lundi 14 mai 2018

Facteurs influençant la réussite des élèves

Pour mettre en perspective l’aspect à la fois complètement évident, mais pas du tout acquis de l’efficacité en tant que levier d’amélioration, il suffit de mettre en perspective ces deux citations :
  • Une citation d’André Tricot partagée sur Twitter : « Un enseignant efficace, c’est un enseignant qui fait progresser ses élèves entre le mois de septembre et le mois de juin. »
  • Une seconde citation rapportée par Joëlle Clanet : « Pour les enseignants, le changement fait partie des obligations, seule l’amélioration est optionnelle » (Andrew Hargreaves, 1993).
D’un côté, un challenge important est mis sur les épaules des enseignants, il s’agit de mettre en œuvre et d'optimiser la réussite des élèves. De l’autre, les enseignants sont considérés dans les limites de leur fonction. Celle-ci, en lien avec leur liberté pédagogique, les caractéristiques de leur établissement et leurs programmes, se traduit en un rôle défini et délimité.


(Photographie : Beate Guetschow)


Efficacité ? 


Où se trouve l’équilibre entre les deux, comment se situer lorsque l’on se revendique d’une efficacité appuyée par des données probantes ?

L’efficacité n’est pas une notion simple ni à définir ni à évaluer, mais elle est une indicatrice essentielle de l’évaluation des politiques et pratiques scolaires. En cela, elle gagne à être objectivée.

Elle est pour une part importante, dépendante du bon vouloir des enseignants et des directions d’école. Il est cependant dangereux de se limiter à cette dimension-là. Elle est tellement propre et personnelle aux individus, aux péripéties de leurs parcours fluctuants, qu’elle en devient vacillante et incertaine. Considérée à l’échelle d’individus isolés, elle ne peut être considérée comme garantie ou durable.

C’est à d’autres niveaux qu’il faut agir si l’on veut des changements et des améliorations systémiques.

Le réel moteur qui anime dans la recherche de l’efficacité est la volonté d’aboutir à une meilleure réussite des élèves, à une école plus démocratique et plus équitable.



Facteurs propres aux élèves


La réussite des élèves n’est pas un simple déterminisme sociologique. Elle n’est pas non plus leur seule responsabilité.

  • Les travaux de recherches sur les pratiques enseignantes montrent que les niveaux de performances des élèves ne dépendent pas exclusivement de leurs caractéristiques :
    • Familiales : niveau socio-économique ou culturel, conditions de vie
    • Individuelles : passé scolaire, apprentissages antérieurs, orientation, motivation, capacités cognitives, influences des pairs.
  • Il n’y a pas de fatalité sociale, ni à de simples causes d’ordre psychologique, liées aux caractéristiques mentales, génétiques ou motivationnelles des élèves.



Facteurs déterminants de l’organisation scolaire


La médiation de l’efficacité passe avant tout par des facteurs comme :

  • La formation initiale des enseignants qui leur donnerait de bonnes conceptions sur l’enseignement efficace et les processus d’apprentissage des élèves tels que mis en évidence par les sciences cognitives
  • Une formation continuée des enseignants qui se baserait sur des données probantes
  • Un mode de pilotage des établissements qui viserait une optimisation des ressources par des approches de type « Réponse à l’intervention »
  • L’organisation des différentes dimensions de l’enseignement : curriculum, programmes, modes d’évaluation.


Facteurs déterminants de l’efficacité de l’école


Certains chercheurs expliquent que l’effet-école ne serait qu’une somme d’effets enseignants, mais cette vision est très réductrice.

Le fait est que la recherche tend à montrer que les écoles sont plus efficaces quand les enseignants utilisent un enseignement explicite

Au cours des années 1970, plusieurs recherches ont été conduites dans des écoles performantes situées dans des quartiers défavorisés. Ces travaux ont permis de mettre en lumière cinq facteurs fortement corrélés aux performances scolaires de ces écoles efficaces :


  1. Un leadership fort de la direction et une attention particulière accordée à la qualité de l’enseignement. L’école particulièrement efficace emploierait une majorité d’enseignants efficaces qui collaborent pleinement entre eux et sont chapeautés par un leadership lui-même efficace.
  2. Des attentes élevées concernant les performances de tous les élèves
  3. Un milieu sécuritaire et ordonné (climat propice aux apprentissages). Il est important également que les enseignants, le personnel éducatif et les dirigeants participent à un climat d’école ordonné et structuré basé sur des valeurs et une culture propre et commune. Il s’agit de privilégier le consensus et la cohésion au sein de l’équipe enseignante, de développer la collégialité des pratiques pédagogiques au sein d’équipes pédagogiques motivées et stables.
  4. La priorité accordée à l’enseignement des matières de base (lecture, écriture, mathématiques)
  5. Des évaluations et des contrôles fréquents des progrès des élèves. 

