dimanche 17 mai 2020

Comportements pédagogiques efficaces liés à un enseignement explicite

Comme l’écrivent Charles Alan Hughes et ses collègues (2019), au cœur de l’enseignement explicite on peut identifier un ensemble de comportements pédagogiques efficaces.

(Photographie : Evelyn Dragan)

Ceux-ci ont en commun d’apporter une clarté, un guidage et un étayage approprié aux élèves. L’enjeu est de faciliter à travers un enseignement explicite un apprentissage profond et durable.

Avec cet objectif en vue, l’enseignement explicite :

  1. Apporte le soutien nécessaire à un apprentissage réussi grâce à la limpidité et la précision du langage et au partage d’objectifs clairement définis.
  2. Respecte les principes de la théorie de la charge cognitive dans sa conception pédagogique et différents autres apports issus des sciences cognitives. 
  3. Favorise l’engagement actif des élèves en élicitant des réponses fréquentes et variées, en assurant une gestion de classe efficace et en instaurant des démarches d’évaluation formative. Celles-ci sont accompagnées d’une rétroaction appropriée et d’un renforcement positif.
  4. Assure la rétention à long terme des connaissances grâce à l’utilisation de stratégies efficaces mises en évidence par la science de l’apprentissage. Il s’agit de la pratique de récupération, de la pratique distribuée, de l’entremêlement, de l’interrogation élaborative, etc.

Voici les différents comportements pédagogiques identifiés :



Contenu


1. Axer l’enseignement sur le contenu critique : idées maitresses et concepts principaux.

2. Mettre en séquence les compétences de façon logique.

3. Décomposer les compétences et les stratégies complexes en unités d’enseignement plus petites.

L’enseignant sélectionne les compétences scolaires qui sont importantes. Ce sont celles qui sont et seront utilisées fréquemment, maintenant et à l’avenir, et sont des préalables à de nombreux apprentissages futurs. Il segmente les compétences et les stratégies d’enseignement complexes en différentes étapes. L’objectif est de ménager le goulot d’étranglement que constitue la charge cognitive pour les élèves, afin de leur permettre d’accéder progressivement et efficacement à la globalité de connaissances complexes.


Conception de l’enseignement


4. Concevoir des cours organisés et ciblés.

5. Commencer les cours par un énoncé clair des objectifs pédagogiques et des attentes.

C'est à ce moment-là qu'apparait ou peut être anticipée la question séculaire des élèves, "À quoi ça va me servir d'apprendre ça ?". L'enseignant explicite alors la pertinence de la compétence, des savoirs ou de la stratégie enseignée. En plus du pourquoi, cette conversation inclut souvent le où et le quand la nouvelle compétence est susceptible d'être utilisée.


6. Passer en revue et réactiver les compétences et les connaissances préalables avant de commencer l’enseignement.

Généralement, afin d'apprendre de nouveaux contenus, les élèves doivent maîtriser des contenus préalablement enseignés. Un cours peut rapidement s'effondrer si les étudiants ne se souviennent pas des compétences ou des informations préalables requises pour apprendre le nouveau contenu. De même celles-ci peuvent ne pas avoir été enseignées.
Les enseignants ne peuvent se contentent de supposer que leurs élèves connaissent les prérequis. Par conséquent, ils passent un certain temps à vérifier qu'ils les connaissent.


7. Faire des démonstrations étape par étape selon le principe du modelage.

Le rôle principal des élèves au cours de ce processus est de regarder et d'écouter, c'est-à-dire d'observer. 

8. Utiliser un langage clair, cohérent et concis, sans digression et sans imprécision ou flou.

Les 3 Cs de la modélisation sont la clarté, la concision et la cohérence du langage. 

La clarté du langage de l'enseignant : utiliser un vocabulaire que les élèves comprennent, minimiser la complexité grammaticale

La concision consiste à utiliser uniquement les mots nécessaires pour améliorer la compréhension. Les élèves doivent comprendre et se souvenir des éléments clés du modèle lorsqu'ils commencent à pratiquer. Une formulation excessive, redondante ou superflue les empêchera de retenir ce qu'ils ont appris. 

La cohérence se manifeste dans l'utilisation du vocabulaire clé pendant la modélisation. Elle peut réduire les risques de confusion. Les enseignants choisissent des mots de vocabulaire appropriés à leurs élèves et les utilisent de manière cohérente afin de réduire la confusion lors de l'apprentissage initial. 

Pour résumer, la formulation doit être brève, se concentrer sur les actions clés et être utilisée de manière cohérente. 


