lundi 24 juin 2019

Le texte de réfutation, un outil contre les neuromythes

Les croyances, les biais cognitifs, les intuitions et paradoxalement le bon sens sont régulièrement des obstacles à l’apprentissage de concepts liés au domaine pédagogique et basés sur des données probantes. Par exemple, le double codage peut se heurter à des conceptions ancrées sur les styles d’apprentissage, l’enseignement explicite peut lui se trouver confronté à une pédagogie constructiviste.


(Photographie : Stephanie Noritz)



Souvent, des connaissances acquises antérieurement, mais incorrectes sont très solides, difficiles à surmonter. Elles peuvent sérieusement entraver l’acquisition de nouvelles connaissances.

Un nouvel apprentissage exige régulièrement la révision de connaissances acquises antérieurement, mais incorrectes. La possibilité de ce nouvel apprentissage dans ce cadre dépendra directement de la reconnaissance par l’apprenant qu’il possède des croyances incompatibles avec des concepts fondamentaux ou des données probantes dans la discipline concernée.





Textes de réfutation


Les textes de réfutation constituent une stratégie efficace de changement conceptuel et de révision des connaissances. La réfutation des connaissance a été mise en évidence dans cet article en tant que pratique efficace.

L’objet de ce présent article est de discuter des caractéristiques du texte de réfutation et du processus mental qui accompagne sa lecture par l’apprenant.

Un texte de réfutation énonce des connaissances précédemment acquises, mais incorrectes, puis les réfute directement tout en fournissant l’information correcte. Il permet d’avoir un impact supérieur à celui de suivre un exposé qui détaille la même information.

Toutefois, ils gagnent en efficacité lorsqu’ils sont accompagnés d’un enseignement guidé et d’une activité de discussion qui amène les apprenants à poser un jugement immédiat.

Un texte de réfutation doit contenir trois éléments principaux :
  1. Il doit présenter de l’information acquise antérieurement, mais qui n’est pas exacte.
  2. Il doit indiquer que l’information est inexacte.
  3. Il doit contenir des preuves pour appuyer l’information exacte à apprendre.
Un texte de réfutation présente l’idée fausse et la réfute directement dans la foulée. Il énonce l’information exacte. Ce principe est important. Il s’agit de respecter la charge cognitive et à travers celle-ci les limites de la mémoire de travail en enchaînant précisément le processus.

Le petit avantage que présente l’énoncé explicite de la réfutation est conforme à l’idée que l’information énoncée explicitement est plus fortement codée en mémoire (et avec une probabilité plus élevée) que l’information présumée.




Cas des 10 % du cerveau utilisé


Par exemple, un neuromythe courant est celui selon lequel « la plupart des êtres humains n’utiliseraient que dix pour cent de leur cerveau ».

La réfutation est par exemple de dire que cette assertion n’est pas correcte en l’étayant des arguments tels que ceux-ci :
  1. Si 90 % du cerveau étaient inutilisés, alors les lésions cérébrales de ces zones ne devraient pas détériorer son fonctionnement. Au contraire, il n’existe presque aucune zone cérébrale dont la lésion n’est pas incapacitante.
  2. Le cerveau représente un coût énorme comparativement au reste du corps. Si 90 % étaient inutiles, un cerveau plus efficace et plus petit aurait représenté un avantage sélectif énorme.
  3. L’imagerie cérébrale montre que chaque partie du cerveau est en activité, au moins partiellement, même pendant le sommeil.
  4. Les seules zones qui sont inactives sont des zones lésées gravement.
  5. Le cerveau possède des zones différentes qui effectuent différents traitements de l’information. La recherche n’a pas révélé de zone sans fonction.

La réfutation serait suivie directement d’une explication de concepts scientifiques probants tels que « Plusieurs composantes de l’intelligence peuvent être développées par l’entraînement. Cependant, l’idée que l’essentiel du cerveau reste inutilisé ne repose sur aucune observation, chacune de ses aires possède une fonction connue. »  

Les données probantes suggèrent que l’approche du texte de réfutation aide les apprenants à garder en tête à la fois l’idée naïve et l’idée scientifique. Cela leur permet de remarquer la contradiction et d’en tirer les conclusions.




Principe général


La compréhension du texte de réfutation exige pour le lecteur un processus d’intégration continue en mémoire des informations transmises. Ce processus est nécessaire pour constituer une représentation mentale du sujet abordé. L’intégration de nouvelles informations pendant la lecture entraîne la mise à jour ou la révision de la représentation concernée.

