lundi 22 juin 2020

Préparation des notes de cours

L’écriture et l’élaboration de notes de cours sont des étapes cruciales dans la préparation de l’enseignement. Celles-ci serviront de support pour l’enseignement, les activités d’apprentissage en classe et leur suivi.


(Photographie : Stephen Shore)




Dans un premier temps, le programme du cours est analysé par l’enseignant. Les objectifs pédagogiques sont déterminés puis rédigés. Ensuite, il s’agit d’assurer de la préparation du cours avant sa mise en œuvre avec un haut degré de fidélité en exprimant des attentes élevées.

Les notes de cours vont représenter l’opérationnalisation du programme pour l’enseignant. Elles sont à la fois la référence et une base de données de tâches qui seront sélectionnées pour répondre aux spécificités de la classe considérée. 

Le scénario idéal est qu’elles soient construites et partagées par plusieurs enseignants, le résultat d’une collaboration. Il s’agit d’un outil puissant pour la structuration des cours, pour le travail collaboratif, pour le développement de la réflexion et la planification des matières.

Si elles comportent essentiellement une partie mise à la disposition des élèves et partagée avec eux, elles comprennent également une section pour l’enseignant concernant les correctifs, des documents d’accompagnement, de même que des dispositifs d’évaluation et de remédiation.

Voici une série de critères, traduits et adaptés au départ d’un article de Ruth Walker Ashbee, comme toujours remarquable et inspirante. Elle y insiste sur le fait qu’il ne faut pas chercher à utiliser ceux-ci comme une recette définitive, un ensemble d’étapes ou une checklist à respecter à tout prix.

Il s’agit d’analyser et de considérer avec un recul propice les processus de réflexion qui interviennent dans la création de notes de cours.



1. Éviter l’absolutisme


Le premier principe est qu’il n’y a pas une façon optimale de présenter les notes de cours, mais sans doute plusieurs. L’intransigeance n’est donc pas de mise. L’élément déterminant est ce qui en sera fait en classe.

Il n’y a pas non plus un seul style d’enseignement ou une seule approche pédagogique qui fournisse les meilleurs résultats pour tous les élèves dans toutes les conditions. Il y a simplement des principes à respecter qui tiennent compte des limitations propres à l’apprentissage scolaire.




2. Comprendre ce que les notes de cours peuvent ou ne peuvent pas faire


Aussi complètes et parfaitement agencées qu’elles peuvent l’être, des notes de cours ne font pas un enseignement et n’assurent pas l’apprentissage des élèves. Tout au plus en assurent-elles la fondation. Elles ne peuvent pas remplacer l’expertise des enseignants. Cette expertise est nécessaire, à la fois dans la matière et dans la façon de l’enseigner, dans sa planification, dans son attention à l’apprentissage des élèves. Les notes de cours n’assurent pas non plus l’engagement des élèves, de hautes attentes et une gestion de classe impeccable.

Par contre, elles peuvent fournir un étayage précieux pour l’enseignant :

  • Une garantie minimale très efficace de contenu, d’explication, d’enchaînement et de pratique 
  • Un moyen d’introduire un support écrit de référence dans chaque cours, 
  • Une manière de fournir un enchaînement d’exercices sélectionnés qui vont bien correspondre aux caractéristiques de la classe et de ses différents élèves

Il s’agit également d’un formidable outil de développement professionnel continu. Les éléments théoriques tendent à s’affiner et à gagner en précision au fil des révisions. Il y a un réel enrichissement progressif en matière d’exemples, de contre-exemples, de problèmes résolus et de banques d’exercices et de problèmes diversifiés. D’une certaine manière, les notes de cours sont des mémoires externes pour l’enseignant, qu’il améliore au fur et à mesure et où il va puiser lors de ses cours.



 3. Regarder ce que font les autres et échanger


Il est intéressant de comparer les notes de cours que l’on a développées, seul ou avec des collègues, avec d’autres supports développés par d’autres enseignants dans d’autres écoles ou au sein de manuels qui recouvrent les mêmes programmes.

