dimanche 20 juin 2021

Liens entre l’engagement à l’école et la réussite scolaire et professionnelle

L’association longitudinale de l’engagement scolaire durant l’enfance avec la réussite scolaire et professionnelle à l’âge adulte a été étudiée par Joan Abbott-Chapman et ses collègues (2013). Ils ont analysé les données issues d’une étude nationale australienne sur le suivi d’une cohorte nationale de 1985. 

(Photographie : Hisa Foto)


L’intérêt de l’engagement scolaire est qu’il est susceptible d’être plus modifiable que d’autres facteurs liés à la réussite scolaire. Ces derniers sont plus sous l’influence de facteurs externes.

Pour la définition de l’engagement scolaire, nous renvoyons vers l’article suivant : Une approche probante de l’accrochage scolaire : Check & Connect




Méthode


Un indice d’engagement scolaire a été construit à partir d’un questionnaire sur le plaisir et l’ennui ressentis à l’école. Les éléments connexes de l’engagement scolaire comprennent l’image de soi de l’élève, la motivation à apprendre, le sentiment d’appartenance, la participation à des activités scolaires ou extra-scolaires et le plaisir lié à l’activité physique. 

En 2004-2006, les participants de la cohorte de 1985 (alors âgés de 26 à 30 ans) ont déclaré le plus haut niveau d’études atteint et leur profession actuelle.

Les covariables potentielles comprenaient l’âge, le sexe, les marqueurs du statut socio-économique dans l’enfance, la personnalité et les variables liées à l’école. Ces dernières correspondent au nombre d’élèves, à la mixité et au caractère public, privé ou indépendant de l’école. 




L’influence du plaisir ressenti à l’école


Le plaisir ressenti par les élèves à l’école dépend du contexte scolaire et extrascolaire, ainsi que par des facteurs impliquant les valeurs, les aspirations et les attentes des familles, des enseignants et des pairs.

Il a été suggéré que ces valeurs, aspirations et attentes ont un impact sur l’engagement des élèves et les résultats d’apprentissage, et par la suite, sur la rétention ou le décrochage scolaire. Il a été démontré que leur pertinence personnelle, ainsi que la valeur accordée aux matières étudiées, produisaient un plus grand plaisir et dès lors un plus grand engagement dans l’apprentissage. 

Selon Ainley et Ainley (2011), les émotions liées à la réussite peuvent être conceptualisées comme des manières générales de réagir à des situations de réussite ou comme des états émotionnels spécifiques suscités pendant une activité d’apprentissage spécifique. Les processus émotionnels peuvent être distingués comme positifs ou négatifs, activateurs ou désactivateurs. 

Gorard et Huat See (2010) ont identifié des modèles de plaisir liés à l’école qui peuvent être associés à des résultats positifs pour les élèves. Il s’agit des relations positives avec les enseignants et les pairs (amitié), des aspects positifs de l’enseignement et du soutien à l’apprentissage. 

Pour la dernière année de l’enseignement secondaire :

  • Lumby (2011) a constaté que la préparation à l’avenir, l’indépendance et le sentiment de contrôle étaient des aspects importants du plaisir scolaire. 
  • Marks et ses collègues (2000) ont démontré que le fait de se fixer des objectifs et planifier pour terminer la dernière année du secondaire avait un effet important sur la participation des élèves, indépendamment de la réussite. 
  • Des facteurs psychologiques tels que le concept de soi sur le plan scolaire sont également importants pour la participation et l’engagement en dernière année du secondaire. 

Bond et ses collègues (2007) se sont intéressés élèves de 13-14 ans présentant un faible sentiment d’appartenance à l’école, mesuré à l’aide d’un instrument multidimensionnel. Ils ont montré qu’il permettait de prévoir le non-achèvement de la dernière année du secondaire et des résultats inférieurs à l’entrée dans l’enseignement supérieur. 

