dimanche 26 juillet 2020

Enseignement explicite, enseignement traditionnel et pédagogies centrées sur l’élève

L’enseignement explicite représente une alternative éclairée par la recherche et les données probantes, à l’enseignement traditionnel et aux pédagogies centrées sur l’élève. Cette nature fait que le modèle se veut rigoureux et susceptible d'évolutions. Une spécificité est qu'il fait œuvre de prudence face à tout ce qui est de l’ordre du mythe pédagogique ou du détournement.


(Photographie : Dritter Mann)


Nous pouvons toutefois partir du constat que très peu d’enseignants s’identifient complètement à une approche, qu’elle soit traditionnelle ou centrée sur l’élève. En fonction de leur contexte ou de leur sensibilité, ils peuvent pencher d’un côté ou d’un autre.

Plus précisément, nous pouvons estimer que l’enseignement explicite a pour vocation de guider et de servir d'outil de réflexion pour l’enseignant. Il vise à accentuer son professionnalisme et à augmenter son expertise dans le pilotage de ses pratiques en classe. Il l’initie à la prise en compte des apports de la recherche.




Trois cadres


L’enseignement traditionnel est considéré comme essentiellement transmissif et centré sur l’enseignant. Il a pu trouver une forme d’optimisation à travers les pratiques de l’instruction directe (Direct Instruction et direct instruction) aux Etats-Unis durant les années 1960 et 1970.

Les approches centrées sur l’élève appartiennent à la grande famille de l’Éducation nouvelle et du socioconstructivisme. Elles sont notamment les héritières contemporaines de figures historiques de l'éducation telles que Rousseau, Dewey, Freire, Vygotsky, Bruner, Charpak ou Freinet.

Le cadre de l’enseignement explicite se distingue de ces deux modèles :

  • Nous pouvons tracer une filiation évidente entre le modèle de l’enseignement explicite de Barak Rosenshine et le modèle antérieur de l’instruction directe. 
  • Nous pouvons identiquement tracer une filiation entre le modèle Gradual release of responsibility (Pearson & Gallagher, 1983) qui est très proche de l’enseignement explicite de Barak Rosenshine, et se définit dans un cadre de pensée socioconstructiviste. 
  • L’enseignement explicite est ainsi parfois présenté en France comme une troisième voie en matière de pédagogie. 

De plus, la théorie de la charge cognitive désigne l’enseignement explicite comme le mode privilégié d’enseignement de contenus complexes. L’approche Load Reduction Instruction associe enseignement explicite et découverte guidée, d’une manière telle qu’un continuum existe entre les deux.




La valeur ajoutée et la spécificité de l’enseignement explicite viennent du fait qu’il est basé sur les conclusions de trois domaines de recherches. Il s’agit des recherches sur les enseignants efficaces, celles portant sur les stratégies d’apprentissage et celles issues des sciences cognitives. L’enseignement explicite est souple et ciblé, il s’adapte à la matière, à l’âge et au niveau des élèves et combine également des approches issues de théories comportementales.




Instruction directe


L’instruction directe se concentre sur la manière dont la présentation du contenu influence le comportement de l’élève.

Avec l’enseignement explicite, il met l’accent sur un enseignement structuré, explicite et clair, sur l’importance de la gestion de classe.

Il s’agit d’un enseignement dirigé par l’enseignant et centré sur lui. L’enseignant a un rôle important à jouer dans l’optimisation et la maximisation du temps d’apprentissage scolaire.




Les approches centrées sur l’élève


Ces approches mettent l’accent sur le rôle de l’élève dans la construction de l’apprentissage. Elles tendent à privilégier des activités de découverte autonome de l’élève et la coopération entre élèves.

Comme l’apprentissage se produit chez l’élève et correspond à une démarche à la fois personnelle et sociale, l’enseignant joue avant tout un rôle de facilitateur.

Cette approche présuppose que les élèves sont des apprenants indépendants qui avancent et fonctionnent à leur propre rythme, par exemple à l’aide d’un plan de travail.



Enseignement explicite


Le cadre de l’enseignement explicite associe et combine les points de vue d’un apprentissage centré sur l’élève et d’un apprentissage centré sur l’enseignant.

L’enseignement explicite vise à comprendre et à optimiser la manière dont ce qui est enseigné sera traité, appris et organisé par l’élève.,L’apprentissage de l’élève n’est plus considéré comme une boite noire, mais comme un ensemble de processus sur lesquels les sciences cognitives apportent de nouvelles compréhensions des mécanismes sous-jacents.

