jeudi 24 octobre 2019

Quels liens entre l’efficacité d'un enseignant et les relations qu’il entretient avec ses élèves ? L'influence des profils interpersonnels

L’établissement de bonnes relations entre l’enseignant et ses élèves est un facteur crucial pour une bonne gestion de classe, ainsi que pour l’efficacité de l’enseignement. Mais quelles sont les caractéristiques de ces relations positives, comment l’enseignant devrait-il exercer ce contrôle nécessaire à un apprentissage efficace ? 


(Photographie : Ben Anderson)

Theo Wubbels est un professeur émérite en sciences de l’éducation, à l’Université d’Utrecht aux Pays-Bas. Dans les recherches qu’il a menées avec ses collègues, il a notamment analysé l’enseignement en fonction des relations enseignant-élève et enseignant-classe.

Il s’est particulièrement intéressé à l’évaluation du comportement interpersonnel des enseignants et à l’impact sur les résultats cognitifs et affectifs des élèves. En effet, la recherche a montré que la qualité des relations enseignant-élève est un prédicteur important du rendement et des attitudes des élèves.

Cet article présente brièvement deux outils, le modèle de comportement interpersonnel des enseignants (MITB) et le questionnaire sur l’interaction des enseignants (QTI).

Ces deux outils ont permis d’établir huit profils interpersonnels d’enseignants qui seront présentés également. Ces profils cartographient les perceptions des élèves au sujet de leurs relations interpersonnelles avec leur enseignant.





Le modèle de comportement interpersonnel des enseignants (MITB)


Ce modèle est basé sur les recherches de Timothy Leary qui datent de 1957, à propos du diagnostic interpersonnel de la personnalité.

Dans le modèle de Leary, deux dimensions sont mises en avant. Timothy Leary les appelait « dominance-soumission » et « hostilité-affection ». Elles sont généralement acceptées comme des descripteurs universels de l’interaction humaine.

Dans l’application du modèle de Leary à l’enseignement, Theo Wubbels et ses collègues ont nommé ces deux dimensions « dominance-soumission », en matière d’influence, et « opposition-coopération » en ce qui concerne la proximité.

Ces dimensions peuvent être représentées dans un système de coordonnées orthogonales :

(Source : Wubbels, 2006)



  • Sur l’axe horizontal, on va de l’opposition à gauche jusqu’à la coopération.
  • Sur l’axe vertical, on va de la soumission en bas jusqu’à la dominance en haut.

Ces deux dimensions divisent le repère en huit secteurs. Ceux-ci nommés par deux lettres, selon leur critère premier et leur critère second en importance : D (dominance) ou S (soumission), avec O (opposition) et C (cooperation) :


(Source : Wubbels, 1993)



(Source : Wubbels, 2006)


Leadership & Directivité (DC)


  • L’enseignant, dirige, organise clairement la classe.  
  • Il donne des instructions, établit des tâches, il stimule ses élèves. 
  • Il a le contrôle, il est conscient de ce qui se passe en classe.
  • Il capte et retient l’attention des élèves.


Bienveillance & Soutien (CD)


  • L’enseignant aide et montre de l’intérêt pour les élèves.
  • Il s’occupe de chacun. Il encourage les élèves et est attentionné.
  • Il se comporte d’une manière amicale, il est capable d’une note d’humour. 
  • Il inspire confiance et donne sa confiance.


Indulgence & Empathie (CS)


  • L’enseignant est compréhensif, il écoute avec intérêt ses élèves, il fait preuve d’empathie
  • Il se met à la portée de ses élèves, il est patient et ouvert.
  • Il accepte les excuses, il cherche des moyens de régler les différends.



Responsabilisation & Permissivité (SC)


  • L’enseignant donne des libertés, accorde des permissions, il approuve la prise d’initiatives
  • Il offre des occasions d’indépendance, il responsabilise ses élèves.
  • Il fait confiance, il permet aux élèves d’aller à leur rythme
  • Il permet aux élèves de souffler lorsque cela leur est nécessaire.


Incertitude (SO)


  • L’enseignant garde un profil bas, il est inquiet.
  • Il attend de voir comment la situation tourne.
  • Il hésite, il est désorganisé. 
  • Il admet ses erreurs, il s’excuse, il se fait chahuter.



Insatisfaction (OS)



  • L’enseignant est insatisfait, il se méfie des élèves
  • Il a l’air sombre et a une attitude maussade
  • Il se tait, attend le silence, considère le pour et le contre avant d’agir.
  • Il est mécontent et le manifeste en critiquant ses élèves. 