Cela permet de se remettre en perspective et il est toujours éclairant et enrichissant de voir comment les mêmes finalités peuvent être abordées sous des angles parfois très différents.

S’il est possible d’utiliser une partie ou la totalité d’une partie de cours créée par quelqu’un d’autre, un simple emprunt tel quel risque souvent de poser problème. Si l’on fait une analogie avec le principe de l’emprunt et de la réorganisation dans la cadre de la théorie de la charge cognitive, il faut une réorganisation.

Il faut s’approprier le support. Il s’agit de vérifier sa compatibilité avec les modèles développés à d’autres endroits dans nos notes de cours. Il faut vérifier la cohérence au niveau de l’usage des termes de vocabulaire et la continuité avec nos propres notes de cours en matière de progression. On se trouve complètement dans de la conception pédagogique qu’il faut valider.

C’est la qualité de la conception pédagogique qui fait que des notes de cours sont susceptibles de bien marcher en classe. C’est ce processus de réflexion qui nous est propre, mais qui repose sur un modèle de l’enseignement et un modèle de l’apprentissage. La conséquence est que certaines approches nous sembleront incompatibles avec les nôtres, nous paraitrons hermétiques.

Comprendre pourquoi certaines approches ne nous conviennent pas est un excellent moyen de clarifier ce que nous voulons.

Par exemple, j’ai testé il y a peu l’escape game numérique créé par l’ASBL Sciences Inverses pour permettre aux élèves de 6e secondaire dans l’enseignement francophone belge (équivalent de la terminale en France), de découvrir la physique nucléaire. Cela me fait bien comprendre qu’il n’y a pas de correspondance avec mes propres modèles liés à une conception pédagogique et à un apprentissage efficace.





4. Commencer par la vue d’ensemble


Chaque fascicule de notes de cours doit être inscrit dans un plan plus large décrivant les étapes clés de la progression de l’année scolaire. Il doit prendre en compte les connaissances préalables des années précédentes sur lesquelles il repose et celles des apprentissages à venir ce qui nécessite de déterminer les connaissances essentielles.

Il s’agit d’une étape à ne pas négliger en matière d’impact à long terme des démarches d’enseignement. Il ne s’agit pas seulement de donner cours efficacement à l’échelle de sa planification annuelle, mais de se placer dans un processus plus large et global. Certains savoirs et savoir-faire nouveaux vont devenir des connaissances préalables fondamentales dans la suite du parcours de nos élèves. Il s’agit d’en être bien conscients et de leur donner toute la place qu’elles méritent.




5 : Travailler à rebours à partir de la progression escomptée


Le principe est de considérer quels types de problèmes, de tâches complexes et quels types de questions de connaissance les élèves vont être capables de résoudre ? Quelles sont les parties qui posent généralement et typiquement des difficultés d’apprentissage ? Que voulons-nous que nos élèves puissent faire de neuf après avoir étudié l’unité couverte par les notes de cours ?

En considérant sous cet angle la progression, nous devenons plus susceptibles de planifier efficacement et mettre en œuvre une progression précise à travers les notes de cours. Il s’agit également de bien répartir les ressources et de les centrer sur les goulots d’étranglement identifiés, ces endroits précis où les élèves rencontrent généralement des difficultés manifestes.





6. Définir le noyau de connaissances


Fournir trop peu de connaissances amène les élèves à des compétences étroites et peu flexibles, difficilement transférables en dehors de leur contexte.

Être exhaustif met en danger les apprentissages durables, car ceux-ci prennent du temps à être acquis à travers une pratique distribuée et répétée.

Il s’agit de trouver le bon équilibre entre qualité et quantité. Celui-ci se fonde sur l’expertise de l’enseignant. Cette réflexion permet de déterminer les contenus à inclure principalement dans les notes de cours et ceux à exclure ou à minimiser. Elle permet de déterminer quelles explications, quels exemples concrets seront utiles pour chaque sujet, quels problèmes résolus, quels documents de référence à inclure ? Quel est l’équilibre entre théorie et pratique ? Pour cela, il s’agit de se renseigner auprès des sources pertinentes et de livres de référence.




