mercredi 9 septembre 2020

Les ingrédients d’un développement professionnel réactif et efficace au sein des établissements scolaires

Pour que le développement professionnel soit profitable in fine aux élèves, les enseignants doivent maintenir une attention particulière et continue sur le lien entre leur apprentissage professionnel et les résultats de leurs élèves et plus particulièrement leur amélioration.


(Photographie : Martin Kollar)


Voici une synthèse sur le sujet telle qu’abordée dans l’ouvrage de David Weston et Bridget Clay, « Unleashing great teaching » (2018).


Inscription dans un processus 


Le développement professionnel des enseignants devrait s’inscrire dans une perspective avant tout pragmatique.

Bilan initial


Mon apprentissage professionnel a-t-il déjà fait une différence ? 
  • Quelle différence est-ce que j’essaie d’établir à travers mes pratiques d’enseignement ?
  • Comment puis-je savoir si je fais une différence 

Que doivent apprendre mes élèves spécifiquement ?
  • Comment cela s’inscrit-il dans le cadre plus général de leur éducation ?
  • Quels sont leurs besoins ? 
  • Quels sont les routines, les comportements et les attitudes des élèves qui réussissent ? 


Références théoriques nécessaires


  • Comprendre comment les élèves apprennent : comment les connaissances, les compétences et les capacités sont développées.
  • Identifier les approches et les pratiques susceptibles de maximiser le temps passé en classe pour améliorer l’apprentissage et la réussite des élèves.


Mise en pratique des idées 


Les enseignants doivent s’inscrire dans une démarche de pratique délibérée, car celle-ci est le mode d’apprentissage privilégié des experts. Il s’agit de passer rapidement à une mise en pratique pour apprendre dans leur contexte spécifique. 

Toutefois, il s’agit de mener des expériences soigneusement étayées avec des approches qui leur sont nouvelles :
  • L’enjeu est de voir des approches modélisées par des experts, de les mettre en œuvre et de les adapter à leurs propres classes.
  • Un retour d’information régulier sur la pratique et la qualité et nécessaire de même que l’inscription dans le cadre d’une communauté d’apprentissage professionnelle.



Évaluer l’impact du projet

Les enseignants doivent évaluer l’impact de ces pratiques sur les élèves de leur classe :
  • Ils doivent vérifier si une pratique fonctionne pour les élèves et améliorer les résultats. 
  • Ces résultats peuvent comprendre les résultats scolaires, les attitudes ou les comportements

Il est rare qu’il existe une solution entièrement inédite.
  • Pour une pratique donnée, il y aura des enseignants pour qui elle est nouvelle et des enseignants pour qui elle semble ancienne.

Il s’agit de prendre en compte de l’expertise et la sensibilité des enseignants. 
  • L’apprentissage professionnel devrait tenir compte des connaissances et des réflexions antérieures des enseignants.
  • Certains enseignants réagiront chaleureusement à la pratique, d’autres voudront la rejeter. Certains la trouveront utile, d’autres la trouveront condescendante.



Organisation dans le temps



Les habitudes peuvent être difficiles à changer. Il nous faut du temps, de la réflexion et de la volonté pour changer ce que nous faisons jour après jour. 

Les enseignants ont besoin de temps, de ressources, d’une expertise de qualité et d’échanges structurés et organisés dans une atmosphère de confiance et de respect pour progresser.

Trop souvent, le développement professionnel est conçu sous forme d’une session de formation unique, par exemple d’une ou de deux journées. Malheureusement, dans cette situation sous forme de session unique, seuls des éléments spécifiques et isolés formés d’informations nouvelles peuvent être appris efficacement. 

Pour changer les pratiques quotidiennes avec un impact réel sur les élèves, l’apprentissage professionnel doit être soutenu, organisé et distribué dans le temps. Les enseignants devraient avoir de multiples occasions de s’engager dans de nouveaux apprentissages, d’expérimenter leur pratique, de tester et d’évaluer son impact sur les étudiants. Il est dès lors utile d’avoir des occasions régulières et répétées de structurer l’apprentissage professionnel. Cela offre un rythme d’apprentissage professionnel. 

Il s’agit également de le placer stratégiquement. Il ne faut plus l’aborder à tel ou tel moment en fonction de contraintes propres à l’organisation scolaire. Il s’inscrit au cœur d’une dynamique pragmatique de projet au lieu de remplir les temps morts du calendrier scolaire. 

Le principe est de permettre à l’apprentissage professionnel de se répéter, afin d’affiner les pratiques avec une profondeur croissante. Il s’agit d’un développement itératif dans lequel l’accent est mis sur des ajustements successifs, sur l’amélioration et le partage des connaissances et des pratiques pédagogiques, en réponse directe aux besoins des élèves.




Faire appel à l’expertise externe


Lorsqu’ils s’engagent dans un processus d’apprentissage professionnel, les enseignants veulent être sûrs qu’ils reçoivent de bons conseils. Le critère de validation est de s’assurer que l’apprentissage professionnel s’appuie sur une base de données probantes. 

Cela peut être possible en s’engageant directement dans la littérature de recherche. Les écoles ont besoin que certains enseignants remplissent une fonction de veille technologique pour faciliter cette démarche et ce transfert.

L’apprentissage professionnel est plus efficace lorsqu’il comprend à la fois un engagement théorique et une expérimentation pratique en classe. Un programme de développement professionnel efficace doit inclure les deux.