Punition & Réprimande (OD)


  • L’enseignant exprime de la colère et de l’irritation.
  • Il pose des interdictions, donne des avertissements et des punitions.
  • Il se fâche, sermonne, réprimande et prend les élèves à partie.



Exigence & Sévérité (DO)


  • L’enseignant fait preuve de rigueur et garde la classe sous contrôle.
  • Il est strict et exigeant.
  • Il établit des règles qu’il fait respecter.
  • Il contrôle et vérifie, il maintient le silence dans la classe.






Le questionnaire sur l’interaction des enseignants (QTI)


Les perceptions des enseignants et des élèves au niveau des modèles peuvent être mesurées à l’aide du questionnaire sur l’interaction des enseignants (QTI).

Ce questionnaire a été développé à l’origine aux Pays-Bas par Theo Wubbels et ses collègues, avant d’être traduit et adapté dans diverses langues. Il est associé à une échelle de Likert.

Les items du test sont divisés en huit échelles correspondant aux huit types de comportements du MITB.

Les élèves peuvent évaluer leurs enseignants à l’aide du QTI. Les enseignants peuvent aussi enregistrer leurs propres perceptions sur leur comportement (leur perception de soi). Les enseignants peuvent aussi noter leurs réponses du point de vue de ce qu’ils aimeraient être (c.-à-d. leurs perceptions idéales).

Plusieurs études ont été menées sur la fiabilité et la validité du QTI. Dans toutes ces études, la fiabilité et la validité mesurées se sont révélées satisfaisantes.

Il existe une version francophone du QTI, adaptée par Lapointe et Legault (1999) :

(Source : Dumas, 2009)




Profils interpersonnels d’enseignants



Des profils typiques sur les relations enseignants-élèves ont été établis à l’aide du modèle de comportement interpersonnel des enseignants (MITB) et du questionnaire sur l’interaction des enseignants (QTI). Un profil est une combinaison particulière des résultats du QTI.

Les classes d’enseignants expérimentés ou chevronnés ont généralement le même type de relations interpersonnelles, mais il peut y avoir des différences entre les classes pour un même enseignant. Pour les enseignants débutants, la variation entre les classes peut être considérable.

Il s’agit de descriptions d’un seul enseignant dans une classe particulière :

  • Les types « autoritaire », « tolérant/autoritaire » et « tolérant » sont des profils où les élèves perçoivent leurs enseignants comme relativement élevés dans la dimension « proximité », avec le type tolérant placé plus bas sur la dimension « influence ». 
  • Moins coopératifs que les trois types précédents sont les types « directif », « indécis/tolérant » et le type « laborieux (drudging) ». Le type « indécis/tolérant » est le plus bas pour la dimension « dominance ». 
  • Les types les moins coopératifs dans leurs relations interpersonnelles ont été indiqués comme étant « répressifs » et « indécis/agressifs ». Dans les classes de type « répressif », les enseignants sont les plus dominants des huit types.




(Source : Wubbels, 2006)


Profil directif


  • L’environnement d’apprentissage est bien structuré et adapté aux tâches à accomplir. 
  • Ils sont organisés de manière efficace et terminent normalement leurs programmes dans les temps et leurs cours à l’heure. 
  • Ils dominent la discussion en classe et suscitent généralement l’intérêt de leurs élèves. 
  • Ces enseignants ne sont généralement pas proches de leurs élèves, bien qu’ils soient parfois amicaux et compréhensifs. 
  • Ils ont des normes élevées par rapport aux résultats attendus de leurs élèves et sont perçus comme étant exigeants. 
  • La classe semble appliquée et sérieuse, mais le professeur doit y travailler.
  • Ils se fâchent parfois et doivent rappeler aux élèves de la classe qu’ils sont là pour travailler. 
  • Ils aiment interpeller les élèves qui se comportent mal ou sont inattentifs. Cela leur permet une remise en ordre rapide de la classe.




Profil autoritaire


  • L’ambiance de classe d’un profil d’enseignant autoritaire est bien structurée, agréable et axée sur les tâches. 
  • Les règles et les procédures sont claires et il n’est pas nécessaire de le rappeler aux élèves. 
  • Les élèves sont attentifs et produisent généralement un meilleur travail que leurs pairs dans les classes des enseignants de type directif.
  • L’enseignant autoritaire est enthousiaste et ouvert aux besoins de ses élèves.
  • Il s’intéresse personnellement, et cela se ressent dans ses cours. 
  • Bien que leur méthode préférée soit l’enseignement frontal, les enseignants autoritaires utilisent fréquemment d’autres techniques. 
  • Les leçons sont bien planifiées et structurées de façon logique.