Au cours des années 1990, d’autres chercheurs sont allés observer ce qui se passait dans les classes mêmes de ces écoles. Ils ont ainsi pu montrer que :
  1. Il existe une relation étroite entre les bons enseignants et les bonnes écoles. 
  2. Les enseignants œuvrant dans les écoles efficaces manifestent, de façon constante, plus de comportements associés aux pratiques d’enseignement explicite que les enseignants des écoles moins efficaces. L’effet des enseignants s’accroît lorsque les pratiques d’enseignement utilisées par ceux-ci dans l’école correspondent aux méthodes d’enseignement identifiées par les recherches sur l’efficacité de l’enseignement. 
L’école est également insérée dans une communauté : il convient d’impliquer les parents dans l’école et de collaborer avec les partenaires de l’école.

Conclusion


S’interroger sur l’efficacité des pratiques et les compétences enseignantes est une question centrale. Les pratiques enseignantes (qu’elles soient pédagogiques ou liées à l’accompagnement, à la gestion de la discipline ou à l’évaluation) représentent une des rares variables sur lesquelles on peut agir pour améliorer les apprentissages des élèves. C’est au niveau de l’école que ces pratiques gagnent à être influencées, en se basant sur des données probantes.

La défavorisation sociale n’est pas un prédicteur absolu de la réussite, mais un facteur de risque qui doit être contrebalancé par l’enseignant et l’école.

La recherche a démontré que selon les enseignants qu’il a ou l’école qu’il fréquente, un élève peut avoir des chances très différentes de progresser ou de rencontrer l’échec. Il s’agit donc de reconnaitre que pour une élève, tout n’est pas joué en fonction des capacités, des troubles, de son bagage culturel, de son histoire familiale ou de son milieu socio-économique. Cela met en évidence une responsabilité réelle à prendre en compte, de l’institution scolaire, tout autant sur les succès que sur les échecs scolaires.



(mise à jour le 25/04/20)




Bibliographie


Laurent Talbot, « Les recherches sur les pratiques enseignantes efficaces », Questions Vives [en ligne], Vol.6 n° 18 | 2012, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 10 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsvives/1234 ; DOI : 10.4000/questionsvives.1234

Bocquillon, Marie & Derobertmasure, Antoine & Demeuse, Marc. (2017). Les recherches sur l’enseignement efficace en bref. 10.13140/RG.2.2.14904.24327.

Feyfant Annie (2011). « Effets des pratiques pédagogiques sur les apprentissages ». Dossier d’actualité veille et analyses, n° 65, octobre 2011, en ligne : http://www.inrp.fr/vst/DA/detailsDossier.php?dossier=65&lang=fr

Joël Clanet, « L’efficacité enseignante, quelle modélisation pour servir cette ambition ? », Questions Vives [en ligne], Vol.6 n° 18 | 2012, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 10 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsvives/1121 ; DOI : 10.4000/questionsvives.1121

Zone proximale de développement. (2017, juin 23), Wikipédia, l’encyclopédie libre. Page consultée le 20 h 45, juin 23, 2017 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Zone_proximale_de_d%C3%A9veloppement&oldid=138411302.

Laurent Talbot, « Les recherches sur les pratiques enseignantes efficaces », Questions Vives [en ligne], Vol.6 n° 18 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 10 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsvives/1148

Joël Clanet, « L’efficacité enseignante, quelle modélisation pour servir cette ambition ? », Questions Vives [en ligne], Vol.6 n° 18 | 2012, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 10 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/questionsvives/1121 ; DOI : 10.4000/questionsvives.1121

Gauthier, C., Bissonnette, S., & Richard, M. (2013). Enseignement explicite et réussite des élèves. La gestion des apprentissages. Bruxelles : De Boeck.

Clermont Gauthier, Steve Bissonnette & Marie Bocquillon, L’enseignement explicite : une approche pédagogique efficace pour favoriser l’apprentissage des contenus et des comportements en classe et dans l’école, Apprendre et enseigner aujourd’hui, vol 8, n° 2, printemps 2019

0 comments:

Enregistrer un commentaire