mercredi 25 septembre 2019

Une checklist pour la vérification de la compréhension en enseignement explicite

L’adoption de certaines techniques d’enseignement efficace n’est pas forcément évidente de prime abord et nécessite à la fois une pratique délibérée et un processus itératif. 


(Photographie : Oleksandr Demianenko)

Certains aspects d’une pratique large et diversifiée peuvent sembler au départ contre-intuitifs. Ce n’est qu’à travers l’expérience sur le terrain qu’elles deviennent des évidences et s’enrichissent.

La question de la vérification de la compréhension a déjà été abordée longuement par divers articles sur ce blog, accessibles par cette page (lien). 

Il s’agit sans doute d’un des facteurs les plus essentiels de l’enseignement explicite, sans lequel il perd une grande partie de sa substance. La vérification de la compréhension qui promeut l’activité cognitive de l’élève, son engagement et sa motivation. Elle rend l’enseignement réactif et permet de concrétiser l’idée d’une évaluation pour apprendre dès le début de l’enseignement.

L’idée du document ci-dessous est de fournir à des enseignants qui souhaitent adopter la technique, un ensemble d’éléments clés qui en favorisent à la fois la pérennité, la fidélité la maitrise et le succès. En effet comme toutes les pratiques efficaces mises en évidence par la recherche, c’est une application sur le terrain qui en respecte la fidélité qui permette de générer des bénéfices. 

Toutes les transformations non conformes sont susceptibles de devenir des mutations létales pour son efficacité. Il convient donc de s’en prémunir.

Voici donc une proposition, encore en chantier, de checklist destinée à accompagner des enseignants dans l’acquisition de la vérification de la compréhension.

Elle se destine dans sa conception à des enseignants du secondaire et est susceptible d’être améliorée et permet une autoévaluation et une autorégulation.

L’enjeu est de l’utiliser dans le cadre d’une formation distribuée dans le temps. Nous devons imaginer que des enseignants ont suivi une formation en présence ou de manière asynchrone aux principes et à l’application de la vérification de la compréhension.

Pour préparer la rencontre suivante, ils remplissent le questionnaire suivant qui leur permettra de mieux situer leurs forces et les difficultés rencontrées. Le document sert de support de discussion pour l’évaluation, le partage et la rétroaction.



Items considérés :
  1. J’ai mis en place un système de tirage au sort pour interroger au hasard.
  2. Je laisse suffisamment de temps aux élèves pour réfléchir à la réponse avant de désigner quelqu’un.
  3. J’ai augmenté le nombre de questions que je pose.
  4. Je ne pose de questions par ce biais que sur ce que j’ai enseigné précédemment.
  5. Les élèves ont compris et apprécient le système.
  6. Je vois un changement positif au niveau de l’engagement et de l’attention des élèves.
  7. J’ai un système pour ne pas devoir imaginer les questions au fur et à mesure.
  8. Si un élève ne sait pas répondre, j’en interroge un autre avant de revenir vers lui, il ne peut esquiver. 
  9. Je m’assure que l’élève utilise le vocabulaire attendu, et prenne le temps de répondre sous forme de phrase(s) complète(s).
  10. J’ai échangé et collaboré avec mes collègues pour la mise en place de l’approche.
  11. Je m’en sers pour approfondir l’apprentissage de certaines notions d’un cours à l’autre.
  12. En cas d’erreur ou d’incompréhension, je m’assure de tout réexpliquer et qu’ils aient compris.
  13. Je me sers de la technique pour ralentir et accélérer mon cours en fonction des besoins.
  14. Je préviens les élèves qu’ils peuvent lever le doigt quand il s’agit de questions de dépassement*.
  15. Il s’agit d’une technique que je souhaite adopter durablement et qui est utile pour mes cours.
* : La question de dépassement ne porte pas sur un savoir ou savoir-faire qui a été enseigné. Elle est soit un prolongement de la matière en cours, porte sur des connaissances préalables non réactivées, ou se réfère à la culture générale ou à un intérêt personnel de certains élèves.

Le nombre d’items pourrait être enrichi très largement pour la vérification de la compréhension, car la pratique de la vérification de la compréhension est riche. Il y aurait peut-être lieu d’imaginer une seconde checklist à un niveau plus expert incluant l’usage de tableaux blancs, du taux de participation, des questions de rebonds, du dialogue formatif ou de la circulation en classe. 

Des checklists similaires pourraient être imaginées pour les devoirs, la pratique de récupération, le modelage, l’évaluation formative ou la pratique autonome.

Mise à jour le 16/04/21

0 comments:

Enregistrer un commentaire