jeudi 26 avril 2018

Laisser de côté toutes les suppositions sur les bienfaits potentiels des styles et profils d'apprentissage

Leurs défenseurs peuvent arguer que le manque de preuves scientifiques ne prouve pas définitivement que les styles et profils d’apprentissage n’existent pas. Toutefois, cela ne justifie pas que les enseignants consacrent du temps et de l’énergie à adopter une différenciation de l’enseignement en fonction des styles ou profils d’apprentissage des élèves.




(Photographie : Lach Parkin)



Du temps et de l’argent mal investis


Aucune recherche ne confirme l’existence de styles d’apprentissage ni leur intérêt.

On pourrait imaginer un jour qu’une classification particulière d’un style d’apprentissage et ses méthodes d’enseignement correspondantes apporte les preuves nécessaires de sa véracité. Faudrait-il l’adopter pour autant ? Même si des preuves sont un jour apportées, il faudrait que ses avantages dépassent les coûts élevés des évaluations des élèves et de l’enseignement sur mesure qui en découle.

Les interventions construites autour des styles d’apprentissage sont coûteuses. Les élèves doivent être évalués et regroupés par style d’apprentissage. Ils reçoivent alors un enseignement personnalisé qui, à son tour, exige une formation supplémentaire des enseignants. Ceux-ci doivent concevoir des supports et des activités pédagogiques pour chaque style d’apprentissage, qui doivent eux-mêmes être validés. Cependant, aucune preuve du bénéfice apporté par l’utilisation des styles d’apprentissages n’a été prouvée scientifiquement de manière indiscutable à ce jour. 

De plus, si l’on veut répartir les enfants dans une classe donnée et enseigner chaque sous-ensemble différemment, il peut être nécessaire d’augmenter le nombre d’enseignants.

La question pratique de savoir si les avantages des interventions en matière de styles d’apprentissage dépassent les autres façons d’utiliser le temps et l’argent nécessaires pour intégrer ces interventions. La réponse évidente est non. 

Il existe de larges preuves scientifiques qu’un apprentissage individualisé est plus efficace qu’un enseignement à l’échelle de la classe, mais aucun système éducatif n’a les ressources pour attribuer un enseignant particulier à chaque élève




Pourquoi rejeter l’usage des styles et profils d’apprentissage ?


Il n’est pertinent d’intégrer des idées de la recherche ou des théories éducatives dans l’enseignement que lorsque les deux conditions suivantes sont respectées :

  1. Nous devons être certains que les phénomènes décrits existent dans au moins certaines conditions.
  2. Nous comprenons comment appliquer utilement ces phénomènes de mis en évidence dans des situations particulières, au contexte de l’enseignement.


La première de ces deux conditions n’est pas remplie pour les styles d’apprentissage, et elle est une condition préalable à la seconde.

Il y a deux points importants à garder à l’esprit lorsque les preuves d’une théorie manquent :

(1) Il est absolument vrai que nous pourrions découvrir demain qu’il y a des styles d’apprentissage. Mais dans l’état actuel des choses, il n’y a aucune raison scientifique de penser que les théories qui ont été proposées sont correctes.

(2) Le fait qu’il n’a pas été définitivement prouvé que la théorie des styles est fausse semble être une mauvaise raison de préconiser l’utilisation de la théorie en classe. Il est préférable de privilégier des théories pour lesquelles les scientifiques ont obtenu un faisceau large de preuves scientifiques de leurs effets bénéfiques.





Recommandations pour les enseignants


Les capacités sont de meilleurs prédicteurs de la manière dont les gens apprennent le plus efficacement : les enseignants devraient tenir compte des différences dans les capacités des apprenants. Ils doivent ajuster leurs cours en fonction du niveau d’habileté des élèves. Autant que possible, les intérêts des élèves gagnent à être pris en compte. Ces démarches sont fondamentales pour favoriser l’apprentissage.

Les conditions d’enseignement optimales diffèrent selon les connaissances préalables des élèves : les différences dans les connaissances préalables sont un facteur critique dans l’optimisation de l’enseignement. Le nouvel apprentissage s’appuie sur l’ancien apprentissage, par exemple, de sorte que les connaissances préalables d’un élève influent sur la planification des apprentissages.

Il est utile d’évaluer régulièrement les connaissances des élèves et leur progression dans la compréhension et l’apprentissage. La vérification de la compréhension et l’évaluation formative sont des approches idéales pour répondre à ce principe. L’évaluation de l’intérêt de l’élève peut également être un outil utile pour décider comment aborder le matériel dans une classe donnée.

Lorsqu’il s’agit d’adapter un cours à un groupe d’élèves, c’est une perte de temps d’évaluer leurs styles d’apprentissage et d’investir du temps sur une différenciation de ce type. 

En conclusion, les élèves diffèrent dans leurs capacités, leurs intérêts, leur progression et leurs connaissances de base. Les élèves peuvent avoir des préférences quant à leur façon d’apprendre, mais rien n’indique que le fait de tenir compte de ces préférences mènera à un meilleur apprentissage. La théorie des styles d’apprentissage semble n’être qu’une croyance.

Tous les humains, à moins d’être affligés par certains types de déficiences physiques ou mentales organiques, naissent avec une capacité étonnante d’apprendre. Celle-ci se manifeste à la fois dans la quantité et dans la variété et l’étendue de ce qui peut être appris.

En tant qu’enseignants, nous devons présenter l’information de la manière la plus appropriée à notre contenu et au niveau de connaissances, de capacités et d’intérêts des étudiants.





(mise à jour le 09/01/2020)

Bibliographie


Dinham, Stephen (2016). Students are not hard-wired to learn in different ways—we need to stop using unproven, harmful methods. The Conversation. https://theconversation.com/students-are-not-hard-wired-to-learn-in-different-ways-we-need-to-stop-using-unproven-harmful-methods-63715

Pashler, H., McDaniel, M., Rohrer, D., & Bjork, R. (2008). Learning styles: Concepts and evidence. Psychological Science in the Public Interest, 9, 105–119.

Riener, Cedar & Willingham, Daniel. (2010). The Myth of Learning Styles. Change: The Magazine of Higher Learning. 42. 32–35. 10.1080/00091383.2010.503139.

Willingham, Daniel (2008). Learning Styles don’t exist. https://www.youtube.com/watch?v=sIv9rz2NTUk

Willinghalm, Daniel (2018). Learning Styles FAQ. http://www.danielwillingham.com/learning-styles-faq.html

Kirschner P.A., Stop propagating the learning styles myth, Computers & Education (2017).

0 comments:

Enregistrer un commentaire