mercredi 2 janvier 2019

Importance de la circulation et des interactions sociales de l’enseignant en classe

La recherche a montré que les enseignants débutants et les enseignants experts peuvent passer 75% de leur temps d'enseignement à l'avant de la classe. Il est suggéré aux enseignants qui rencontrent des difficultés avec une classe de de passer 50% de leur temps d'enseignement partout ailleurs dans la classe. Lorsque cette consigne est suivie, les problèmes de comportement se réduisent ou sont éliminés.


(Photographie : Chris Fagerlund)



Comment expliquer cela ?


Dans les classes où les enseignants restent essentiellement à l'avant de la classe pour donner leur cours, les perturbations chez les élèves se produisent en majorité à l'arrière des classes et les interactions pédagogiques positives entre enseignants et élèves vers l'avant.


Comment rééquilibrer cela ?


1) La disposition des bureaux


Une plus grande distance ou un plus grand espace entre les bureaux des élèves semble réduire le comportement inapproprié des élèves. Cet effet peut être expliqué par la difficulté qu'ont les élèves à attirer l'attention des autres et à communiquer discrètement.

Les bureaux des élèves doivent être suffisamment éloignés les uns des autres pour permettre à l'enseignant de se déplacer. L’enseignant doit pouvoir circuler à côté de chaque élève aisément.



2) La circulation de l’enseignant


Premièrement, plus les enseignants se déplacent dans la classe, moins ils restent assis ou statiques durant le cours.

Deuxièmement, circuler n’est pas tout, il est également utile que l'enseignant ait de brèves interactions avec les élèves pendant qu'il circule, notamment lorsqu’il surveille le travail durant la pratique autonome.

Troisièmement, les enseignants doivent veiller à assurer une bonne répartition de leurs déplacements et de leurs interactions au sein de la classe de manière à distribuer également la proximité, l'attention et les échanges à tous les élèves.

Quatrièmement, les enseignants doivent veiller à avoir un déplacement aléatoire et ne pas exécuter la même boucle ou sinon celle-ci devient complètement prévisible pour les élèves qui peuvent de nouveau s'adonner plus facilement à des perturbations.

La même chose est valable quand on surveille des élèves dans un contexte différent de la classe, on ne reste pas statique les bras croisés, mais on circule partout. On doit être imprévisible dans ses déplacements.



3) Le with-it-ness de Jacob Kounin


Il faut que les élèves aient l'impression qu'on a des yeux partout autour de la tête : le concept de "with-it-ness" explicité par Jacob Kounin :

  • L'enseignant est responsable de l'inhibition et de la prévention des perturbations du comportement.
  • L'enseignant vise à établir un contact visuel avec tous les élèves en tout temps.
  • L'enseignant s'adresse aux élèves en utilisant leur prénom
  • L'enseignant doit connaître chaque élève sur une base personnelle (nom, intérêts, forces, faiblesses, etc.) 
  • L'enseignant doit montrer qu'il est attentif au bien-être et à l'apprentissage de tous les élèves :
    • il fournit du support et de la rétroaction
    • il travaille avec les élèves pour stimuler leur intérêt, leur implication et leur coopération
  • L'enseignant doit faire preuve de tact et rester respectable lorsqu'il intervient pour informer l'élève que son comportement enfreint le règlement. 
  • L'enseignant doit avoir communiqué les attentes à tous les élèves.


Effets escomptés


Lorsque les enseignants se déplacent dans les salles de classe, les perturbations diminuent et les interactions sont réparties plus uniformément.

L’effet se joue en terme de :

a) Nombre et qualité des échanges


Un enseignant qui circule dans une classe à proximité de ses élèves fera plus de remarques et aura plus d’interactions sociales avec ses élèves que lorsqu’il stationne à l’avant de la classe.

Il pose des questions ouvertes. Une question qui se répond par ou ou par non ne crée pas une conversation de grande durée et ne permet pas d'apporter des nuances.