La révision ou la mise à jour des connaissances peut survenir au cours de la compréhension de la lecture, lorsque de nouveaux renseignements présentés réfutent les conceptions préalables de l’apprenant.

La mise à jour implique non seulement l’incorporation de nouvelles informations, mais aussi l’actualisation, la modification ou la désuétude d’informations préalables. La révision des connaissances à l’intérieur d’un texte se produit chaque fois qu’une information est introduite et nécessite la « négation » d’une information antérieure.

Le fait de réfuter explicitement une conception erronée en argumentant et en présentant l’explication correcte permet de réduire significativement les résistances des apprenants pendant la lecture.

La réfutation à elle seule réduit, mais n’élimine pas l’impact de la perturbation causée par les conceptions erronées.




Processus de révision des connaissances (KReC)


Kendeou et O’Brien (2014) ont proposé le cadre Knowledge Revision Components (KReC). Il s’agit d’un mécanisme de changement du cadre conceptuel ou processus de révision des connaissances. Le cadre KReC est conforme aux modèles actuels de processus de mémoire.

Dans le KReC, cinq principes clés décrivent le processus complet de révision des connaissances pendant la lecture de textes de réfutation :

1. Encodage:
  • Une fois que l’information a été encodée en mémoire, elle ne peut être effacée. 
  • L’information encodée peut toujours être réactivée et faire partie des processus de compréhension ou d’apprentissage ultérieurs.


2. Activation passive :
  • L’activation de la mémoire est un processus passif, elle n’est pas guidée par le lecteur/apprenant. 
  • Chaque fois que de nouvelles informations sont codées pendant le processus de lecture/apprentissage, les informations associées provenant de la mémoire à long terme peuvent être réactivées, indépendamment du fait qu’elles soient correctes ou pertinentes. 
  • Cette composante passive explique pourquoi des connaissances incorrectes peuvent avoir un effet persistant et négatif sur les processus d’apprentissage.


3. Coactivation :
  • Lors de l’apprentissage de nouvelles informations, il est possible d’activer en même temps les informations associées qui se trouvent déjà en mémoire.
  • Une information nouvelle et correcte peut être activée en même temps qu’une information précédemment acquise, mais qui est incorrecte. 
  • La coactivation est l’élément critique nécessaire au processus de révision des connaissances.


4. Intégration :
  • Une fois la coactivation effectuée, les informations nouvellement codées peuvent ensuite être intégrées aux informations déjà acquises. 
  • Des informations nouvelles et correctes peuvent entrer en contact avec des informations déjà acquises, mais qui ne sont plus correctes.
  • L’intégration d’informations nouvellement codées avec des informations acquises antérieurement, mais qui sont incorrectes, constitue la base de la révision des connaissances.


5. Activation concurrente :

  • Le destin de la révision des connaissances est, à son tour, déterminé par le principe d’activation concurrente. 
  • La conception antérieure erronée a le potentiel d’être réactivée et d’interférer dans une situation d’apprentissage ultérieure.
  • À mesure que la quantité d’information exacte nouvellement acquise augmentera et sera intégrée à l’information acquise antérieurement, la nouvelle information commencera à dominer l’ensemble du réseau d’information. 
  • Au fur et à mesure que cela se produit, l’information correcte nouvellement encodée commencera à attirer des quantités croissantes d’activation sur elle-même et, en même temps, éloignera l’activation des conceptions erronées précédemment acquises. 
  • Au fur et à mesure que la proportion d’activation attirée vers l’information correcte nouvellement encodée augmente, toute activation des conceptions erronées antérieures est finalement réduite ou éliminée, réduisant ou éliminant ainsi toute interférence.






De l’importance des preuves


Un élément clé de l’efficacité de la révision des connaissances et de la réduction de l’impact des connaissances acquises antérieurement, mais incorrectes, est de fournir au lecteur des explications causales.

Ces explications causales combinées à la mise à jour de l’information créent une concurrence supplémentaire avec les connaissances acquises antérieurement, mais incorrectes, pour la réactivation, lorsque le lecteur encode de nouvelles informations connexes.

La richesse structurelle du réseau causal augmenterait la quantité d’activation que l’information mise à jour ou révisée attirerait, assurant ainsi son retour en mémoire active. Par opposition, cela diminue également l’activation de l’information incorrecte, diminuant ainsi son impact négatif.

