jeudi 17 mai 2018

Pourquoi viser directement l’estime de soi des élèves n’aura qu’un impact scolaire limité ?

Historiquement et de manière erronée, le fait de rehausser l’estime de soi a souvent été considéré comme étant un facteur qui permettrait d’améliorer le rendement scolaire des élèves. C’est une conception qui surgit parfois encore et qui semble complètement pourtant éprise de bon sens.




(photographie : Boris Milas)


Les efforts dans ce sens n’ont pas montré de corrélation significative entre les deux facteurs.


Fourvoiement


Il est intéressant de réfléchir aux raisons pour lesquelles les tentatives d’améliorer les résultats des élèves en travaillant leur estime de soi n’ont pas eu les résultats escomptés.

Où est-ce que les bonnes intentions se fourvoient au sujet de l’estime de soi ?

Chaque fois que les enseignants donnent de la rétroaction aux élèves, ils transmettent des messages qui influent sur l’opinion qu’ont les élèves d’eux-mêmes, leur motivation et leur rendement.

La faille liée aux démarches visant à amplifier l’estime de soi se trouve dans la manière dont on a tenté d’inculquer l’estime de soi :
  1. Donner aux élèves de nombreuses occasions de connaître le succès.
  2. Les féliciter pour leurs succès.
  3. Les élèves se penseront intelligents.
  4. Leur estime de soi grandira.
  5. Ils adoreront apprendre et y arriveront.
  6. Ils gagneront une meilleure confiance en eux et deviendront de bons élèves.
De nombreuses recherches ont montré que cette idée est erronée. Donner aux élèves des tâches faciles et faire l’éloge de leur réussite laisse penser aux élèves que vous pensez qu’ils sont stupides et que vous les manipulez. La démarche est trop décontextualisée par rapport aux enjeux réels de l’apprentissage.



D’autres pistes d’action à privilégier


Pour autant, cela ne signifie pas qu’il faut cesser de se préoccuper de ce que les élèves pensent d’eux-mêmes et du lien qui existe avec l’amélioration de leurs résultats. Mais d’autres facteurs sont bien plus pertinents.

Particulièrement, l’auto-efficacité qui est directement en lien avec les intérêts des élèves est un facteur plus signifiant que l’estime de soi dans l’amélioration des résultats.

L’idée est de mettre en place les conditions qui permettent à l’intérêt et à l’auto-efficacité de s’amplifier et de se développer. On obtient potentiellement un outil puissant qui peut motiver et augmenter l’engagement des élèves. Cela peut les aider à devenir des adultes qui aiment les défis intellectuels, comprennent la valeur de l’effort et sont capables de faire face à des défis intellectuels. Ils peuvent dès lors rebondir plus facilement face à des échecs ou des difficultés.

Les enjeux réels sont dans la façon d’optimiser la rétroaction pour aider les élèves à devenir très performants, à bien se sentir dans leur peau et à augmenter leur estime de soi. À l’opposé, des actions orientées directement sur l’estime de soi ne portent pas leurs fruits, car elles peuvent être rapidement perçues comme factices par les principaux intéressés.



(mise à jour le 29/04/20)

Bibliographie


Dweck, Carol (1999). Caution Praise Can be Dangerous. American Educator, Spring 1999, American Federation of Teachers, 1–5.

0 comments:

Publier un commentaire