samedi 9 septembre 2017

Influence de l'auto-efficacité sur les pratiques enseignantes et le fonctionnement des établissements scolaires

Quelle importance joue l’auto-efficacité dans la bonne gestion d’un établissement scolaire ? Comment peut-elle influencer la pratique des enseignants ?

(photographie : Kim Høltermand)



L’auto-efficacité des enseignants est associée aux attitudes et aux comportements de l’enseignant face à ses classes. Un bon niveau d’auto-efficacité pédagogique chez les enseignants contribue à motiver et à favoriser l’apprentissage chez leurs élèves.

L’auto-efficacité des enseignants est positivement associée à leur engagement professionnel :
  1. Elle influence leur façon de structurer les activités scolaires.
  2. Elle contribue à façonner les évaluations que se font les élèves de leurs propres capacités intellectuelles. 



Effets liés à une auto-efficacité élevée


 Les enseignants ayant une auto-efficacité pédagogique élevée,
  • Pensent qu’il est possible d’apprendre aux élèves qui rencontrent des difficultés scolaires ou comportementales grâce à un effort supplémentaire et à l’usage de techniques appropriées
  • Pensent qu’ils peuvent obtenir le soutien de la famille et atténuer des influences contraires par un enseignement efficace
  • Consacrent plus de temps aux activités scolaires, délivrent aux élèves en difficulté le soutien nécessaire pour réussir et valorisent les bons résultats engrangés
  • Se focalisent sur la progression de l’apprentissage de leurs élèves
  • Créent des expériences de maîtrise et des occasions de réussite pour leurs élèves
  • S’appuient sur des moyens persuasifs et soutiennent la croissance de l’intérêt intrinsèque et de l’autorégulation de leurs élèves
  • Manifestent des attentes élevées auprès de tous leurs élèves.

Effets d’une auto-efficacité faible


Les enseignants qui ont un faible sentiment d’efficacité pédagogique : 
  • Estiment qu’ils ne peuvent pas faire grand-chose si leurs élèves ne sont pas naturellement motivés
  • Considèrent que leurs élèves sont négativement influencés par leur famille et leurs pairs
  • Installent un mode de fonctionnement en classe qui risque d’influencer négativement les évaluations que font les élèves de leurs propres aptitudes et de leur développement cognitif
  • Consacrent plus de temps à des activités non scolaires
  • Manifestent peu d’attentes élevées envers leurs élèves
  • Abandonnent rapidement les élèves qui n’obtiennent pas des résultats rapides et les critiquent pour leurs échecs
  • Sont stressés et agacés par la mauvaise conduite de leurs élèves
  • Peuvent être submergés par des problèmes gestion de classe ou imposent des règles strictes de fonctionnement pour mieux contrôler le comportement des élèves. 
  • Se focalisent plus sur la matière enseignée que sur l’apprentissage de leurs élèves et utilisent des récompenses extrinsèques et des sanctions pour amener les élèves à étudier.



Efficacité collective des enseignants


L’auto-efficacité est individuelle et spécifique, mais peut aussi s’appliquer au niveau de l’école dans sa globalité et agir sur l’efficacité collective du corps enseignant.

L’efficacité collective des enseignants est la moyenne de celle des différents enseignants d’une école. L’idée est que lorsque l’efficacité collective des enseignants est élevée, les enseignants d’une école pensent que tous leurs élèves peuvent apprendre. Ils estiment qu’ils ont les ressources dont ils ont besoin pour enseigner et qu’ils sont soutenus dans leur travail par la direction. Un niveau élevé d’efficacité collective des enseignants est une dimension précieuse à cultiver à l’échelle d’un établissement.


