mercredi 11 avril 2018

Comment enseigner la résolution de problèmes et plus largement la pensée critique ?

Enseigner aux élèves à penser de façon critique est une des priorités de l'enseignement. La pensée critique ne doit pas être enseignée seule. Bon nombre de ses composantes (l’examen rigoureux d’hypothèses, la remise en cause des conceptions,...) ne sont pas naturelles et doivent être modélisées pour les élèves.



(photographie : Andrea Resner)

Les élèves doivent avoir l'occasion de les pratiquer, de préférence dans le contexte d'une activité normale en classe. Enseigner aux élèves à utiliser des stratégies de pensée critique, indépendamment de la connaissance de la matière, ne servira pas à grand-chose.




L'enseignement de la pensée critique aux étudiants réside :


1) En petite partie dans le fait de leur montrer de nouvelles façons de penser : c’est le fait d’enseigner des démarches métacognitives aux élèves. Celles-ci favorisent la probabilité d’entamer une pensée critique. Les élèves peuvent apprendre certaines stratégies métacognitives qui les inciteront à penser de manière critique. Mais, comme pour la résolution de problèmes, les stratégies métacognitives ne disent aux élèves que ce qu'ils doivent faire - elles ne fournissent pas les connaissances dont les élèves ont besoin pour le faire.

2) En grande partie dans le fait de leur permettre de déployer le bon type de pensée au bon moment et au bon moment. C’est avant tout une question de pratique qui dépendra elle-même en grande partie de ses connaissances de base et d’expériences de pratiques antérieures similaires.






Enseigner des stratégies de pensée critique auprès de tous les élèves


La pensée critique ne s'adresse pas seulement aux étudiants les plus talentueux et les plus avancés sans leur parcours scolaire. Il y a la tentation de réserver plus de temps à ces approches pour les élèves qui avancent plus vite dans les activités plus basiques d’apprentissage, de les considérer comme un enrichissement ou un dépassement.

C’est contradictoire avec ceux que les sciences cognitives expliquent du fonctionnement de la pensée : pratiquement tout le monde est capable de pensée critique et l'utilise tout le temps et cela depuis la prime jeunesse. La difficulté liée à la pensée critique se trouve dans le fait qu’elle dépend de l’installation de connaissances pour être réalisée avec succès. Le transfert, dont la pensée critique est l’expression parfaite, est une finalité pour tous les élèves.





Enseigner des stratégies de pensée critique en les ancrant dans les connaissances préalables des élèves


Les expériences et connaissances préalables des élèves offrent des entrées pour des concepts complexes. Les notions de corrélation, de limites ou de dérivées présentent des difficultés aux élèves car ils n’ont pas beaucoup de connaissances dans ces domaines. S’inspirer de l’expérience des élèves peut leur faciliter la compréhension et l’inférence sur ce type de concepts abstraits.





Enseigner des stratégies de pensée critique de manière explicite et les mettre en pratique


Les stratégies de pensée critique sont des abstractions. Une approche plausible pour les enseigner est de les rendre explicites et de procéder par étapes.


  • La première fois que le concept est présenté,
    • Expliquez-le avec au moins deux exemples différents
    • Identifiez-le comme une stratégie qui peut être appliquée dans divers contextes
    • Montrez comment il s'applique au contenu du cours en question.

  • Dans les cas futurs, essayez de nommer la stratégie de pensée critique appropriée pour voir si les élèves s'en souviennent et s'ils peuvent comprendre comment elle s'applique à la matière à l'étude.

  • Avec encore plus de pratique, les élèves peuvent voir quelle stratégie s'applique sans que vous leur donniez un indice.






Bibliographie


Willingham, D. T. (2007). Critical Thinking: Why Is It So Hard to Teach? American Educator, 31, 8-19

0 comments:

Enregistrer un commentaire