L’importance du plaisir est reconnue dans le cadre de la lecture. Par exemple, dans les pays de l’OCDE, les niveaux de compétence en lecture sont plus élevés chez ceux qui aiment lire que chez ceux qui l’aiment le moins (OECDE, 2011). 

Gorard et Huat See (2010) affirment également que l’influence du plaisir de l’école se fait sentir de manière longitudinale. Il fait partie de la création d’une identité d’apprenant tout au long de la vie, accueillant et recherchant des opportunités d’apprentissage ultérieures.

Le plaisir de l’école peut représenter une dimension de l’engagement scolaire qui est modifiable par le contexte scolaire. Les environnements éducatifs inclusifs qui soutiennent la diversité parmi tous les apprenants ont également tendance à obtenir de meilleurs résultats pour les élèves défavorisés. Il a été suggéré que les élèves défavorisés ont plus de chances de réussir s’ils sont dans une école avec des élèves qui ont des attentes élevées et sont plus engagés intellectuellement (OECD, 201). 




Impact de l’engagement scolaire sur la réussite


L’analyse de Joan Abbott-Chapman et ses collègues (2013) suggère que l’engagement scolaire est un antécédent de la réussite scolaire et du concept de soi de l’apprenant dans leurs associations avec la réussite scolaire et professionnelle à l’âge adulte. 

L’impact à long terme de l’engagement scolaire pendant l’enfance sur les résultats scolaires et professionnels ultérieurs à l’âge adulte s’est avéré indépendant :

  • Des facteurs socio-économiques
  • De la personnalité
  • Du concept de soi en tant qu’apprenant
  • Des résultats scolaires de l’enfance évalués par l’enseignant. 

Ces résultats suggèrent que l’engagement scolaire a une influence omniprésente et à long terme sur les résultats scolaires et professionnels à l’âge adulte.

Ce résultat suggère que ce qui se passe à l’école peut encourager ou décourager l’engagement des élèves et leur plaisir à l’école. En retour, cela peut avoir un impact fort et durable sur les perspectives de réussite scolaire et professionnelle d’un individu à l’âge adulte, au-delà de l’influence du milieu familial. 




Influence de la personnalité


Le plaisir des sports et des activités physiques est associé à un engagement scolaire accru. 

La solitude est associée à un engagement moindre.

La relation entre l’engagement scolaire et la réussite scolaire et professionnelle des adultes était largement indépendante de la personnalité. Parmi les cinq grands domaines de la personnalité mesurés, trois étaient associés à l’engagement scolaire dans l’enfance : 

  • Positivement pour l’extraversion (le fait d’être extraverti, vif, sociable, bavard, sûr de soi, joyeux et d’apprécier les interactions sociales.) 
  • Négativement pour le neuroticisme (le fait d’avoir une tendance persistante à l'expérience des émotions négatives)
  • Positivement pour la conscienciosité (le fait d’être bien organisé, travailleur, discipliné, efficace, consciencieux et ordonné face aux échéances)

Joan Abbott-Chapman et ses collègues (2013) ont trouvé des indications selon lesquelles l’agréabilité (le fait d’être tolérant, doux, gentil, indulgent, agréable, altruiste ou obligeant) précède l’engagement scolaire et est associée à une probabilité plus faible d’obtenir une éducation postscolaire. Les personnes présentant des niveaux élevés d’agréabilité sont caractérisées par leur empathie, leur esprit démocratique et leur participation. Bien que ces traits caractérisent un bon citoyen, ils ne sont pas aussi compatibles avec la réussite scolaire que les traits associés à un degré d’agréabilité moindre. Ces derniers sont le sens de l’autonomie, l’indépendance et l’orientation vers un but.




Facteurs propres aux écoles


L’étude a recherché les aspects modifiables des environnements d’apprentissage des écoles. Elle a révélé que la participation des élèves à une série d’activités, y compris le sport, est associée à des niveaux plus élevés d’engagement scolaire, et confirme les résultats de recherches antérieures.

