mercredi 12 septembre 2018

Résumer et synthétiser : des stratégies cognitives à enseigner explicitement ! (partie 2 : comment former et quelles sont les limites )

La capacité à résumer et à synthétiser est une stratégie cognitive importante à développer dans le cadre d’un parcours scolaire et professionnel réussi. Elle n’est pas intuitive. Elle bénéficie d’un enseignement et de pratique.

(photographie : Annemarie Bala)


Enseignement explicite du résumé


Les élèves bénéficieront mieux des bienfaits sur l’apprentissage, après une formation approfondie à la réalisation de résumés et de synthèses, reflétant les principes de l’enseignement explicite.

L’enseignement des habiletés de synthèse relève assez logiquement de l’instruction directe (Direct Instruction). Il dérive de l’enseignement de la compréhension de la lecture parce que le but de ce dernier est presque identique à la synthèse. Dans les deux cas, il faut reconnaître l’essentiel d’un texte et l’exprimer aussi succinctement que possible.

Les résumés de meilleure qualité contiennent plus d’informations essentielles. Ils font le lien avec les connaissances antérieures. Ils sont associés à un meilleur rendement scolaire. L’application de l’enseignement direct pour enseigner les règles de résumé est un moyen très efficace d’enseigner cette stratégie porteuse aux élèves.




Cadre de la démarche explicite


La qualité du résumé dépend des compétences de l’élève, de la nature des supports traités, mais également d’une identification et d’une communication précise des objectifs de l’apprentissage. Ce dernier est un point clé de l’enseignement explicite. Au mieux un élève appréhende la finalité du résumé, au mieux il peut orienter ses efforts.

Une condition préalable à la conception pédagogique est de décrire explicitement les processus des composantes connues de la stratégie souhaitée.

  • Premièrement, l’explicitation des règles est nécessaire. C’est ce point que nous allons développer.
  • Deuxièmement, des leçons sont élaborées pour enseigner les composantes selon les temps habituels de modelage, de pratique guidée puis de pratique autonome.





Quatre règles générales


1. S’assurer de bien comprendre le texte ! Posez-vous les questions suivantes ! Quel était le sujet de ce texte ? Qu’a dit l’auteur ? Essayez de vous énoncer le thème général.

L’élève accède à une compréhension globale du texte à travers sa lecture. Ses connaissances préalables affectent celle-ci et le résumé qu’il effectuera, de même que les objectifs qu’il perçoit ou qui lui sont communiqués.

2. Reprendre au début ! Relisez le texte pour vous assurer que vous avez bien compris le thème. Lisez aussi pour vous assurer que vous comprenez vraiment quelles sont les parties importantes du texte. Mettez en évidence, en les soulignant, les idées principales. Généralement, un paragraphe contient une idée principale (explicite ou implicite) et des idées secondaires qui apportent des précisions, des détails, des exemples ou des reformulations. Dans certains cas, plusieurs paragraphes traitent de la même idée principale, chaque paragraphe fournissant des détails précis et spécifiques.

Il est important de prendre en compte la signification de l’ensemble du texte pour procéder aux sélections. La prise de décision au sujet des inclusions et des suppressions présuppose une compréhension globale préalable. Une fois les processus de compréhension et de sélection des idées principales terminés, l’élève copie, construit et élabore son résumé de manière récursive.

3. Repenser et extraire. Relisez un paragraphe du texte. Essayez de vous dire le thème de ce paragraphe. Est-ce que le thème correspond à l’une ou l’autre idée principale ? L’avez-vous soulignée ? Est-ce que la ou les idées principales sur le sujet manquent ? Si elle est manquante ou si elle est implicite, en avez-vous écrit une dans la marge ?

La sélection consiste à déterminer les idées principales dans un document donné. En d’autres termes, il s’agit de l’utilisation presque mot pour mot d’une phrase du texte. Généralement, les gens s’attendent à ce que l’idée principale soit explicite dans la première ou la dernière phrase de chaque paragraphe. En raison de cette attente, ils ont parfois tendance à utiliser l’une de ces phrases sans exercer leur sens critique.

4. Vérifier et revérifier. Avez laissé des listes ou des énumérations ? Assurez-vous de ne pas énumérer des choses dans votre résumé. Y a-t-il des répétitions ? Assurez-vous qu’il n’y en a pas. Avez-vous sauté des paragraphes importants ou perdu des éléments clés ? Toutes les informations importantes se trouvent-elles dans le résumé ?




Cinq règles spécifiques pour la rédaction d’un résumé


1. Réduire les listes. Si vous voyez une liste ou une énumération dans votre résumé, essayez de trouver un mot ou une phrase pour l’ensemble de la liste. Il y a deux substitutions possibles :

  1. L’une est la substitution d’un supérieur à une liste d’éléments. Par exemple, si un texte contient une liste de pommes, d’oranges, de bananes, de cerises, etc., on peut la remplacer par le terme fruits.
  2. L’autre substitution est celle d’un supérieur à une liste d’actions. Par exemple, on note « Robert s’est rendu à Paris », plutôt que Robert a quitté la maison ; Robert s’est rendu à la gare ; Robert a acheté un billet ; etc.




2. Utiliser des phrases thématiques.

  1. Les repérer ! Souvent, les auteurs écrivent une phrase qui résume un paragraphe entier. C’est ce qu’on appelle une phrase thématique. Si l’auteur vous en donne une, vous pouvez l’utiliser dans votre résumé.
  2. Les inventer ! Malheureusement, tous les paragraphes ne contiennent pas de phrase thématique. Cela signifie que vous devrez peut-être en inventer une pour vous-même. Si vous ne voyez pas une phrase sur un sujet, inventez-en une des vôtres. La règle de l’invention est utilisée lorsqu’il n’y a pas de phrases thématiques explicites dans les paragraphes. Dans de tels cas, il faut en inventer en utilisant ses propres mots pour énoncer l’idée principale implicite des paragraphes. Ainsi, la règle de l’invention exige que les élèves ajoutent de l’information plutôt que de simplement supprimer, sélectionner ou manipuler des phrases qui leur ont déjà été fournies.




