire

L’enseignant dans ses actions vise à apporter un soutien à ses élèves en fonction de leurs besoins. La communication avec les parents est l’occasion de collaborer avec ces derniers à la réussite et à l’épanouissement scolaires de leurs enfants.

(Photographie : Mikhail Zagruev)



Le devoir de vigilance face aux élèves


La sécurité et le bien-être des enfants sont la responsabilité de chacun. Des situations problématiques ou des difficultés d’apprentissage ou de comportement concernant des élèves peuvent se produire. La prise de conscience de leur réalité peut émerger dans un contexte scolaire.

À ce moment-là, chacun a un rôle à jouer. L’échange d’informations entre professionnels est essentiel. Souvent, des interventions trop tardives peuvent être liées à des déficiences de communication ou à l’absence de partage d’informations, qui font que certaines actions nécessaires ne sont pas menées.

Nous devons être vigilants et déterminer quels élèves de nos classes appartiennent à des catégories plus vulnérables. Cela inclut les enfants atteints de troubles spécifiques du développement liés aux apprentissages ou au comportement, ou les enfants déjà suivis par des services sociaux. Il est utile de récolter les informations partagées en école sur ces élèves. Ces démarches proactives nous permettront non seulement de les aider, mais aussi d’être plus vigilants quant à la qualité de leurs expériences.

En tant qu’enseignants, nous jouons un rôle clé dans la création d’une culture de la protection des élèves plus fragile au sein de notre école. Nous devons leur offrir un soutien lorsqu’ils rencontrent des difficultés d’apprentissage afin de leur permettre de maintenir leur engagement.

Nous devons être vigilants et intervenir lorsque des comportements inappropriés se manifestent, à l’intérieur et à l’extérieur des classes. Il ne peut y avoir de normalisation des commentaires offensants ou de moqueries qui sont susceptibles de rendre leur présence en classe désagréable pour certains élèves. Nous devons lutter contre ces comportements afin de maintenir des relations de confiance.

Par rapport aux difficultés rencontrées concernant un élève, un élément important à respecter est que nous ne pouvons jamais leur promettre la confidentialité. Leur épanouissement est en jeu dans un cadre scolaire.

Dès lors, nous ne devons pas craindre que le fait de partager des informations puisse nuire à notre relation avec l’élève ou l’empêcher de signaler à nouveau quelque chose. Le bien-être et l’épanouissement des élèves sont primordiaux dans un cadre scolaire. Dans chaque situation ou temps d’échange, nous devons lui dire que nous avons potentiellement le devoir de partager certaines informations qu’il pourrait donner pour assurer sa sécurité, son bien-être et son épanouissement. Certaines informations peuvent être préoccupantes pour son bien-être ou sa réussite scolaire. Il est important de savoir avec qui les partager dans la hiérarchie de l’école et parfois de passer la main. Il est également nécessaire de déterminer quand la mise en place de soutiens spécifiques s’impose.



Différents temps de contacts avec les parents


Dans un cadre scolaire, l’engagement des parents est généralement un facteur important pour soutenir les progrès des élèves.

Les enseignants peuvent se retrouver en contact et en dialogue avec les parents par le biais de plusieurs canaux de communication différents : 
  • Des appels téléphoniques
  • Des réunions individuelles organisées à l’échelle de l’école
  • Des temps de rencontre à l’école à l’initiative des enseignants ou des parents eux-mêmes.
  • Des échanges écrits ou par email, ou par un système de communication en ligne adopté par l’école.
  • Des réunions de présentation générale en école dédiées aux parents.
Chacun de ces canaux de communication donne aux enseignants l’occasion de partager avec les parents les réussites et succès de leur enfant. De même, il donne l’opportunité de communiquer des points spécifiques à améliorer dans le contexte de leur cours. 

Dans tous les cas, ces temps d’échange peuvent être précieux pour susciter l’engagement des parents et guider le soutien qu’ils apportent à leurs enfants.



Importance de la prévention et de la proactivité dans les contacts avec les parents


Un premier principe important est qu’en cas de difficulté au niveau des apprentissages ou du comportement, il ne faut pas attendre les temps de rencontre officiels entre enseignants et parents plusieurs semaines plus tard. Il est utile de communiquer dans les temps l’information pour susciter une réaction ou un échange. En général, il est toujours utile d’être proactif dans la communication aux parents. 

Si nous attendons cette première rencontre officielle pour le faire, alors que la situation s’est aggravée et qu’elle devient plus complexe à résoudre, nous risquons d’avoir une conversation contre-productive, voire tendue. Nous devons préventivement utiliser différentes formes de communication tout au long de l’année scolaire pour élaborer et mettre en œuvre des stratégies en collaboration.