Un élément symptomatique d’une interférence lors de la lecture d’un texte de réfutation est un ralentissement de la lecture d’une phrase cible. Cela reflète une perturbation du processus de compréhension.

Le temps de lecture fournit une mesure. Moment par moment, il évalue la facilité avec laquelle les lecteurs sont en mesure d’intégrer ce qu’ils lisent à l’information déjà lue dans le texte, ainsi qu’à l’information qui réside dans leurs conceptions préalables.

La recherche sur le texte de réfutation montre que la phrase de réfutation et l’explication causale réduisent considérablement les perturbations pendant la lecture. Il est donc fondamental d’affronter de face les conceptions erronées pour les réfuter stratégiquement et permettre un apprentissage réussi.

En fournissant au lecteur des explications causales à l’appui du processus de mise à jour ou de révision des connaissances, nous pouvons éliminer l’interférence produite par la réactivation de l’information erronée. Cela permet un apprentissage à long terme.






Exemple d’application au mythe des styles d’apprentissage


  1. Un enseignant a l’idée fausse que différencier ses supports et démarches pédagogiques en fonction de styles d’apprentissage propres aux élèves leur est favorable. Cette information fait partie de ses connaissances antérieures et ne peut être effacée (principe de codage). 
  2. Cet enseignant lit un texte qui énonce la bonne information. Par exemple : « La théorie des styles d’apprentissage ne dispose d’aucun support dans le domaine de la recherche en sciences de l’éducation ou en psychologie cognitive. Il y a lieu de penser que cette approche peut être défavorable aux élèves ». 
  3. L’idée fausse, c’est-à-dire qu’« enseigner selon les styles d’apprentissage des élèves est efficace », sera également activée par des processus d’activation passifs (principe d’activation passive). 
  4. Ces processus passifs d’activation produisent la coactivation de la croyance du bon sens et de la croyance correcte, condition nécessaire à la révision des connaissances (principe de coactivation). 
  5. Lorsque le bon principe est intégré à la croyance du bon sens, un certain degré de révision des connaissances a été appliqué (principe d’intégration). 
  6. Au fur et à mesure, la quantité d’informations correctes sur les croyances augmente. Cela a lieu par exemple en incluant des explications causales, entre autres, sur le modèle de la mémoire ou sur le double codage. L’information correcte commencera à dominer le réseau intégré de l’information en gardant la croyance. 
  7. Au fur et à mesure que cela se produit, l’information correcte commencera à attirer des quantités croissantes d’activation sur elle-même. En même temps, cela éloignera l’activation de l’idée fausse de sorte que toute interférence de cette dernière soit réduite ou éliminée (principe d’activation concurrent).




Portée du processus de révision des connaissances


Dans le contexte du changement conceptuel, la révision des connaissances est perçue comme un processus progressif, conservateur et lent qui comporte plusieurs étapes intermédiaires.

Les neuromythes et les conceptions erronées en pédagogie sont résistantes à la révision. L’utilisation de textes de réfutation construits dans le contexte du cadre KReC peut contribuer à surmonter cette résistance.

La révision et la correction des idées fausses en pédagogie et en sciences cognitives devraient aboutir à une compréhension plus large et plus profonde des principes fondamentaux de ces domaines de connaissance.

Mis à jour le 12/02/21

Bibliographie 


Kendeou, Panayiota & Walsh, Erinn & Smith, Emily & O’Brien, Edward. (2014). Knowledge Revision Processes in Refutation Texts. Discourse Processes. 51. 10.1080/0163853X.2014.913961.

Lassonde, K. A., Kendeou, P., & O’Brien, E. J. (2016, February 15). Refutation Texts: Overcoming Psychology Misconceptions That Are Resistant to Change. Scholarship of Teaching and Learning in Psychology. Advance online publication. http://dx.doi.org/10.1037/stl0000054

Kendeou, P., & van den Broek, P. (2007). The effects of prior knowledge and text structure on comprehension processes during reading of scientific texts. Memory & Cognition, 35, 1567–1577.

Mythe de l’utilisation incomplète du cerveau. (2019, avril 5). Wikipédia, l’encyclopédie libre. Page consultée le 20 h 4, avril 5, 2019 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Mythe_de_l%27utilisation_incompl%C3%A8te_du_cerveau&oldid=158185003.

0 comments:

Enregistrer un commentaire