Les caractéristiques des écoles efficaces :


1. Un fort leadership pédagogique du directeur renforce l’auto-efficacité des enseignants

  • Dans les écoles efficaces, les directeurs ne sont pas seulement des administrateurs, mais aussi des leaders pédagogiques qui recherchent des méthodes pour améliorer l’enseignement. 
  • Dans les écoles à moindre niveau de réussite, les directeurs fonctionnent surtout comme administrateurs. 
  • L’auto-efficacité de l’enseignant est considérée comme un facteur clé de son efficacité pédagogique. Dès lors nous pouvons nous intéresser aux interventions qui permettent de mettre en place un cercle vertueux pour contribuer à l’accroissement de l’auto-efficacité des équipes pédagogiques :
    • L’interprétation des expériences vécues par les enseignants influence le développement de leur auto-efficacité. Une rétroaction formative de la direction vers les enseignants est essentielle à ce niveau.
    • L’enseignant qui multiplie les occasions de collaboration, qui aime poser des questions, s’informer, partager ses expériences ou encore échanger sur ses pratiques fait généralement état d’un meilleur sentiment d’efficacité personnelle. Il y a avantage à multiplier et faciliter ces occasions de collaboration au sein des équipes pédagogiques. La constitution de communautés d’apprentissage professionnelle est à ce titre utile.
    • Les enseignants qui participent à des activités d’apprentissage professionnel collaboratif régulièrement manifestent un niveau de sentiment d’efficacité personnelle relativement meilleur que les autres. Instaurer un climat de collaboration et une dynamique de projets au sein d’un établissement scolaire est une manière efficace d’agir pour améliorer le sentiment d’efficacité personnelle des enseignants.
    • Être entouré de personnes qui croient dans les capacités des enseignants et qui le leur font savoir permet d’accroitre leur sentiment d’efficacité personnelle. Pour autant qu’ils soient réalistes, les conseils, les encouragements et les marques de soutien des collègues et de la direction constituent des éléments importants qui peuvent alimenter et renforcer le sentiment d’efficacité personnelle de l’enseignant.
    • Les enseignants débutants qui font partie d’une équipe au sein de laquelle ils/elles se sentent soutenus ont tendance à se sentir plus efficaces. Ce soutien s’avère essentiel pour prévenir les risques d’abandon de la profession enseignante au cours des premières années de carrière.
    • L’épuisement, le stress, l’angoisse, le découragement peuvent être interprétés comme des signes d’incompétence et amener l’enseignant à douter de ses capacités. A contrario, les états émotionnels positifs comme la fierté, la joie, la satisfaction ont tendance à renforcer le sentiment d’efficacité personnelle. Amener l’enseignant à identifier, comprendre, reconnaître ses états émotionnels et à mieux appréhender les émotions négatives peut donc être utile en vue de les aider à développer un meilleur sentiment d’efficacité personnelle.



2. Des standards scolaires élevés et une ferme conviction que les élèves peuvent les atteindre

  • Dans les écoles efficaces, les enseignants ont une auto-efficacité élevée.
  • Dans les écoles à moindre niveau de réussite, les enseignants ont une auto-efficacité faible.
  • Les classes hétérogènes sont à privilégier aux classes homogènes ou classes de niveau :
    • Il y a des effets d’affaiblissement liés au regroupement d’élèves plus faibles dans des classes de rattrapage. Il est susceptible de favoriser des problèmes de discipline tandis qu’une intégration à des programmes plus exigeants permet des améliorations substantielles. 
    • La constitution d’un groupe d’élèves de niveau plus faible peut faire des ravages sur le sentiment d’efficacité pédagogique de leurs enseignants. Cela peut conduire chez eux à un sentiment d’inefficacité que les élèves peuvent percevoir. 
    • Les élèves reconnus comme ayant des difficultés ou des troubles d’apprentissage ont plus difficilement accès aux différentes sources de l’auto-efficacité. 
      • Cet accès réduit à son tour a un effet néfaste sur leur sentiment d’efficacité personnelle. 
      • Ces élèves ont accès à moins d’expériences de réussite, étant donné qu’ils sont fréquemment en échec scolaire. 
      • Du fait de leur différence de statut vis-à-vis des autres élèves, ils peuvent bénéficier moins de l’effet de soutien que leurs pairs pourraient leur offrir. Ils reçoivent moins d’encouragements. 
      • Ils rencontrent moins de succès et ils doivent faire face à un stress plus intense face au risque d’échec.