Ces résultats soulignent l’importance pour les écoles de fournir un environnement d’apprentissage riche à l’intérieur et à l’extérieur de la classe. Celui-ci met au défi et récompense l’effort, et contribue à créer une orientation vers un objectif de maîtrise chez les élèves. 

Les styles d’apprentissage actifs, plutôt que passifs, qui sollicitent à la fois l’esprit et le corps ont été crédités pour encourager l’engagement. Les activités d’apprentissage, qui favorisent l’intérêt, la concentration, le plaisir et le sentiment d’accomplissement ont des effets positifs.

Les résultats de la recherche suggèrent également que des activités scolaires, notamment le sport, la musique et le théâtre, font partie du capital social d’une école. Elles ont un apport au même titre que les relations avec les enseignants et les influences des réseaux familiaux et institutionnels. Elles devraient être encouragées en tant que telles. 

L’expérience des élèves en matière de capital social scolaire influence leur participation à l’éducation et à la formation. Cela se vérifiet indépendamment du niveau d’éducation des parents, de la profession des parents, de la situation géographique, du contexte culturel, du secteur scolaire et des résultats scolaires. 

Gorard et Huat See (2010) confirment la valeur ajoutée des écoles où les directeurs et les enseignants sont capables de créer un climat positif, dans lequel l’enseignement et l’apprentissage peuvent s’épanouir. Elles offrent un environnement dans lequel les élèves peuvent prendre plaisir à apprendre malgré les désavantages sociaux ou économiques.




Conclusions


Le plaisir ressenti à l‘école en tant qu’expression des aspects affectifs de l’engagement scolaire, a un effet longitudinal sur l’identité de l’apprenant tout au long de sa vie. Il semble influencer les choix ultérieurs en matière d’éducation et de carrière jusqu’à l’âge adulte. L’environnement scolaire joue un rôle important dans la formation des aspirations postscolaires des élèves en fin de scolarité.

De plus, l’engagement et les résultats scolaires puis ceux à l’âge adulte sont positivement liés. L’engagement scolaire apparait comme associé à la réussite scolaire et au niveau d’études. Un engagement scolaire plus important est associé de manière indépendante à l’obtention d’un statut professionnel plus élevé 20 ans plus tard. Cette association est indépendante d’un grand nombre de facteurs contextuels.

Le niveau d’éducation de la mère, le concept de soi en tant qu’apprenant, la motivation à apprendre prédisent également de manière significative la réalisation scolaire et à l’âge adulte.  De même, l’engagement scolaire est un médiateur de l’association entre le trait de personnalité de l’agréabilité et les résultats scolaires. 




Bibliographie


Abbott-Chapman, Joan & Martin, Kara & Ollington, Nadia & Venn, Alison & Dwyer, Terry & Gall, Seana. (2014). The longitudinal association of childhood school engagement with adult educational and occupational achievement: Findings from an Australian national study. British Educational Research Journal. 40. 10.1002/berj.3031.

Ainley, M. & Ainley, J. (2011) Student engagement with science in early adolescence: The contribution of enjoyment to students’ continuing interest in learning about science, Contemporary Educational Psychology, 36(1), 4–12.

Gorard, S. & Huat See, B. (2010) How can we enhance enjoyment of secondary school? The student view, British Educational Research Journal, 37(4), 1–20.

Lumby, J. (2011) Enjoyment and learning: Policy and secondary school learners’ experience in England, British Educational Research Journal, 37(2), 247–264.

Marks, G. N., Fleming, N., Long, M. & McMillan, J. (2000) Patterns of participation in Year 12 and higher education in Australia: Trends and issues. Lsay report 17 (Camberwell, ACER).

Bond, L., Butler, H., Thomas, L., Carlin, J., Glover, S. & Bowes, G., et al. (2007) Social and school connectedness in early secondary school as predictors of late teenage substance use, mental health, and academic outcomes, Journal of Adolescent Health, 40 (4), 357 e359–318.

OECD (2011) Education at a glance 2011: OECD indicators.

0 comments:

Enregistrer un commentaire