mercredi 27 mai 2020

De l'initiation à la maîtrise, du novice à l'expert : une histoire qui se répète

En tant qu’enseignants, nous transmettons de nouvelles connaissances aux élèves dans le but qu’ils en acquièrent la maîtrise à travers un processus cyclique d 'acquisition puis de récupération.


(Photographie : geopsych)


Le sujet a déjà été exploré dans l’article suivant :



L’expert dispose de larges connaissances liées à son domaine de prédilection, organisées au sein de schémas cognitifs performants qu’il a automatisés.

Face à une situation complexe et inédite dans son domaine d’expertise, l’expert a accès directement à la structure sous-jacente qu’il peut associer à des schémas cognitifs activés en mémoire à long terme. 

Il reconnait le raisonnement à appliquer et établit rapidement la solution. Ce faisant il apprend facilement les informations nouvelles liées à ce contexte inédit.







Un élève accède à une situation complexe et inédite dans un domaine où il dispose de peu de connaissances à travers un enseignement explicite ou une découverte guidée où l’enseignant apporte un étayage important et vérifie sa compréhension.

L’élève possède peu de schémas cognitifs correspondant au problème et ceux-ci ne sont que peu automatisés.

L’enseignant découpe le problème étape par étape et attire l’attention sur les éléments pertinents du problème en contrôlant le niveau de la charge cognitive de l'élève. 

L’enseignant active les connaissances préalables de l’élève et assure que celui-ci effectue un traitement cognitif qui enrichira ses schémas cognitifs de nouvelles informations et de nouveaux liens pertinents.

Les apprentissages de l’élève sont progressifs et l’enseignant vérifie et corrige leur organisation en cas d’erreurs détectées.







Un élève est mis en situation de projet ou de découverte autonome face à une situation complexe et inédite dans un domaine où il dispose de peu de connaissances.

Ils possèdent peu de schémas cognitifs correspondant au problème et ceux-ci ne sont que peu automatisés.

Face au problème, il ne peut distinguer la structure sous-jacente aisément et se perd dans les détails superficiels peu pertinents qui saturent sa mémoire de travail.

Cette charge cognitive saturée limite fortement les apprentissages qu’il peut générer à partir de la situation.





L’enseignant (expert) et l’élève (novice) fonctionnent radicalement différemment en classe. Voici une liste des différences que l’on peut pointer entre les deux :


L’élève (novice)
L’enseignant (expert)
1
Il a peu de connaissances de base pertinentes
Il a beaucoup de connaissances de base pertinentes

2
Il ne s’appuie que peu sur sa mémoire à long terme (limitée sur le sujet)
Il s’appuie essentiellement sur sa mémoire à long terme (très étendue sur le sujet)
3
Sa mémoire de travail est rapidement saturée
L’utilisation de sa mémoire de travail optimisée
4
Il manque de représentations mentales efficaces des performances réussies. Face à un problème, il ne voit pas clairement ce qu’il faut faire.
Il possède de multiples représentations mentales claires des performances réussies dans son domaine. Il voit clairement comment résoudre un problème et ce qu’il y a de mieux à faire.

5
Il n’a pas automatisé les connaissances procédurales nécessaires
Les connaissances procédurales nécessaires ont été automatisées et sont mobilisées de manière fluide sans qu’il y réfléchisse.

6
Il ne possède que des connaissances explicites ou approximatives.
Il possède d’énormes réserves de connaissances tacites, précises et subtiles.

7
La résolution de problèmes nécessite de suivre des étapes claires et définies.
La résolution de problèmes est intuitive. Certaines étapes sont rassemblées ou sous-entendues.

8
Son attention est capturée par des détails superficiels.
Il voit immédiatement la structure profonde.
9
Il apprend peu et lentement lorsqu’il est exposé à de nouvelles informations.
Il apprend beaucoup et facilement lorsqu’il est exposé à des informations en lien avec ce qu’il connait déjà.
10
Il apprend mieux grâce à un enseignement explicite et avec de multiples exemples concrets
Il apprend mieux en découvrant par lui-même de façon autonome, il privilégie l’abstraction.
11
Il est rapidement susceptible d’éprouver une surcharge cognitive lorsque son attention est submergée par de nouvelles informations
Il est peu susceptible d’éprouver une surcharge cognitive, car il se centre sur les éléments pertinents, écarte ce qui ne l’est pas et comprend d’emblée ce qu’il connait déjà.

12
Il éprouve des difficultés à transférer ses connaissances vers des domaines proches.

Il transfère sans effort ses connaissances dans tout son domaine d’expertise.




Bibliographie


Craig Barton, How I wish I’d taught maths, 2018, John Catt

David Didau, A Novice/Expert Model of Learning, 2017, https://learningspy.co.uk/learning/novice-expert-model-learning/

0 comments:

Enregistrer un commentaire