mercredi 15 janvier 2020

Relations avec les parents

De bonnes relations entre l’école et la maison favorisent l’engagement des élèves en classe et leur apprentissage. Quand les parents et les enseignants communiquent positivement et collaborent, l’impact peut être important sur la gestion des apprentissages et du comportement en classe. Cela tend à se traduire par une meilleure réussite des élèves.


(Photographie : Al Brydon)


Communiquer avec les parents


Il est dès lors important que les établissements scolaires facilitent les opportunités pour les enseignants d’établir des liens sociaux et fonctionnels avec les parents de leurs élèves.

L’enjeu est d’encourager la communication en vue d’un soutien mutuel à l’apprentissage des élèves. Celui-ci recouvre autant le travail en classe que le comportement ou l’investissement scolaire à domicile.

Il est utile que des parents puissent avoir régulièrement et le plus tôt possible des informations sur le rendement scolaire de leurs enfants. Cela implique que les résultats communiqués aux parents ne le soient pas uniquement à la fin d’une période, mais également au sein de celle-ci. Il faut que les parents puissent avoir accès à une forme d’évaluation formative ou cumulative partielle avant une évaluation à enjeu important.

Il est important que les parents puissent être mis au courant de difficultés éventuelles rencontrées par leurs enfants, suffisamment tôt pour qu’ils puissent agir et prendre des initiatives pour y remédier dans les temps.



Habiletés de communication avec les parents


Comme pour les interactions que l’enseignant installe avec ses élèves, le cadre de la communication avec les parents impose différentes habiletés de communication. Elles sont utiles à acquérir et à développer, car elles permettent d’assurer rapidement et efficacement l’établissement de relations productives.

La première rencontre avec les parents est à ce titre un point de contact très important, car il établit la relation et ses attributions. La rareté des occasions fait qu’il s’agit d’un moment qu’il ne faut pas rater. Une mauvaise communication avec les parents sera un facteur défavorable aux progrès d’un élève.

Il s’agit d’éviter les impasses, les quiproquos et les incompréhensions. La chaleur, l’écoute et l’ouverture dans l’accueil et la rencontre sont donc d’une importance cruciale. Il s’agit par exemple de faire preuve d’une écoute active, de témoigner de l’empathie à travers les réponses que l’on donne et de miser sur des stratégies de résolution de problèmes.



Eviter les quiproquos et construire des ponts


Les parents peuvent venir d’horizons très différents de ceux des enseignants (d’origine et de statut socio-économique). Au plus ces différences sont importantes, au plus ils sont susceptibles d’être en décalage par rapport, à la culture scolaire. Au plus l’établissement de relations positives est alors important.

Certains ont pu connaitre des difficultés scolaires lors de leur parcours, de mauvaises expériences et peuvent se retrouver dans une situation de défiance.

Ces différences peuvent donner lieu à une variété d’attentes, de ressources, d’attitudes, de craintes et de croyances, parfois disproportionnées ou peu en rapport avec la réalité du contexte scolaire.

Celles-ci peuvent tout autant entraver qu’aider les élèves à l’école. Une communication claire et sans ambiguïté, sans jargon sur les attentes et priorités est très importante. L’idéal est de pouvoir construire des ponts entre les conceptions des parents —, qu’il est illusoire de vouloir changer — et les attentes de l’école.

Une attitude qui consiste à valoriser et à accepter les différences peut rassurer les parents. Ils peuvent ne pas être certains de l’accueil qu’ils vont recevoir ni de la qualité du suivi qui sera prodigué à leur enfant dans la cadre de la classe.




Recueillir l’autoévaluation des élèves


L’enseignant ne peut uniquement compter sur ses facultés d’observation pour se faire un avis sur ses élèves. Son attention est une ressource limitée. Elle n’est pas extensible et doit se distribuer sur un grand nombre d’élèves. Si certains élèves peuvent attirer l’attention, d’autres peuvent passer entre les mailles du filet.

Si l’enseignant est responsable uniquement d’un cours qui concerne l’élève, il peut glisser une grille d’autoévaluation à remplir à la fin de ses évaluations conséquentes (voir ci-dessous pour un exemple).



Si l’enseignant est en responsable d’une classe complète (professeur principal ou titulaire), il a intérêt à faire remplir un questionnaire d’autoévaluation. Celui-ci gagne à être utilisé à la fin de chaque période pour préparer le conseil de classe ou des rencontres avec les parents (voir ci-dessous pour un exemple).






Dans les deux cas, l’autoévaluation de l’élève permet de faire remonter de l’information à l’enseignant. Cela lui permet de mieux interpréter la situation et de prodiguer des conseils plus avisés et pertinents.




Angles d’approche


Les parents sont souvent intéressés par la façon dont l’enseignant sera en contact avec leur enfant et pourra lui fournir un soutien en cas de difficulté.

Il faut également prévoir du temps pour interagir avec les parents au sujet de préoccupations particulières qu’ils pourraient avoir pour leur enfant. Les réunions de parents permettent d’échanger de l’information. Il convient de ne pas être trop catégorique sur les conclusions et profiter de ces échanges pour prendre connaissance de paramètres que l’on pourrait ignorer. Les parents peuvent donner un aperçu des attitudes, d’évènements, des intérêts et du comportement de leur enfant à l’extérieur de l’école qui peuvent être pertinents pour l’analyse de l’enseignant.