9. Fournir un éventail adéquat d’exemples et de contre-exemples.

L’enseignement explicite vise à apprendre comment utiliser une nouvelle compétence ou procédure à l’aide de multiples exemples. Mais il vise également à apprendre quand les appliquer - ou non. Les contre-exemples correspondent à l’apprentissage de cette discrimination. Cela nécessite l'utilisation d'exemples et de contre-exemples. Sans cette discrimination, les élèves ont souvent tendance à généraliser à l'excès l'utilisation de la compétence. Ils l’utilisent alors qu'ils ne devraient pas.
 
Un contre-exemple est similaire à un exemple, mais il manque un aspect ou un attribut essentiel de la règle ou du concept, ce qui empêche leur application. 


10. Offrir des occasions de pratique guidée et indépendante.

L’enseignant précise ce qui sera visé comme apprentissage lors du cours. Il l’introduit sous forme de défi dont le niveau de difficulté est approprié. Il précise leur importance et s’assure de leur connexion aux connaissances préalables.
L’enseignant présente des modèles clairs et des exemples de résolution. Il assure une pratique guidée avec une diminution progressive de l’étayage.

Lorsque les élèves font preuve d'un niveau élevé de précision dans leur performance (par exemple, 90 à 95 %), l’enseignant peut clôturer son enseignement. 

L’enseignant réalise un examen rapide du contenu couvert pendant le cours, généralement en posant des questions aux élèves. C'est souvent un bon moment pour fournir un renforcement positif au groupe sur ce qu'ils ont fait en tant qu'apprenants pendant le cours. 

Après cet examen, l'enseignant indique aux élèves ce qui sera couvert dans la prochaine phase et se replace dans un contexte plus global de l’ensemble de la matière. 

L’enseignant assigne alors la pratique indépendante.

 




Prestation de l’enseignement


11. Vérifier fréquemment la compréhension et l’engagement des élèves

L'implication des élèves les maintient engagés et permet à l'enseignant de savoir s'ils commencent à intérioriser la formulation et les processus utilisés pour réaliser la nouvelle compétence. 

12. Suivre de près les performances des étudiants

La pratique guidée se produit lorsque les élèves commencent à pratiquer le nouveau contenu avec l'aide de l'enseignant. L’étayage fourni par l’enseignant permet aux élèves de pratiquer la nouvelle compétence avec un niveau de réussite élevé, ce qui renforce leur confiance en eux. 
Lorsque les élèves réussissent, le niveau d'aide et de soutien est systématiquement réduit jusqu'à ce qu'ils effectuent la compétence sans aide. 

13. Fournir rapidement un retour d’information positif et correctif sans laisser le temps aux erreurs de se répéter.

14. Donner la leçon à un rythme soutenu en maximisant le temps d’enseignement.

15. Aider les étudiants à organiser leurs connaissances.

Au fur et à mesure de la progression du cours, l’enseignant maintient l’engagement des étudiants et leur attention sur les contenus critiques. Il offre de multiples possibilités de pratique et de répondre à des questions.

L’enseignant utilise le retour sur information sur la façon dont les élèves comprennent ce qui est enseigné. Celui-ci l’aide à procéder à des ajustements pédagogiques appropriés. 

Le fait d’exiger des réponses fréquentes permet également aux enseignants de donner un retour d’information correctif et positif en temps utile aux élèves



Pratique utile


16. Fournir une pratique autonome distribuée et cumulative.

Afin d’aider les étudiants à retenir, à se rappeler et à appliquer ce qu’ils ont appris, les enseignants conçoivent au fil du temps des activités pratiques de révision. Celles-ci amènent les élèves à récupérer, mobiliser et appliquer des connaissances vues précédemment afin d’assurer un apprentissage profond et durable.



Une synthèse pour l'enseignement secondaire



Mise à jour le 18/11/20

Bibliographie


Hughes, Charles & Riccomini, Paul & Morris, Jared. (2018). Use Explicit Instruction. 10.4324/9781315176093-20.

1 commentaire:

  1. Je suis convaincue de tout ce qui est écrit dans cet article, j'ai toujours essayé pendant 22 ans d'enseignement, de le mettre en place même s'il y a toujours quelque chose à améliorer à revoir...Maintenant responsable pédagogique , ma difficulté est la sensibilisation des enseignants pour les amener à varier et à modifier leur pratique. On me dit "il faut les former " mais on se retrouve dans le même cas de figure qu'avec des apprenants: leur redonner confiance , envie et motivation , leur apprendre à avoir une analyse réflexive sur ce qu'ils mettent en place...Et je dois l'avouer, pour certains je n'y arrive pas et même moins bien qu'avec mes apprentis que j'avais en cours quelquefois!
    Corinne

    RépondreSupprimer