Dans le cadre de l’enseignement explicite, l’apprentissage est considéré comme un processus actif :

  • Il se déroule au sein de l’élève
  • Il est directement influencé par les actions de l’élève
  • Il bénéficie du guidage de l’enseignant. 

Le résultat de l’apprentissage n’est pas censé dépendre principalement de ce que l’enseignant présente ou de ce qui se passe cognitivement chez l’élève. Selon le principe d’emprunt et de réorganisation de la théorie de la charge cognitive, il est une combinaison de deux :

  • Dans un premier temps, nous empruntons toujours de nouvelles connaissances à quelqu’un et nous les intégrons aux nôtres
  • Dans un second temps, il s’agit de s’approprier les connaissances, d’en assurer leur cohérence, leur durabilité et leur flexibilité. 

Ainsi, le résultat de l’apprentissage dépend conjointement de l’information présentée par l’enseignant, de son traitement par l’élève et d'un processus de retour sur information.

Si l’enseignement explicite est dirigé par l’enseignant, il met toutefois l’accent sur les façons dont les élèves construisent et traitent activement les connaissances.

L’enseignant a un rôle à jouer dans l’optimisation du temps d’apprentissage scolaire et un rôle de soutien et de guide dans la construction active par l’élève de ses apprentissages.

L’enseignement explicite est conçu pour être utilisé dans des classes inclusives :

  • Par défaut, la planification et l’enseignement sont les mêmes pour tous les élèves, car il existe des processus généraux d’apprentissage spécifiques à notre espèce.
  • Le cadre de l’enseignement explicite comprend des pratiques fondées sur des principes qui ont été identifiés par la recherche comme optimisant l’apprentissage des élèves. 
  • Par défaut, l’enseignement explicite se centre entre autres sur :
    • Un niveau élevé d’engagement actif de tous les élèves
    • L’enseignement et le soutien à des stratégies cognitives et métacognitives
    • L’utilisation d’un étayage préventif et d’une rétroaction régulière
    • L’enseignement de routines et la mise en place d’un cadre constant fondé sur la relation
    • L’activation des connaissances préalables
    • De multiples approches de vérification de la compréhension et une évaluation formative régulière
    • Une pratique distribuée, cumulative, de récupération, etc.
  • Des aménagements bénéficient à être intégrés dans le cadre de l'enseignement explicite selon une approche de type Réponse à l’Intervention. Elle est destinée aux élèves qui ne répondent pas aux interventions générales. Leur besoin peut être considérablement réduit par rapport à d’autres pédagogies, car des stratégies favorisant la réussite de divers élèves sont intégrées par défaut au modèle de l’enseignement explicite.

Pour un enseignant expérimenté, la plupart des caractéristiques de l’enseignement explicite peuvent sembler triviales et aller de soi. Il faut toutefois considérer que la panoplie de pratiques derrière ces termes se fonde sur des données probantes et des modèles issus des sciences cognitives. Elles disposent de paramètres qui permettent de les ajuster au contexte et d’en assurer l’efficacité. Elles facilitent grandement l’enseignement et l’apprentissage qui en résulte, comme une réponse à l’hétérogénéité des classes. Ce faisant, elles permettent d’atténuer la création d’écarts entre les élèves. Elles sont donc particulièrement efficaces pour les élèves les plus faibles et le restent pour ceux qui ont plus de facilités.



Être explicite


Dans la cadre de l’enseignement explicite, l’enseignant sait précisément ce qu’il veut que ses élèves apprennent et ce qu’ils devront être capables de faire à la fin du cours.

L’enseignant énonce clairement aux élèves les objectifs d’apprentissage. L’enseignant centre son attention et celle de ses élèves sur les tâches à accomplir et sur les priorités. Les élèves savent où diriger leur attention afin de maximiser l’apprentissage.

À l’opposé, des objectifs d’apprentissage peu clairs ou non énoncés se traduiraient par un enseignement et un apprentissage vagues.

L’enseignant formalise puis installe des routines ce qui rend l’environnement de classe prévisible et donne aux à ses élèves le sentiment d’avoir le contrôle sur la réalisation des tâches d'apprentissage. Ce contrôle se traduit par de multiples occasions de réussite qui stimulent leur motivation.

