dimanche 22 mai 2022

Six phases dans la mise en œuvre du changement dans un établissement scolaire

Une mise en œuvre est un processus et non un événement. La mise en œuvre ne se fera pas uniformément ou d’un seul tenant. Elle ne se déroulera pas sans heurts, du moins pas au début. 

(Photographie : Laurent Gaudart)



Un cadre du changement en six phases


Fixsen et ses collègues (2005) ont identifié un cadre en six phases spécifiques du processus de mise en œuvre :
  1. Exploration et adoption
  2. Préparation
  3. Mise en œuvre initiale
  4. Mise en œuvre complète
  5. Innovation
  6. Durabilité

Dans cet article, ce cadre sera exploré, plus spécifiquement pour l’exemple dans le cas du soutien au comportement positif (SCP).

L’évolution de la mise en œuvre est rarement précise, mais la prise de conscience de ces phases peut donner aux enseignants impliqués les repères nécessaires pour décider où concentrer leurs efforts. 



L’exploration et l’adoption


À un moment donné, quelqu’un doit bien penser à la possibilité d’utiliser une innovation volontairement ou dans le cadre d’un processus plus global d’amélioration. La démarche nécessite un certain degré de sensibilisation qui conduit à l’acquisition d’informations et à l’exploration des options. 

C’est la phase d’exploration et d’adoption qui peut amener une école au souhait de mettre en œuvre le soutien au comportement positif après un diagnostic lié à un climat scolaire insatisfaisant.

Le but de l’exploration est d’évaluer l’adéquation potentielle entre :
  • Les besoins de l’école et la pratique fondée sur des preuves
  • Les exigences du programme et les ressources disponibles.

L’enjeu est de prendre la décision d’aller de l’avant ou de rejeter l’option. 

Il existe différents moyens possibles d’acquérir les informations nécessaires pour évaluer l’adéquation. C’est par exemple :
  • La participation à des séances de sensibilisation ou d’information
  • La recherche d’informations auprès d’experts
  • La lecture de la littérature dédiée
  • La visite d’écoles où la mise en œuvre est un succès. 

Les processus de cartographie des besoins de contributions d’enseignants, d’élèves et des familles. Nous devons développer une compréhension des aspects favorables et défavorables en fonction du contexte dans lesquels l’intervention peut avoir lieu. Ces différents éléments sont importants au cours du processus d’exploration. 

Deux points sont essentiels à ce stade :
  1. La mise en œuvre ne se fera pas sans l’adhésion de tous ceux qui sont concernés par les nouvelles approches. Pour cette raison, au cours de cette phase, il faut également communiquer et échanger avec tout le personnel afin de les mobiliser et d’aller chercher leur adhésion.
  2. La mise en œuvre de pratiques et de programmes fondés sur des données probantes sera dépendant d’un soutien financier et de l’accès à l’expertise dans le domaine considéré.

Ce double soutien est obtenu au cours du processus d’adoption et restera important à toutes les étapes de la mise en œuvre. 

Toutefois, il ne faut pas confondre la décision d’adopter un programme ou une pratique fondée sur des données probantes et le fait de bénéficier d’un soutien bien aligné avec leur mise en œuvre effective. Nous devons éviter de rester au niveau d’une mise en œuvre sur papier. 

Les résultats de l’étape d’exploration sont normalement :
  • Une décision d’adoption
  • L’obtention d’une adhésion du personnel concerné
  • Un plan de mise en œuvre avec une compréhension des tâches et des délais pour l’intervention considérée.



La préparation


Une fois que la décision de mettre en œuvre en école une pratique ou un programme fondés sur des données probantes est prise, certaines tâches doivent être accomplies avant que le premier élève ne soit concerné.

Les ressources sont utilisées pour se préparer activement à réaliser certaines choses différemment, conformément aux principes de la pratique ou du programme fondé sur des données probantes. Des processus de planification et de développement sont mis en place.

Les soutiens structurels nécessaires au lancement du programme sont activés. Il s’agit notamment de garantir notamment la disponibilité des ressources humaines et des moyens, de même que l’accès à l’expertise.

Ces activités et les coûts associés sont les premières étapes nécessaires au lancement de toute mise en œuvre d’un programme ou d’une pratique fondée sur des données probantes dans un nouvel établissement scolaire. 

Dans le cas du soutien au comportement positif, il s’agit notamment :
  • De trouver les ressources nécessaires
  • De créer une équipe SCP
  • D’adopter des processus de travail en équipe efficaces
  • De développer des systèmes de collecte et d’utilisation des données
  • D’établir des méthodes pour impliquer l’ensemble du personnel
  • De fournir des opportunités d’apprentissage professionnel et de commencer le développement de nouvelles pratiques et politiques. 

Si tout est bien préparé, le personnel est alors parfaitement préparé et prêt à s’engager dans la mise en œuvre. 



La mise en œuvre initiale


La mise en œuvre est complexe à tous égards. Elle exige des changements. Ce changement peut être plus ou moins radical pour un individu ou une organisation. La mise en œuvre nécessite des changements dans l’environnement global de la pratique. 

Dans tous les cas, le changement ne se produit pas simultanément ou uniformément dans toutes les parties d’une pratique ou d’une organisation. 

Dans le cadre du SCP, c’est à ce stade que commence le travail avec les élèves. La direction doit assurer au personnel le soutien nécessaire pour que les pratiques puissent passer par cette étape. 

L’essence de la mise en œuvre est le changement de comportement. Au cours de la mise en œuvre initiale, un changement de compétences est nécessaire pour l’ensemble du personnel. 

