vendredi 27 mars 2020

Caractéristiques du leadership liées à une gestion du comportement efficace à l’échelle d’une école

Dans son étude indépendante de 2017 sur le comportement dans les écoles et sur la façon dont le leadership peut l’optimiser, Tom Bennett propose une série de caractéristiques du leadership liées à une gestion du comportement efficace à l’échelle d’une école.


(Photographie : Ben Anderson)


Il les a mises en évidence à travers ses différentes rencontres et interviews d’enseignants et de directeurs d’école dans des écoles performantes en gestion du comportement. Il s’agit d’une liste qualitative.

Comme il le précise, cette liste n’est pas exhaustive :
  • Aucune de ces caractéristiques ne constitue en soi une condition suffisante de succès.
  • Certaines de ces caractéristiques sont également présentes dans les écoles qui réussissent moins bien à créer des cultures comportementales efficaces.

En voici une synthèse :




Des chefs d’établissement engagés


Ils ont des niveaux élevés d’attention, d’ambition, d’altruisme, de conviction, de ténacité et de sens de la mission.

Ils expriment un engagement profond et sincère en faveur de la réussite de leur l’école, en tant que communauté, et pour chacun de ses membres.

Certains ont la conviction qu’ils doivent apporter des changements dans leur école. Beaucoup considèrent les défis et les obstacles avec optimisme et pragmatisme.




Des équipes de gestion fortes, avec un équilibre des aptitudes


Les membres de la direction sont employés dans des domaines qui correspondent à leurs aptitudes.

Ils ont une acceptation engagée de leur mission et de la vision du chef d’établissement qu’ils adoptent.




Une vision claire et précise des objectifs et des stratégies à adopter


Il ne suffit pas d’avoir une vague idée de ce que devrait être la culture et l’expression des valeurs à l’échelle de l’école.

Il est nécessaire que les dirigeants de l’école décrivent avec précision et détails leur vision de la gestion des comportements :
  • Quels sont les objectifs actuels ou permanents ? 
  • À quoi ressemblent les comportements souhaités ? 
  • Quelles stratégies sont nécessaires pour les atteindre ? 
  • Comment évaluer ces stratégies et leur mise en place ? 





Une communication ferme et solide des objectifs et stratégies


Tous les élèves connaissent en détail la vision de l’école. Ils savent comment exactement elle est réalisée. Ils connaissent les règles et les valeurs de l’école. Ils connaissent l’équipe dirigeante.

Tous les membres du personnel expriment un respect sincère et positif pour les politiques comportementales de l’école. Ils se sentent soutenus dans leur capacité à les mettre en œuvre, et en confiance pour les communiquer aux élèves.

La visibilité et la cohérence dans l’application des valeurs et les règles de l’école simplifient les attentes et les rendent plus facilement réalisables.





Une attention particulière aux détails


Peu de choses sont laissées au hasard. Chaque aspect de la vie scolaire est codifié et est pris en compte de manière réfléchie. Il est rendu conforme aux valeurs et aux processus de la politique de comportement scolaire.

Cette politique était elle-même énoncée de manière suffisamment détaillée et claire, constamment mentionnée et rendue explicite tout au long de la vie scolaire.

Il y avait peu de chances que le personnel ou les élèves se méprennent sur les valeurs et les routines de l’école lorsqu’elles sont présentées régulièrement de manière détaillée.




Des routines bien annoncées et démontrées à plusieurs reprises


Elles concernent tous les aspects de la conduite et les comportements attendus au sein de l’école. Elles expriment des attentes claires et cohérentes en matière de conduite habituelle.

Tout aspect de la vie scolaire qui pourrait être transformé avec succès en routine est clairement défini comme tel.

Il s’agit de chercher de manière proactive à identifier les comportements universellement requis dans chaque aspect de la vie scolaire, puis s’efforcer de faire comprendre à toutes les parties prenantes ce que la routine implique.

Ce qui compte, c’est qu’il y ait une compréhension commune de ce comportement, ancrée dans la conscience collective, et attendue à tout moment.




Un engagement en faveur du développement professionnel


Cela s’accompagne de l’attente concomitante que le personnel rende la pareille en faisant de son mieux.

Le développement professionnel continu et la gestion des performances concourent à améliorer les compétences collectives du personnel dans le domaine de la gestion du comportement.

Tout le personnel est responsable de ses décisions, de son adhésion aux routines scolaires et de sa démonstration des valeurs de l’école.




Un leadership très visible


La présence visible de la direction est une partie normale et attendue de la vie publique de l’école.

Par exemple, les élèves ne sont pas surpris de voir le chef d’établissement se présenter sans annonce. Cela peut avoir lieu en classe, dans le réfectoire, aux portes de l’école et dans tous les secteurs de la communauté scolaire.





Des politiques de comportement qui ont fait l’objet d’une attention constante


Celles-ci concernent tous les aspects de la stratégie et de la planification scolaires.

Plutôt que de faire référence au comportement uniquement lorsque des problèmes sont rencontrés, le comportement était l’un des points permanents à l’ordre du jour des différentes réunions qui peuvent en être concernées.




Un engagement en faveur du bien-être et de la réussite de chaque élève


Malgré les difficultés rencontrées, les écoles démontrent qu’elles avaient un devoir envers chaque élève dont elles s’occupent. Chaque élève est considéré comme une opportunité de réussite plutôt que comme un vecteur d’échec.

Lorsque les élèves ne se comportent pas correctement, on considère que c’est un problème à résoudre plutôt qu’une simple nuisance.

Il s’agit d’exprimer un niveau élevé de considération positive pour chaque membre de la communauté scolaire. Cela va de pair avec des attentes claires et élevées quant au comportement des élèves.

Traiter les écarts de comportement est conforme au respect du potentiel des élèves, ainsi qu’à la dignité de leurs pairs.




Soutenir de manière appropriée les élèves les plus difficiles 


Les élèves ayant les plus grands besoins comportementaux doivent être soutenus de manière proactive plutôt que d’attendre que leurs difficultés se manifestent, et exigent une réponse.




Bibliographie


Tom Bennett, Creating a culture, 2017, https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/602487/Tom_Bennett_Independent_Review_of_Behaviour_in_Schools.pdf

0 comments:

Publier un commentaire