Profil tolérant et autoritaire


  • Les enseignants tolérants et autoritaires maintiennent une structure qui soutient la responsabilité et la liberté des élèves.
  • Ils utilisent une variété de méthodes auxquelles les élèves réagissent bien.
  • Ils organisent souvent leurs leçons autour de travaux en petits groupes.
  • Bien que l’environnement de la classe ressemble au climat de la classe autoritaire, les enseignants tolérants/autoritaires développent des relations plus étroites avec les élèves.
  • Les élèves apprécient la classe et sont très impliqués dans la plupart des leçons.
  • Les élèves et les enseignants peuvent être vus en train de plaisanter, et il n’y a que très peu besoin d’appliquer les règles.
  • Ces enseignants ignorent les perturbations mineures et choisissent plutôt de se concentrer sur le cours.
  • Les élèves travaillent pour eux-mêmes et pour atteindre les objectifs fixés par l’enseignant, et ceci en ne se plaignant que très peu, voire pas du tout.




Profil tolérant


  • La recherche montre une certaine ambivalence par rapport à ce profil, car les points de vue néerlandais et américains semblent distincts sur les enseignants tolérants. 
  1. Pour les Néerlandais :
    • L’atmosphère est agréable et encourageante et les étudiants aiment assister aux cours. 
    • Ils ont plus de liberté dans cette classe que dans celles énumérées précédemment, et ont un réel pouvoir d’influence sur le programme et sur l’enseignement. 
    • Les élèves apprécient l’implication personnelle de leurs enseignants et leur capacité à adapter la matière à leur style d’apprentissage. 
    • Ils travaillent souvent à leur propre rythme et l’atmosphère de classe peut parfois être un peu confuse en conséquence.
  2. Pour les Américains : 
    • Les enseignants tolérants sont perçus comme quelque peu désorganisés. 
    • Leurs cours ne sont pas bien préparés et ils ne mettent pas les élèves au défi. 
    • Ces enseignants commencent souvent la leçon par une explication et envoient ensuite les élèves faire un travail individuel. 
    • Bien que les enseignants s’intéressent à la vie personnelle des élèves, leurs attentes scolaires à leur égard ne sont pas évidentes ou claires.



Profil indécis/tolérant


  • Les enseignants indécis/tolérants sont coopératifs, mais ne font pas preuve de beaucoup de leadership en classe.
  • Leurs leçons sont mal structurées, ne sont pas présentées complètement et n’ont pas beaucoup de suivi.
  • Ils tolèrent généralement le désordre et les élèves ne sont pas engagés sur les tâches.
  • Les enseignants indécis/tolérants sont très préoccupés par la classe et sont prêts à expliquer les choses de façon répétée aux élèves qui n’ont pas écouté.
  • L’ambiance est tellement déstructurée que seuls les élèves de devant sont attentifs pendant que les autres jouent à des jeux, font leurs devoirs, etc.
  • Les élèves ne sont pas provocateurs, cependant, et les enseignants parviennent à les ignorer tout en couvrant le sujet à voix haute et rapidement.
  • Les règles de comportement des enseignants sont arbitraires et les élèves ne savent pas à quoi s’attendre en cas d’infraction.
  • Les quelques efforts déployés par les enseignants pour mettre fin au comportement répréhensible sont déployés sans insistance et ont peu d’effet sur la classe.
  • Parfois, ces enseignants réagissent rapidement, d’autres fois ils ignorent complètement l’inattention des élèves.
  • Les attentes en matière de rendement de la classe sont minimales et la plupart du temps elle fonctionne au moment présent, de manière immédiate plutôt que dans des perspectives à long terme.
  • L’effet global est celui d’un équilibre improductif dans lequel les enseignants et les élèves semblent n’en faire qu’à leur guise. 