La formation, le temps d’apprendre et de se développer, la pratique des compétences ou les jeux de rôle, la rétroaction et le soutien sont essentiels. Ces changements prennent du temps pour mûrir. 

Au cours de la phase initiale de la mise en œuvre, les forces contraignantes que sont la peur du changement, l’inertie et l’investissement dans le statu quo sont prises en compte. Elles se combinent au travail intrinsèquement difficile et complexe de la mise en œuvre de quelque chose de nouveau. 

Tout cela se produit à un moment où le programme peine à démarrer. La confiance dans la décision d’adopter le programme est mise à l’épreuve. Les tentatives de mise en œuvre efficace de nouvelles pratiques peuvent s’arrêter à ce stade, dépassées par les influences proximales et distales sur la pratique et la gestion. 

Plus le personnel a été intimement impliqué dans la planification et l’apprentissage, et plus le soutien apporté à ce stade est important, plus l’effort a des chances d’être soutenu. 



La mise en œuvre complète


La mise en œuvre complète du SCP ne peut avoir lieu que lorsque le nouvel apprentissage est intégré aux pratiques, politiques et procédures de l’école. 

À ce stade, le SCP devient pleinement opérationnel. Les processus et procédures d’enseignement, de renforcement et de correction de comportements clairement identifiés et l’utilisation de données pour contrôler la mise en œuvre sont devenus des routines. 

L’innovation est devenue une pratique acceptée. 

À ce stade, les avantages ou les résultats attendus se concrétisent et le suivi indique une fidélité adéquate de la mise en œuvre. Par conséquent, l’efficacité de la mise en œuvre devrait se rapprocher de l’efficacité du programme original fondé sur des données probantes.

La mise en œuvre complète d’une innovation peut survenir lorsque le nouvel apprentissage est intégré aux pratiques, aux politiques et aux procédures et à l’organisation de l’école. Dans une approche reposant sur la réponse à l’intervention, c’est à ce stade que les écoles peuvent entamer le processus d’exploration et d’adoption de pratiques et de systèmes de niveau 2 ou 3. Parallèlement, la maintenance du niveau 1 est assurée. 



L’innovation


Chaque tentative de mise en œuvre de pratiques et de programmes fondés sur des données probantes est l’occasion d’en apprendre davantage sur le programme lui-même. Elle informe sur les conditions dans lesquelles il peut être utilisé avec fidélité et efficacité.

Certains des changements sur un site de mise en œuvre seront indésirables et seront définis comme une dérive du programme avec une menace pour la fidélité et pour l’efficacité globale.

D’autres seront des changements souhaitables et seront définis comme des innovations qui méritent d’être incluses dans le modèle standard de traitement ou de pratiques de mise en œuvre.

Il est conseillé de commencer par mettre en œuvre la pratique ou le programme avec fidélité avant de tenter d’innover. De cette façon, il est clair que l’innovation n’est pas une tentative d’échapper à l’examen des évaluations de la fidélité. Dans cette perspective, l’innovation est fondée sur une exécution habile du programme ou de la pratique. 

Si nous ne prêtons pas attention à une mise en œuvre précise ou véritable, le programme peut dériver et les résultats peuvent être affectés. Une fois la mise en œuvre complète et fidèle réalisée, c’est alors et seulement alors que nous pouvons commencer à affiner et à étendre les pratiques.

Il est bien établi que les adaptations apportées après qu’un modèle a été mis en œuvre avec fidélité sont plus fructueuses que les modifications apportées avant la mise en œuvre complète. 

Le développement réussi d’une innovation dépend de la mesure dans laquelle la mise en œuvre initiale et complète est effectuée avec fidélité avant d’adapter, de spécialiser et de personnaliser certaines approches. 

Le stade de l’innovation est celui du raffinement et de l’extension. À un moment donné, les innovations peuvent modifier suffisamment la définition et le fonctionnement d’un programme fondé sur des données probantes pour mériter une nouvelle série d’études expérimentales sur les résultats. Celles-ci peuvent confirmer les avantages globaux du programme révisé. 



La durabilité


La période de mise en œuvre d’un programme fondé sur des données probantes comme le SCP dans un nouvel établissement est relativement intense et peut souvent durer de 2 à 4 ans. Par la suite, au cours des années suivantes, s’entame une phase de maintenance. Des enseignants compétents et bien formés quittent le site et doivent être remplacés par d’autres. La direction, les ressources, les politiques liées à l’éducation changent ou évoluent. De nouveaux problèmes apparaissent. Les partenaires vont et viennent. 

La direction et les enseignants doivent être conscients de l’écologie changeante des facteurs d’influence et s’adapter sans perdre les composantes fonctionnelles du programme fondé sur des preuves.

L’objectif de cette étape est la survie à long terme et l’efficacité continue de la mise en œuvre dans le contexte d’un monde en mutation. 

Le maintien du SCP exige l’attention permanente de l’équipe SCP et de la direction. Il convient de surveiller tous les aspects de la mise en œuvre, former les nouveaux membres du personnel et les élèves, et évaluer l’utilisation des pratiques.



Bibliographie


Fixsen, D., Naoom, S.F., Blase, D. A., Friedman, R.M., Wallace, F. (2005). Implementation Research : A Synthesis of the Literature. University of South Florida, Louis de la Parte Florida Mental Health Institute, The National Implementation Research Network.

Missouri Schoolwide Positive Behavior Support, Tier 1, Team Workbook, 2018–2019

0 comments:

Enregistrer un commentaire