Un deuxième principe est que nous ne devons pas uniquement compter sur notre mémoire pour nous souvenir de ce qui concerne chacun de nos élèves. C’est d’autant plus le cas que les rencontres et les interactions avec les parents se déroulent généralement accompagnées de la fatigue de la journée d’enseignement qui précède.

Nous devons nous préparer au préalable et nous assurer de récolter toutes les informations utiles et d’en disposer sous la main. En effet, toute confusion ou impréparation sera mal ressentie par des parents que nous voulons pourtant mettre en confiance. Il est important quand nous rencontrons des parents de montrer que nous connaissons personnellement l’élève.

Préparer les informations clés sur nos élèves à partager avec leurs parents est une preuve de professionnalisme. Cela nous met en confiance et rassure les parents. De plus, nous gagnons à avoir préparé les points clés que nous souhaitons partager avec les parents au sujet de leur enfant et anticipé leurs réactions.

Un troisième principe consiste à prendre quelques précautions :
  • En début d’année scolaire et en situation d’absence d’horaire fixe pour la réunion, il est utile de garder sous la main les photos d’élèves. Il s’agit d’être certains de bien les identifier s’ils accompagnent leurs parents ou d’identifier de quel élève il s’agit si les parents se présentent seuls. 
  • Lorsque nous avons différents parents à rencontrer, nous devons nous assurer également de bien respecter le temps imparti en indiquant dès le début d’un temps de rencontre quelle sera la durée de cet entretien.



Utiliser le modèle GROW pour les entretiens avec les parents


Le modèle GROW est un processus simple de fixation d’objectifs et de résolution de problèmes dans le cadre du coaching. Le modèle GROW est le prototype des modèles de mentorat et de coaching.

Il existe un certain nombre de versions différentes du modèle GROW, voici une interprétation dans le cas qui nous concerne : 
  • G (goal) : L’objectif est là où nous voulons arriver pour l’élève dans nos échanges avec les parents. L’objectif doit être défini de manière à ce que les parents sachent clairement quand il l’a atteint.
  • R (réalité) : C’est la situation actuelle dans laquelle se trouve actuellement l’élève. Quels sont les problèmes, la situation de départ et quelle est la distance qui nous sépare de l’objectif ?
  • O (obstacles) : Certains obstacles peuvent empêcher l’élève de progresser de la situation dans laquelle il se trouve l’endroit où il se trouve actuellement vers celle où nous voulons qu’il se trouve. S’il n’y avait pas d’obstacles, le client aurait déjà atteint son objectif.
  • O (option) : Une fois les obstacles identifiés, nous devons déterminer avec les parents et l’élève les moyens de surmonter les options pour progresser vers l’objectif. Les options doivent ensuite être converties en étapes d’action qui permettront à l’élève, soutenu par ses parents et l’enseignant, d’atteindre son objectif. Il s’agit de la voie à suivre.
  • W (when/quand et will/volonté) : Quand faut-il agir? Quelle volonté d’y arriver doit être manifestée ? Quelle est la voie à suivre ?

La simplicité du modèle fait que ce modèle peut être appliqué à un grand nombre de situations et peut inclure une variété de compétences et de connaissances à chaque étape. Le questionnement du coach est important dans la démarche. 

Le modèle GROW met clairement en évidence la nature d’un problème à des fins de coaching. Les deux éléments essentiels sont l’objectif et les obstacles. L’utilisation de GROW permet de décomposer automatiquement un problème en ces éléments.

Le modèle GROW promeut l’auto-efficacité, en tant que moteur de l’apprentissage et de l’optimisation des résultats. il vise à soutenir chez l’élève des comportements qui produisent des performances spécifiques sous son propre contrôle, sur la motivation et sur l’environnement social.

Pour préparer l’entretien avec les parents, le modèle GROW permet d’axer la conversation sur la communication aux parents de ce que leur enfant doit faire pour s’améliorer.
  • Goal (objectif) : 
    • Nous décrivons et partageons des exemples à propos de l’engagement de l’élève dans notre matière de manière factuelle.
    • Nous relevons ce qui fonctionne bien et nous identifions un domaine spécifique qui lui permettrait de progresser.
  • Réalité : 
    • Quels sont les obstacles qui empêchent l’enfant d’atteindre cet objectif ? 
    • Par exemple, nous discutons du comportement en matière d’apprentissage, l’achèvement des devoirs, de la préparation aux évaluations ou des lacunes en matière de connaissances.
  • Obstacles/options : 
    • Nous décrivons ce que leur enfant doit faire pour surmonter les obstacles que vous avez évoqués ci-dessus.
  • Voie à suivre : 
    • Nous fixons en accord avec les parents des objectifs pour les semaines à venir et nous fournissons aux parents les outils nécessaires pour aider leur enfant à les atteindre à la maison.