L’enseignant explique, modélise, donne des exemples et des contre-exemples, vérifie la compréhension, fournit une rétroaction, réexplique si nécessaire, et aide les élèves à pratiquer, à récupérer les connaissances à élaborer avec celles-ci.

Les élèves sont préparés pour la réussite et initiés à des stratégies qui faciliteront une prise d’autonomie grandissante au fil du temps.

L’apprentissage est significatif et ciblé. Les élèves ne se voient pas enseigner des faits et des concepts inutiles. Ils ne s’engagent pas dans des activités qui n’aboutissent pas à un apprentissage ciblé.

L’enseignant connait ses élèves, leurs points forts et leurs points faibles, pose des exigences élevées à leur égard et les accompagne dans leur réalisation.



Valeurs et enseignement explicite


L’enseignement explicite n’est pas une collection de recettes, il demande l’acquisition d’une certaine expertise à travers des connaissances spécifiques et une pratique extensive en contexte.

La façon dont les enseignants vont concevoir les démarches d’enseignement explicite va influencer leur façon d’enseigner. Les enseignants n’adopteront pas de pratiques d’enseignement qui ne correspondent pas à leurs convictions personnelles sur l’enseignement et l’apprentissage.

Si les enseignants pensent que l’enseignement explicite est ennuyeux, ne répond pas aux missions de l’enseignement ou ne respecte pas la diversité de leurs élèves, alors ils s’en écarteront ou l’appliqueront sans enthousiasme.

Nous pouvons réfléchir à l’expression des valeurs qui sous-tendent un enseignement explicite :

  1. Il s’agit d’un enseignement holistique et significatif qui favorise l’engagement actif des élèves dans leur rencontre avec les apprentissages, tout en fournissant la structure et le soutien qui leur sont nécessaires. 
  2. L’enseignant explicite procède du simple au complexe en respectant les limites et les caractéristiques de l’architecture cognitive des élèves. L’enseignement vise à aboutir à la réalisation de tâches complexes contextualisées et signifiantes.
  3. Les démarches de l’enseignement explicite amènent les élèves à aimer apprendre et à être motivés. Elles permettent d’acquérir des compétences, des connaissances et ont un effet positif sur le sentiment d’efficacité personnelle des élèves.
  4. L’enseignant vérifie régulièrement la compréhension et aide ses élèves à maintenir leur attention de manière à s’assurer qu’ils tirent profit du temps d’enseignement en classe pour apprendre effectivement.
  5. L’enseignant tient en compte le retour d’information de ses élèves pour piloter et adapter en direct ses activités d’enseignement.




Éthique et enseignement explicite


La préférence d’un enseignant pour certaines approches pédagogiques ne doit pas se substituer aux besoins pédagogiques de chaque élève.

En tant qu’enseignants, nous disposons d’une expertise professionnelle et dès lors une certaine responsabilité face à ce que nous mettons en place pour favoriser l’apprentissage de tous nos élèves.

L’autonomie qu’offre notre liberté pédagogique ne peut servir de paravent pour se décharger d’une partie de notre responsabilité professionnelle face à nos élèves.

Nous devons être pour nous-mêmes des décideurs en classe, capables de choisir de manière éclairée entre les différentes options pédagogiques qui s’adressent à nos élèves. L’éducation basée sur des données probantes constitue une source d’information précieuse qui a l’avantage de bénéficier d’un haut degré de validité et mérite dès lors d’être prise en compte.

L’enseignement explicite est centré sur l’élève dans la mesure où il répond aux besoins pédagogiques de chaque élève et respecte ce que disent les sciences cognitives sur l’apprentissage. En effet, un enseignement centré sur l’élève qui ne parvient pas à produire un apprentissage chez de nombreux élèves, car il ne respecte pas les limites de leur cognition ne peut être considéré comme efficace.

L’enseignant explicite reconnait l’expertise des enseignants en se basant sur nombre de stratégies issues de l’observation en classe d’enseignants efficaces.



Bibliographie


Jennifer L. Goeke, Explicit Instruction, pp8-14, Merrill, 2009

Pearson, P. D.; Gallagher, M. (October 1983). « The Instruction of Reading Comprehension » (PDF). Contemporary Educational Psychology. Washington, DC: University of Illinois, National Institute of Education. 8 (3): 317–344. doi:10.1016/0361-476X (83)90019-X. hdl:2142/17939.

0 comments:

Publier un commentaire