samedi 7 décembre 2019

Engagement des élèves et qualité des interactions en enseignement explicite

Imaginons que l’enseignant a bien structuré son cours autour d’objectifs adaptés, finement conçu ses explications et un modelage adéquat, encadré une pratique guidée et proposé une pratique autonome riche. Il est encore possible que certains élèves ne soient pas totalement attentifs, engagés dans leurs apprentissages ou qu’ils ne procèdent pas à un traitement cognitif en profondeur.



(Photographie : Sannah Kvist)

Comprendre l’importance de l’engagement des élèves


Comprendre l’importance de l’engagement des élèves c’est avant tout, en tant qu’enseignant, avoir intégré la capacité de reconnaître la différence entre « Je l’ai enseigné » et « Ils l’ont appris ». C’est endosser la responsabilité de l’apprentissage de chaque élève, en mettant en place un guidage adéquat pour favoriser son obtention.

Il est important de comprendre ce qu’est l’engagement de l’élève. L’engagement c’est quand l’élève fait des efforts cognitifs pour développer sa compréhension et sa connaissance des contenus enseignés, en traitant le contenu de ce qui lui est enseigné.

L’engagement se vérifie lorsque les élèves participent à l’apprentissage. Il a lieu lorsqu’ils font quelque chose de fondamentalement pertinent, en rapport à ce qui est enseigné et à ce qui est visé dans les objectifs d’apprentissage.

Les élèves peuvent être passionnés et très actifs en classe, s’investir avec motivation dans des activités qui leur semblent attrayantes. À partir du moment où ces tâches ne sont pas directement au service des objectifs pédagogiques, il s’agit d’une perte de temps et d’énergie. Si un engagement pertinent des élèves n’a pas été pris en compte, le temps en classe peut ne générer aucun apprentissage durable ou conséquent.





Des méthodes pour susciter des réponses fréquentes


Les différentes méthodes et approches par lesquelles un enseignant va chercher des interactions avec ses élèves ont pour objectif de soutenir l’apprentissage de ces derniers, en favorisant leur engagement cognitif.

Différentes méthodes vont se révéler efficaces dans différentes situations. Deux pistes directes existent pour l’enseignant : poser une question ou donner une instruction aux élèves. Pour des exemples de pratiques concrètes, on renverra aux pages sur la vérification de la compréhension (voir ici).

Ce sont des méthodes, fondées sur des données probantes, conçues pour répondre à deux objectifs :

  1. Amener les élèves à réfléchir fréquemment à des réponses en rapport avec les apprentissages.
  2. Permettre à l’enseignant de sonder la compréhension et l’apprentissage de ses élèves, afin de fournir une rétroaction et d’ajuster son enseignement en continu.


Sans une maitrise de ces pratiques, même si le modelage, les explications et la pratique sont exemplaires, les démarches d’enseignement explicite peuvent échouer, car on n’a aucune garantie que les élèves seront engagés. Même s’ils paraissent actifs, il n’y a pas de certitude qu’un apprentissage efficace a véritablement lieu.

Les enseignants efficaces suscitent l’engagement des élèves, non par un charisme particulier, mais parce qu’ils possèdent toute une panoplie de routines simples, qui pour certaines peuvent sembler triviales ou particulières. Lorsqu’elles sont appliquées de manière constante et systématique, avec abnégation et de manière coordonnée face aux objectifs, elles permettent d’assurer que les élèves seront engagés de manière continue et approfondie. Ce processus génèrera à coup sûr un apprentissage efficace.

Il impose de faire penser les élèves à tout ce qui est pertinent, et cela à chaque stade de l’apprentissage. Il faut leur faire traiter activement, systématiquement et efficacement, les informations clés ou mobiliser la stratégie adéquate dans la production d’une réponse.




Cinq critères pour des interactions réussies en enseignement explicite


Si nous n’utilisons pas ces pratiques interactives de façon adéquate, nous n’obtiendrons pas avec certitude un engagement constant de qualité, ni dès lors un traitement cognitif optimum des contenus.

Les approches devraient toujours susciter des réponses qui permettent de répondre aux critères suivants :

  1. Maintenir et s’assurer de l’exactitude et de la profondeur du traitement
    • L’objectif est de s’assurer que les élèves fournissent le traitement cognitif attendu du contenu.
    • Cela permet de s’assurer que les élèves exploitent toutes les occasions d’apprendre en classe.
    • Une condition nécessaire est dès lors de pouvoir guider le travail et susciter des efforts de la part de tous les élèves.
  2. Faire correspondre les réponses des élèves avec les résultats d’apprentissage escomptés
    • Le choix et la pertinence des questions et des instructions données aux élèves sont cruciaux.
    • Une autre condition essentielle est de fournir une rétroaction régulière et précise qui permettre de contribuer à réduire les écarts éventuels.
    • Il s’agit de garder tous les élèves à bord et leur donner la possibilité de nous démontrer qu’ils comprennent le contenu et peuvent le traiter.
    • Si certains élèves sont en difficulté, il faut leur donner les moyens de progresser.
  3. Correspondre aux capacités des élèves
    • Les élèves doivent avoir le bagage nécessaire pour pouvoir répondre aux questions proposées par l’enseignant.
    • Celles-ci doivent présenter un niveau suffisant, ni sous-estimé, ni surestimé, et présenter des difficultés désirables qui maximisent l’apprentissage des élèves.
    • L’enseignant doit avancer en exploitant et en nourrissant le potentiel de tous ses élèves.
  4. Correspondre au format souhaité de réponse
    • Il faut proposer aux élèves une variété de questions qui les amènent à verbaliser des réponses en mobilisant avec rigueur tout le formalisme et la structure adéquats.
    • La variété des réponses qu’ils vont élaborer, favorise non seulement leur apprentissage, mais correspond aux différentes approches potentielles selon lesquelles ils pourraient être évalués à terme.
  5. Maximiser la participation de chacun des élèves
    • Il s’agit que chaque élève participe souvent et soit actif, non seulement en écoutant quelqu’un d’autre, mais également en étant amené à traiter l’information lui-même.
    • Il faut que chaque élève ait de multiples opportunités de pratique et que l’enseignant s’assure qu’il s’en saisisse et reste actif. Il s’agit de mener la classe en maintenant un rythme soutenu et sans temps mort.
    • Peu importe la qualité initiale de la leçon, il est toujours possible que l’attention de certains élèves dérive et qu’ils ne traitent plus le contenu de la leçon en profondeur. La responsabilité de l’enseignant est que chacun de ses élèves soit engagé.


Appliquer ces principes garantit que lorsque l’on offre un enseignement explicite de qualité, les élèves en retireront un bénéfice optimal. L’enseignant s’assure qu’à travers l’engagement qu’il suscite auprès de ses élèves, le traitement cognitif des élèves qu’ils fournissent nourrira leurs apprentissages.




Bibliographie



Devin Kearns, Introduction : How do the supporting practices maximize engagement? 2019, https://intensiveintervention.org/explicit-instruction-frequent-responses

0 comments:

Enregistrer un commentaire