Contacter ou rencontrer les parents préventivement


Dans la plupart des cas, les parents sont le facteur le plus influent dans la vie de nos élèves. En cas de nécessité, il est utile d’établir et d’activer tôt une relation avec les parents afin qu’ils puissent nous aider à soutenir leur enfant.

La plupart des parents, la majorité se soucie beaucoup plus de leur enfant que nous ne le ferons jamais. Notre communication doit s’inscrire dans le respect de cette relation entre les enfants et leurs parents.

La plupart des élèves sont façonnés par leurs parents. Les parents sont sans doute l’influence la plus importante dans la vie d’un élève. Dans la plupart des cas, les parents veulent le meilleur pour leur enfant. Par conséquent, la création d’une coopération avec les parents devrait être une mesure permettant d’atténuer un comportement indésirable de l’élève ou d’y remédier.

Toutefois, les parents de certains élèves les soutiendront par un attachement aveugle et unilatéral. Une faible minorité de parents ne soutiendra pas l’école en raison, à tort ou à raison, d’un manque de confiance dans l’éducation. De mauvaises expériences antérieures des parents, à l’époque où ils étaient élèves, peuvent les amener à se méfier du système éducatif. Un nombre encore plus restreint de parents ont des attentes irréalistes à l’égard des enseignants et des écoles. Dans des cas rares, des parents peuvent maltraiter physiquement ou émotionnellement leurs enfants. Ces situations sont possibles. 

Lorsque les enseignants font face à un nombre important d’enfants répartis dans plusieurs classes, il est important de cibler les parents des élèves avec lesquels ils sont plus susceptibles d’avoir des échanges à l’avenir. 

Dans l’établissement de relations avec les parents, un point essentiel est de désamorcer leurs inquiétudes vis-à-vis de l’école. Tout ce que nous pouvons faire pour rassurer les parents et atténuer leurs craintes à l’égard de l’éducation ne peut qu’augmenter vos chances d’obtenir leur soutien. 

Idéalement, il faut pouvoir rencontrer ces parents tôt dans l’année et ne pas attendre que le comportement ou la situation scolaire de leur enfant soit réellement problématique pour les contacter. Si un bon contact a été établi préalablement à l’apparition de difficultés manifeste, nous contribuerons à changer la perception selon laquelle l’école ne contacte la maison que lorsqu’il y a un problème de comportement. Les parents seront plus ouverts à une coopération en cas de survenue ultérieure de difficultés liées au comportement. Dès lors, dès que des symptômes avant-coureurs se manifestent, il est utile de la signaler aux parents.



Préparer une rencontre ou un échange avec les parents d’un élève


Avant une rencontre ou un appel téléphonique passé aux parents, il est utile de rédiger un script. Par ce biais, nous améliorons la clarté de votre communication. Nous réduisons le risque que nos émotions ou celles des parents orientent la conversation et la détournent de ses intentions premières.

Dans le cas d’un appel téléphonique, il faut également préparer la situation où nous devons laisser un message vocal aux parents. Nous expliquons que nous souhaitons pouvoir leur parler et nous proposons un moment opportun pour nous rappeler, ou pour réessayer de le faire.

Dans le cadre d’un appel téléphonique, il s’agit également lorsqu’ils décrochent de demander si le moment est opportun pour parler et le cas échéant postposer l’entretien.

Lorsque nous entrons en contact avec les parents, il s’agit de ne jamais commencer la conversation en parlant d’un comportement négatif. Nous devons essayer de parler de quelque chose de positif. Nous entamons la conversation en disant quelque chose de positif à propos de l’élève, de son apprentissage et de ses progrès dans votre matière. Nous leur montrons que nous connaissons leur enfant et sommes attachés à son épanouissement scolaire.

Lorsque nous abordons le problème de comportement, nous devons donner l’impression qu’il sort de l’ordinaire et ne démontre pas un comportement par défaut de leur enfant. La plupart des parents ne veulent pas avoir l’impression que leur enfant se comporte régulièrement mal ou ne peuvent pas le comprendre aisément si les faits ne correspondent pas à l’image qu’ils ont de leur enfant.

Nous demandons alors au parent de nous aider à remettre leur enfant sur la bonne voie. Nous montrons ainsi que nous nous soucions de l’apprentissage et du comportement de leur enfant. Cela indique également que nous souhaitons travailler avec eux, en première ligne, et avec leur enfant.



Bibliographie


Michael Chiles and David Goodwin, Year One Lighting the Path on Your First Year in Teaching, 2022, John Catt

0 comments:

Enregistrer un commentaire