3. Se débarrasser des détails inutiles. Les résumés sont censés être courts :

  1. Certaines informations textuelles peuvent être répétées dans un passage. En d’autres termes, la même chose peut être dite de différentes manières. Tout cela constitue de l’information redondante et non pertinente.
  2. D’autres informations textuelles peuvent être insignifiantes ou triviales. L’information sans importance contient des détails mineurs qui peuvent être ignorés sans conséquence.



4. Réduire les paragraphes.

  1. Les paragraphes sont souvent liés les uns aux autres. Certains paragraphes expliquent un ou plusieurs autres paragraphes, tandis que d’autres ne font que développer l’information déjà présentée ailleurs. Certains paragraphes sont plus nécessaires que d’autres.
  2. Décidez quels paragraphes doivent être conservés ou supprimés, et lesquels peuvent être réunis. Avec l’acquisition d’une certaine expertise dans la réalisation de résumés, se développe la capacité de combiner les paragraphes et d’exprimer l’essentiel du texte en quelques mots. On parle de règle de combinaison des paragraphes.



5. Fluidifier le résumé.

  1. Lorsqu’un grand nombre d’informations est réduit à partir d’un passage original, l’information concentrée qui en résulte est souvent très peu naturelle et les connexions peuvent sembler artificielles. Corrigez ce problème et créez un résumé plus naturel. 
  2. Les ajustements peuvent comprendre, sans toutefois s’y limiter : la paraphrase, l’insertion de mots de connexion comme « et » ou « parce que », et l’insertion de déclarations d’introduction ou de clôture. La paraphrase est particulièrement utile ici, pour deux raisons : premièrement, parce qu’elle améliore votre capacité à vous souvenir du matériel et, deuxièmement, parce qu’elle évite d’utiliser les mots de l’auteur, autrement dit le plagiat.


Les deux règles les plus difficiles à installer sont la règle de l’invention et la règle de la combinaison des paragraphes. Ce sont elles qui traduisent l’expertise en matière de résumé.

Les experts accordent un statut spécial à la phrase thématique. Ils choisissent ou inventent d’abord des phrases thématiques, puis rédigent leur résumé pour les étayer.





Les limites à l’enseignement explicite du résumé


L’enseignement des compétences en matière de résumé a une influence positive sur l’utilisation de ces règles par les élèves et sur la qualité de leurs productions. Des progrès sont réalisables grâce à une formation des élèves.

En ce qui concerne l’utilisation des règles, les élèves semblent plus enclins à passer à leur utilisation cohérente et réfléchie si elles ne sont pas ambiguës dans leur déploiement. C’est ce qu’assure l’enseignement explicite.

Lorsque l’utilisation appropriée d’une règle repose davantage sur le bon jugement de l’élève, malgré la formation, il a tendance à faire moins de progrès.

Ce qui affaiblit la qualité des résumés c’est la difficulté des élèves à identifier les idées principales présentes de façon implicite.

Le repérage des idées principales présentées de manière explicite peut également se révéler délicat. Le danger est que les élèves peuvent stratégiquement repérer les idées principales en fonction de leur position dans un document, d’éléments de vocabulaire qui les introduisent ou de leur degré de répétition dans un texte. Dans ce cas, la pratique du résumé ne présente qu’un artefact de connaissance et de compréhension.

La difficulté à repérer l’idée principale est proportionnelle à la complexité du texte et au décalage avec les connaissances de l’élève. Nous pouvons douter de la capacité des élèves à identifier de manière efficace et systématique les idées principales d’un document malgré une formation, si ceux-ci n’ont qu’une connaissance limitée des concepts abordés.

Un manque de connaissances de base amène à jouer à un jeu de devinettes sur les idées principales explicites pour créer un résumé.

L’enseignement des techniques du résumé n’améliore certes pas l’identification des idées principales implicites, il n’en demeure pas moins précieux pour le développement des capacités à résumer et synthétiser.



Mise à jour le 17/08/20

Bibliographie


Dunlosky, J et al. “Improving Students’ Learning With Effective Learning Techniques: Promising Directions From Cognitive and Educational Psychology. Psychological Science in the Public Interest” 14(1) 4–58 (2013)

Victoria Chou Hare and Kathleen M. Borchardt, Direct Instruction of Summarization Skills
 
Source: Reading Research Quarterly, Vol. 20, No. 1 (Autumn, 1984), pp. 62–78

Ian Matheson and Nancy L. Hutchinson, L’autorégulation, l’auto-efficacité et la mentalité au sein de l’apprentissage, 2014
https://www.taalecole.ca/conditions-cognitives-et-autoregulation-de-lapprentissage/

Youngmyoung Cho, Teaching Summary Writing through Direct Instruction to Improve Text, Master’s Paper Submitted in Partial Fulfillment of The Requirements for the Degree of Master of Arts in TESOL, University of Wisconsin-River Falls 2012

Linda H. Mason, Robert Reid, Jessica L. Hagaman, L’enseignement explicite de la lecture et de l’écriture, Chenelière, 2015

Mendoza Nebres, Michelle, « Training in Summarizing Notes: Effects of Teaching Students a Self-Regulation Study Strategy in Science Learning » (2016). Doctoral Dissertations. 316.
https://repository.usfca.edu/diss/316

0 comments:

Publier un commentaire