Avant de s’avancer et de sortir ses cartes en tant qu’enseignant, il faut pouvoir se mettre à l’écoute des parents. Il s’agit de vérifier dans les informations qu’ils vont communiquer, que rien n’invalide tout ou partie de ce sur quoi on va se prononcer par la suite.

Il s’agit de pouvoir également individualiser le discours et pouvoir témoigner naturellement d’une connaissance de l’élève. Il est important que l’enseignant puisse fournir une description de certaines des forces propres à l’élève afin de donner un ton positif à la conférence.

Cette entrée en matière rend plus aisé le fait d’aborder ensuite les domaines nécessitant des améliorations, c'est à dire les faiblesses identifiées. Il s’agit à ce moment-là de bien étayer d'éléments de preuve. Autant que possible, ce que l’on avance doit être accompagné d’exemples de résultats d’évaluation, de productions de l’élève.

Une fois cette étape franchie, un consensus peut se dégager sur l’interprétation de la situation. Il s’agit pour l’enseignant, en s’appuyant sur son expertise, d’orienter la conversation vers la formulation de recommandations concrètes et claires. Il s’agit alors d'identifier et de formuler sous forme de défis, les efforts attendus dans une perspective de progrès et de succès.



Envisager des scénarios plausibles et possibles


Lorsqu’un élève fait face à des difficultés scolaires dont le contrôle semble lui échapper, l’enseignant peut définir avec lui des objectifs qui seront compris, crédibles et adoptés, à la fois par l’élève et ses parents.

Certains parents qui aident à superviser le travail scolaire, peuvent avoir des conceptions dont il faut tenir compte, car elles peuvent faire obstacle à certaines initiatives. Il faut tâcher qu’ils fassent cause commune et supportent pleinement à la mise en place des solutions proposées.

Certaines recommandations ne peuvent simplement pas être adoptées, par exemple si l’élève a de nombreuses activités sportives en dehors de l’école qui font partie d'un projet personnel. Il s’agit de proposer des pistes réalistes qui peuvent générer, de manière probable, une amélioration.

La réunion de parents peut aussi être l'occasion de mettre le doigt sur certaines problématiques comme l'addiction aux jeux vidéos ou le manque de sommeil et ses conséquences.

De même, tous les parents ne se sentent pas compétents pour aider ou n’ont pas le temps et l’énergie pour le faire. Cependant, ils peuvent soutenir le travail de leur enfant d’autres façons. Ils peuvent lui assurer un endroit tranquille pour les devoirs, de même que le temps au calme qui lui sera nécessaire? Ils peuvent vérifier que l’élève termine son travail, suivre ses résultats de manière plus soutenue, l’encourager, le renforcer et manifester leur intérêt.




Faire du parent un partenaire


Discuter des moyens de promouvoir l’apprentissage et identifier le soutien approprié pour cet apprentissage à la maison contribuera à la réussite d’une rencontre entre un enseignant et les parents d’un élève en difficulté.

Pour l’élève, il est important de voir que l’enseignant et ses parents vont dans le même sens, lui montrent des pistes et croient en sa capacité à progresser.





La question des perturbations en classe


Des contacts entre l’enseignant et les parents, concernant des difficultés propres au comportement perturbateur de l’élève en classe, peuvent contribuer à la résolution des problèmes. Ils peuvent aussi perturber les relations s’ils ne sont pas gérés avec compétence.

Lorsqu’il s’agit de contacter et d’engager une communication avec des parents au sujet d’un problème, il est important d’avoir un objectif. L’expérience des parents, s’ils se sentent dans un rapport de confiance, peut être très utile pour régler la situation et décider des mesures à prendre.

Par contre, si les parents se sentent menacés et en viennent à se placer sur la défensive, l’entretien a toutes les chances de se révéler contreproductif pour l’élève.

Les parents seront plus coopératifs s’ils croient que l’enseignant les soutient, eux et leur enfant.

Il est donc crucial dans ce genre de démarche d’assurer les parents de l’existence intérêts mutuels dans le progrès et l’adaptation de leur enfant. Il est dès lors important de ne pas tirer de conclusions hâtives sur l’élève, de ne pas porter de jugement, mais de s’en tenir à des descriptions factuelles d’occurrences de comportements.

Il s’agit également de décrire les tentatives de gestion du problème qui ont été initiées et ont éventuellement échoué, de demander aux parents de faire part de leurs suggestions.

Il est important de garder un ton positif en mentionnant quelques bonnes caractéristiques du comportement de l’élève et ne pas sombrer dans un biais de négativité. Le parent doit percevoir que les intentions sont de restaurer les relations et l’intégration positive de l’élève face aux valeurs de l’école.

Comme pour la gestion des apprentissages, s’il est question de la mise en place d’une stratégie d’amélioration, établir des étapes et un échéancier est important. Il est important de pouvoir évaluer si l’approche qui sera adoptée fonctionnera et qu’un suivi des améliorations sera effectué avec une rétroaction auprès des parents.




Bibliographie


Edmund T. Emmer, Carolyn M. Evertson, Classroom Management for middle and high school teachers, pp-21-25, Pearson, 2017

0 comments:

Enregistrer un commentaire