7. Séquencement du contenu


Lors de la rédaction d’un fascicule de notes de cours sur un ensemble de matière, il est conseillé d’écrire tous nos points principaux et de les ordonner pour former une séquence logique, un fil conducteur.

L’enjeu est de créer une séquence, un ordonnancement dans le cours qui sera logique et significatif, qui facilitera l’apprentissage. Heureusement, il y a probablement plus d’une bonne façon de procéder. Si une séquence a été soigneusement réfléchie, elle a de bonnes chances de réussir.

Divers principes, tous valables, mais jamais absolus, peuvent s’appliquer :

  • Du simple au complexe
  • Du facile au difficile
  • Du composant au composite
  • Du familier à l’étranger
  • Un cheminement chronologique.

En séquençant le matériel, nous introduisons une séquence narrative pour lui donner un sens, nous agrégeons les connaissances au fur et à mesure afin de donner une vue d’ensemble. Nous posons des choix personnels en lien avec nos aptitudes à l’enseigner dans un second temps.

Notre expérience, notre expertise, nos intuitions et notre sens de la narration et du défi sont des guides importants.





8. Qualité des explications


Quels sont les éléments qui rendront difficile la compréhension du contenu de vos notes de cours par les élèves ?

Le savoir est-il très abstrait ? Y a-t-il assez d’exemples, de contre-exemples ?

Beaucoup de vocabulaire ou de structures de phrases difficiles ?

Y a-t-il beaucoup de conclusions à tirer ?

Y a-t-il un grand nombre de composants qui interagissent pour produire un résultat complexe ?

Nos explications doivent rendre le contenu dur aussi facile que possible — par la modélisation, la hiérarchisation et la structuration, le double codage, l’explication de petites parties dans un ordre logique, en utilisant des analogies et des exemples concrets, l’évitement de la redondance ou du partage de l" attention ou par un bon usage de l’effet de modalité ou de variation, en gardant sous contrôle la charge cognitive.




9. Pratique


Quelles sont les questions et les activités que nous pouvons poser aux élèves afin de les obliger à s’investir dans un traitement génératif pertinent et répété ?

Comment nous assurons-nous qu’ils réfléchissent aux connaissances que nous voulons qu’ils apprennent à mettre en pratique ?

Comment leur permettons-nous d’automatiser certaines procédures de manière durable en distribuant la pratique dans le temps ?

Est-ce que nos notes de cours favorisent la pratique de récupération et l’entremêlement ?

Intégrons-nous assez de questions de compréhension ? Est-ce que les problèmes proposés sont assez nombreux et diversifiés, de niveau adéquat pour favoriser un transfert proche ? 

Ont-ils suffisamment l’occasion de s’entrainer à des questions complexes du style de celles qu’ils affronteront lors des examens ?

Quelle est la meilleure série de questions pour adapter sa planification en fonction de chaque classe ?

Comment l’enchaînement de cette pratique peut-il renforcer l’auto-efficacité, la perception compétence et l’autonomie des élèves ? Sont-ils suffisamment mis au défi ?




10. Processus de révision


Comment sont revus les contenus des notes de cours ? À quelle échéance et par qui ?

Qu’est-ce qui fonctionne le mieux ? Qu’est-ce qui ne fonctionne pas ? Pourquoi ? Comment s’assurer que les faiblesses constatées lors d’un cours seront réellement prises en compte et corrigées dans le sens d’une amélioration avant une future réutilisation ?




Bibliographie 


Ruth Walker Ashbee, Booklets: 10 Principles of Production, 2020, https://rosalindwalker.wordpress.com/2020/05/22/booklets-10-principles-of-production/

0 comments:

Publier un commentaire