Profil indécis/agressif


  • Ces classes sont caractérisées par une sorte de désordre agressif.
  • Les enseignants et certains de leurs élèves se considèrent mutuellement comme des adversaires et passent presque tout leur temps dans des conflits en escalade symétrique.
  • Ces élèves saisissent presque toutes les occasions d’être perturbateurs et provoquent continuellement les enseignants en se levant, en riant ou en poussant des cris.
  • Cela entraîne généralement une réaction exagérée et paniquée de la part de l’enseignant, à laquelle s’ajoute un comportement encore plus inadéquat de la part des élèves.
  • Au milieu de la confusion, les enseignants indécis/agressifs peuvent soudainement essayer de discipliner quelques élèves, mais ils parviennent souvent à ne pas voir les vrais coupables.
  • En raison du comportement imprévisible et déséquilibré des enseignants de ce type, les élèves estiment que c’est la faute de l’enseignant.
  • Les règles de comportement ne sont pas communiquées ou expliquées correctement.
  • Ces enseignants passent la majeure partie de leur temps à essayer de gérer la classe, mais semblent réticents à expérimenter différentes techniques pédagogiques.
  • Ils préfèrent penser : « D’abord, ils devront bien se tenir. » Malheureusement, l’apprentissage est l’aspect le moins important de la classe.



Profil répressif


  • Les élèves des enseignants répressifs sont désimpliqués et extrêmement dociles. Ils suivent les règles et ont peur des accès de colère des enseignants.
  • Ces enseignants semblent réagir de façon excessive aux petites transgressions, en faisant souvent des remarques sarcastiques ou en donnant de mauvaises notes.
  • Les leçons sont structurées, mais pas bien organisées.
  • L’enseignant répressif est l’incarnation de la rigidité. 
  • Considérant que les instructions et les informations contextuelles sont fournies, peu de questions sont permises ou encouragées.
  • De temps en temps, les élèves travaillent sur des travaux individuels, pour lesquels ils reçoivent peu d’aide de la part de l’enseignant.
  • L’ambiance est sous contrôle et désagréable. Les élèves sont inquiets et craintifs.
  • Parce que les attentes des enseignants répressifs sont axées sur la compétition et sont excessives, les élèves s’inquiètent beaucoup de leurs résultats.
  • Les enseignants semblent réprimer l’initiative des élèves, préférant donner des cours magistraux pour que les élèves ne bougent pas.
  • Les élèves perçoivent les enseignants comme malheureux et impatients et leur silence semble être le calme avant la tempête.


Profil laborieux


  • L’ambiance de la classe d’un enseignant laborieux varie du désordre de celles des profils indécis/agressif et indécis/tolérant, jusqu’à parfois celle de la classe du profil directif.
  • Une chose est cependant constante : ces enseignants luttent continuellement pour gérer la classe. Ils y réussissent habituellement (contrairement aux deux autres types), mais pas sans avoir dépensé beaucoup d’énergie.
  • Les élèves sont attentifs tant que le professeur essaie activement de les motiver. Quand ils s’impliquent, l’ambiance est orientée sur le contenu et l’enseignant n’est pas très chaleureux. 
  • L’enseignant suit généralement une routine dans laquelle il parle la majeure partie du temps et évite d’expérimenter de nouvelles méthodes.
  • Les enseignants laborieux semblent toujours à la peine et leurs cours condamnés à une forme de déliquescence. La classe n’est ni enthousiaste, ni acquise à leur cause, ni compétitive. 
  • Malheureusement, en raison de sa préoccupation permanente de la gestion de la classe, le professeur a parfois l’air d’être au bord de l’épuisement professionnel (burnout).


Bibliographie


Wubbels, T., Créton, H., Levy, J. & Hooymayers, H. (1993). The model for interpersonal teacher behaviour. In T. Wubbels & J. Levy (Eds), Do you know what you look like ? Interpersonal relationships in education (pp. 13-28). London: Falmer Press.

Wubbels, Th.; Brekelmans, M.; den Brok, P.; van Tartwijk, J.W.F. (2006) Evertson, C., Weinstein, C. S. (eds.), Handbook of classroom management: research, practice and contemporary issues, pp. 1161 - 1191

Zesiger, Pascal & Soussi, Anne & Lurin, Jacqueline. (2019). Compétences en littératie et capacités langagières des adolescents à risque (international literacie project) : quels liens ?

Dumas, D. (2009). Perceptions des comportements interpersonnels d'enseignants et d'enseignantes d'éducation physique et à la santé par des élèves du secondaire. Mémoire de maîtrise en sciences et en kinanthropologie, Université de Sherbrooke, Sherbrooke.

Lapointe, J. et Legault, F. (1999). Version francophone du Questionnaire on Teacher Interaction en contexte québécois. Mesure et évaluation en éducation, 22(2- 3), 1-19.

0 comments:

Enregistrer un commentaire