De nombreux pièges existent cependant, car s’engager avec l’expertise n’est pas simple :
  • Le simple fait de se demander quelles sont les pratiques et les approches les plus efficaces et d’en obtenir l’information n’est pas une garantie de succès.
  • Par exemple, l’EEF (Education Endowment Foundation) suggère qu’aider les enseignants à donner un meilleur retour d’information devrait être une priorité dans l’enseignement. 
  • Cependant, dans leur méta-analyse, Kluger et DeNisi ont constaté que 38 % des interventions de retour d’information avaient en fait un impact négatif sur les résultats des élèves. 
  • Il ne s’agit donc pas de foncer tête baissée, une fois qu’une solution potentielle est identifiée.

L’expertise externe a un rôle bien plus important que le simple choix de ce qu’il faut essayer. Nous sommes tous inondés de préjugés psychologiques, de biais cognitifs, de croyances et d’intuitions qui forment parfois des perspectives étroites résistantes au changement. Nos esprits luttent pour protéger notre mode de pensée actuelle ou pour revenir subrepticement à nos vieux schémas de pensée. 

Un grand apprentissage professionnel nécessite des animateurs experts pour en faire un processus perturbateur qui aide les enseignants à surmonter les limites de la réflexion humaine et à faire évoluer leurs conceptions.

Un apprentissage professionnel efficace met les enseignants en contact avec les bonnes pratiques et les bonnes réflexions. Il faut cependant reconnaître que pour intégrer ces connaissances, il est souvent nécessaire de travailler avec des experts et des facilitateurs externes qui peuvent soutenir, remettre en question, modeler la pratique et inspirer.




Une culture propice à l’apprentissage professionnel


La culture au sein d’une école est l’un des ingrédients qui permettent un processus ou un programme d’apprentissage professionnel efficace au sein d’une école. Les cultures scolaires sont diverses, certaines sont plus positives, d’autres sont plus négatives face à certaines évolutions.

Kraft et Papay (2014) ont constaté que dans les établissements scolaires où les enseignants font état de faibles niveaux de soutien, de développement et de confiance, leurs performances semblent se stabiliser après quelques années seulement. Là où la culture est bonne, les enseignants se développent à long terme de manière continue pour répondre de mieux en mieux aux besoins de leurs élèves.

Différents facteurs ont un impact sur le développement professionnel à travers la culture : 

La vision de l’apprentissage professionnel


  • L’importance de l’apprentissage professionnel doit être largement comprise et discutée. 
  • Il ne s’agit pas de remplir une obligation administrative, mais d’aider les élèves à mieux réussir.
  • Dans les meilleures écoles, l’apprentissage professionnel comme une priorité absolue pour tous. 
  • La direction elle-même est capable de modeler son propre apprentissage professionnel et de prendre part aux processus d’apprentissage professionnel des enseignants.


Le temps et les ressources disponibles


  • Dans un contexte scolaire, le temps et l’argent sont toujours limités.
  • Si l’apprentissage professionnel n’est pas une priorité en matière de moyens, il ne sera probablement pas considéré comme une priorité face à d’autres dimensions scolaires.


L’observation en classe


  • Lorsqu’un enseignant souhaite adopter et mettre en application une pratique, l’observation en classe peut être un élément très efficace d’un processus d’apprentissage professionnel. 
  • Cependant si cette évaluation correspond à des enjeux élevés pour l’enseignant ou s’accompagne d’un retour d’information peu utile, cela n’apportera aucune aide à l’adoption de bonnes pratiques. 


Gestion des performances


Des entretiens d’évaluations annuels conventionnels et administratifs ont peu de chances de développer la pratique quotidienne. Ils peuvent être associés à des enjeux élevés et s’accompagner de stress et de pression, plutôt que de défi et de soutien. 


Permission d’échouer


  • Pour qu’un enseignant puisse changer de pratique, il doit apprendre et être prêt à essayer quelque chose de nouveau, qui peut ou non fonctionner. 
  • Les écoles qui reconnaissent, encouragent et célèbrent cet état de fait sont beaucoup plus susceptibles de créer une culture du développement.


La communication


  • Elle permet de développer une compréhension commune, une confiance et une approche efficace et partagée des défis.
  • Elle permet aux équipes d’examiner des questions difficiles et empêche les problèmes de devenir des obstacles majeurs.


Leadership


  • La culture de l’apprentissage professionnel est établie à partir du sommet. 
  • Un leadership inclusif et inspirant produit une culture très différente des approches autocratiques et contrôlantes. 
  • Les bons dirigeants encouragent les enseignants, tout comme les bons enseignants encouragent leurs élèves, à continuer à s’améliorer et à faire des efforts pour obtenir de meilleurs résultats. 
  • C’est dans les mains du leadership que se trouve la clé d’un véritable processus de développement professionnel continu et durable.



Bibliographie


David Weston and Bridget Clay, Unleashing great teaching, 2018, Routledge

Kluger, A. N., & DeNisi, A. (1996). The effects of feedback interventions on performance: A historical review, a meta-analysis, and a preliminary feedback intervention theory. Psychological Bulletin, 119 (2), 254–284.

Kraft, M.A., & Papay, J.P. (2014). Can professional environments in schools promote teacher devel opment? Explaining heterogeneity in returns to teaching experience. Educational Evaluation and Policy Analysis. https://scholar.harvard.edu/mkraft/publications/can-professional-environments-schools-promote-teacher-development-explaining

0 comments:

Publier un commentaire