Il faut se rappeler qu'on ne peut pas contrôler les élèves, on peut simplement les influencer. Par conséquent, pour modifier le comportement des élèves,

  • je dois au départ, modifier mes propres comportements. 
  • je dois accepter que je ne sais pas tout des élèves et j'évite d'être catégorique dans mes remarques et je laisse une place aux nuances et à certaines alternatives.
L'enseignant doit veiller également à utiliser des expressions faciales appropriées, c'est à-dire sourire,  être accueillant, bienveillant, patient.


b) Effet de proximité


Les remarques données à un élève sont plus efficaces lorsqu'elles sont données à une distance d'un mètre plutôt que d’un point plus éloigné comme l’avant de la classe. La proximité accroit ainsi l’efficacité des interactions positives ou coercitives des enseignants. Pour autant il faut respecter cette distance de un mètre, plus proche signifierait entrer dans la bulle de l'élève et ses besoin de sécurité (pyramide de Maslow) ne seraient plus respectés.

De même, lorsqu'un élève est félicité ou réprimandé pour son comportement par l’enseignant situé à proximité, il y a une amélioration simultanée du comportement de l'élève dans un siège adjacent.

Ainsi, si on a deux élèves dont l'un est engagé dans la tâche demandée et l'autre pas. Plutôt que de faire une remarque négative à ce dernier, on circule à proximité et on offre un renforcement positif à celui engagé dans la tâche. Il y a de bonnes chances que le celui non encore engagé se mette alors au travail et dans ce cas plutôt que de lui faire une remarque négative, on peut alors lui offrir également un renforcement positif.

L'effet de proximité permet souvent de circonscrire les comportements indisciplinés, comme se diriger vers un élève qui se comporte mal, tout en continuant à s'adresser à la classe. En faisant cela, l'élève va généralement simplement arrêter de lui-même son mauvais comportement. S'il ne le fait pas, on est en mesure de faire une remarque discrète et ciblée sans avoir besoin de la faire publiquement face à toute la classe.

La proximité permet souvent de signaler une infraction le plus confidentiellement possible, parfois par un simple regard, ce qui évite de déranger la classe.


Conclusion


L’augmentation du nombre d'échanges et de leurs impacts lors d'une circulation de l'enseignant en classe permet de mieux contrôler et limiter les perturbations chez les élèves.

La proximité de l'enseignant avec les élèves favorise l'engagement scolaire des élèves et également celui de l’enseignant et permet l’établissement d’interactions plus positives.

Si la capacité de concevoir un enseignement qui stimule l'intérêt des élèves et promeut l'apprentissage est fondamental pour l'enseignant, une autre qualité essentielle est celle de pouvoir établir une connexion avec les élèves de telle manière qu'ils se sentent supportés et motivés à apprendre. Un enseignant efficace a également besoin de bonnes capacités de communication afin d'être capable de travailler avec divers groupes d'élèves et leurs parents.

Bibliographie


Steve Bissonnette, L’enseignement explicite des comportements, Conférence à l’UMons, 2018, https://youtu.be/o_2G8cjPJqA

Fred L. Fifer, Teacher Mobility and Classroom Management. The Education Digest: 52(1), 28-29, 1986

Gunter, P. L., Shores, R. E., Jack, S. L., Rasmussen, S. K., & Flowers, J. (1995). On the Move Using Teacher/Student Proximity to Improve Students’ Behavior. TEACHING Exceptional Children, 28(1), 12–14.

Classroom Management Theorists and Theories/Jacob Kounin, https://en.wikibooks.org/w/index.php?title=Classroom_Management_Theorists_and_Theories/Jacob_Kounin&oldid=3454668 (last visited January 13, 2019).

1 commentaire:

  1. j'aime vos articles et votre blog.
    Merci pour votre travail.

    Belle année 2019 et bonne santé !
    C.H

    RépondreSupprimer