3. Un enseignement orienté vers la maîtrise (pédagogie explicite) favorise la motivation
  • Il gagne à être accompagné de démarches d’évaluation formative, d’une rétroaction efficace, d’un enseignement des stratégies d’apprentissage et d’autorégulation et d’une répartition des ressources selon une approche de type réponse à l’intervention (RàI).


4. Une bonne gestion du comportement en classe
  • Dans les écoles efficaces, le comportement en classe est géré avec succès. Il se fait en enseignant les routines, en favorisant, renforçant positivement et valorisant les activités productives plutôt qu’en punissant les comportements perturbateurs. Cependant, si un comportement perturbateur menace, il est géré rapidement et fermement.


5. L’implication des parents dans la scolarité de leurs enfants

  • Un système régulier de communication entre l’école et la maison peut faciliter un plus fort investissement parental. La participation parentale doit être favorisée en créant des liens avec les parents, en montrant leur importance dans l’action pédagogique et en sollicitant l’aide de parents déjà impliqués.
  • Le sentiment d’efficacité des enseignants détermine partiellement le niveau de participation parentale dans les activités scolaires des enfants. Les enseignants convaincus de leurs capacités ont le plus de chances de solliciter et de soutenir les efforts pédagogiques des parents. Ainsi, plus l’efficacité pédagogique de l’enseignant est forte, plus les parents recherchent le contact avec lui, l’aident en classe, enseignent à la maison à partir de programmes qu’il a fixés. Ils aident leurs enfants à faire leurs devoirs, et soutiennent de diverses autres manières les efforts de l’enseignant.
  • La famille joue un rôle clé dans le succès des enfants à l’école. Une autre caractéristique des écoles efficaces est donc la forte implication des parents comme partenaires dans l’éducation des enfants. 
  • Les parents ayant suivi des études soutiennent généralement leurs enfants dans leur apprentissage intellectuel et n’ont pas peur d’influencer les pratiques de l’école pour faciliter le progrès de leurs enfants.
  • Ce sont généralement les parents défavorisés qui ont une faible implication dans l’école et qui offrent peu de soutien pédagogique à leurs enfants. Beaucoup ne savent pas quoi faire ni comment aider leurs enfants à apprendre à la maison. Ce manque de connaissances est aisément interprété par erreur comme un manque d’attention de leur part. Ils sont souvent intimidés par l’école, initient rarement le contact avec elle et ont peu de ressources économiques à leur disposition pour enrichir la scolarité de leurs enfants. 
  • Un niveau élevé d’efficacité et d’aspirations parentales élève les aspirations scolaires des enfants et leur sentiment d’auto-efficacité scolaire.

Mise à jour le 11/07/2021

Bibliographie


Canzittu, D. & Demeuse, M. (2017). Comment rendre une école réellement orientante ? Louvain-la-Neuve : De Boeck Supérieur.

Galand, B. & Vanlede, M. (2004). Le sentiment d’efficacité personnelle dans l’apprentissage et la formation : quel rôle joue-t-il ? D’où vient-il ? Comment intervenir ? Savoirs, hors série (5), 91-116. doi:10.3917/savo.hs01.0091.

Gerrig R ; Zimbardo, P « Psychologie 18e édition », Pearson, 2013

Lecomte, Jacques. « Les applications du sentiment d’efficacité personnelle », Savoirs, vol. hors série, no. 5, 2004, pp. 59-90.

Martin, E. « Le sentiment d’efficacité personnelle des enseignant. e. s », Eduquer, n° 27 PP 26-28, février 2017

« Auto-efficacité. » Wikipédia, l’encyclopédie libre. 16 juin 2017, 09:33 UTC. 28 juillet 2017, 05:09

2 commentaires:

  1. Merci infiniment pour ce post.C'est vade-mecum pour la prochaine rentrée scolaire. Votre contact pour vous écrire. D'avance, merci.

    RépondreSupprimer