samedi 18 septembre 2021

Les compétences de l’enseignant

En France, dans le cadre du conseil scientifique de l’éducation nationale (CSEN), le groupe de travail Formation et ressources a proposé en 2021 une refonte du référentiel français des compétences de l’enseignan.

(Photographie : Daniloz)


Voici une synthèse personnelle de leur travail de réflexion




Des responsabilités professionnelles 


Nous pouvons distinguer quatre grands champs de responsabilités de l’enseignant : 

  1. L’enseignant dispose de connaissances larges profondes dans la discipline qu’il enseigne. Il est un expert dans son domaine.
  2. L’enseignant dispose de compétences pédagogiques liées à l’enseignement des contenus de sa discipline et à leur apprentissage par ses élèves. Il utilise des pratiques efficaces dans le cadre de son cours. 
  3. L’enseignant garantit la cohésion sociale dans les classes, et assure un lien avec les familles et les autres acteurs scolaires. Il prévient certains facteurs susceptibles d’entraver l’apprentissage et tente de favoriser l’estime de soi de ses élèves — par un soutien au développement de leur sentiment d’efficacité personnelle et de leurs capacités d’autorégulation. 
  4. L’enseignant collabore avec ses collègues au sein de communautés d’apprentissage professionnelles, de manière à concrétiser des objectifs communs d’amélioration, de partager et d’enrichir son expertise. 


Pour comprendre comment fonctionnent les élèves, les enseignants ont besoin de développer ce que Daniel T. Willingham appelle un modèle psychologique de l’élève. Celui-ci reprendrait certains concepts utiles comme le modèle de la mémoire, de l’attention, de la motivation, du renforcement positif ou de l’ABC du comportement par exemple.




Les défis de l’enseignant


Au XXIe siècle, les profils des élèves connaissent de nombreuses évolutions :

  • Diversification des origines culturelles
  • Plus grande reconnaissance des élèves à besoins spécifiques
  • Appétence pour des outils digitaux de plus en plus performants
  • Nouveaux besoins en matière de connaissances et de compétences sur le marché du travail et dans la société du 21e siècle. 


Ces tendances de fond imposent l’évolution et l’adaptation des systèmes éducatifs. Le dispositif de formation des enseignants doit s’orienter vers une plus grande part d’entrainement pratique et de contenu pédagogique. 




Qualité du mode de formation


Il apparait à travers l’enquête TALIS 2018 de l’OCDE que les systèmes éducatifs les plus performants mettent l’accent sur les activités pratiques dans le cadre de la formation initiale. L’existence d’une corrélation positive entre le sentiment d’efficacité personnelle des enseignants et l’inclusion d’activités pédagogiques pratiques dans le cadre de la formation initiale y a été mise en évidence.

Dans de nombreux pays, les programmes de formation initiale évoluent, passant d’une formation purement universitaire à une formation professionnalisante. 

La qualité de l’expérience pratique est améliorée par la mise en place d’un suivi et d’un coaching rapproché durant les activités pratiques. 44 % des professeurs des pays de l’OCDE déclarent être observés et conseillés par un coach lors de mises en situation face à des élèves en 2018, contre seulement 29 % en 2013. 




Qualité du système et des enseignants


La qualité du système éducatif est dépendante des compétences des enseignants. De nombreux travaux de recherche indiquent l’existence d’une corrélation positive entre la qualité de l’enseignement prodigué par les enseignants et l’efficacité des systèmes éducatifs (Darling-Hammond, 2000). Des recherches récentes montrent également l’impact causal de la qualité de l’enseignement sur le parcours des élèves à l’école et sur le marché du travail [Chetty et coll., 2010].

La qualité de l’enseignement et le niveau de formation des enseignants allant de pair, il est essentiel d’élaborer des formations initiales et continues de grande qualité́. 

Dès lors, il apparait utile de définir les niveaux de compétences spécifiques attendues chez les enseignants et plus largement au sein des équipes pédagogiques. Tous les enseignants ne doivent pas être des experts dans chaque domaine de compétences, mais une diversité et une complémentarité de celles-ci s’imposent pour rencontrer les besoins des élèves. 




L’enjeu d’un référentiel de compétences


Un référentiel de compétences doit tenir compte de l’état des connaissances utiles pour l’exercice efficace de la profession d’enseignant. Il est potentiellement d’une importance centrale dans la formation initiale et continue.

Le groupe de travail « formations et ressources » du Conseil scientifique de l’éducation nationale [CSEN] explique dans son rapport avoir réalisé un examen comparatif des référentiels français et étrangers. 

Rapidement, les avantages du référentiel australien ont retenu leur attention et ils s’en sont servi pour ébaucher une proposition de nouveau référentiel.

Les compétences y sont détaillées de façon progressive de manière à offrir une forme synthétique et lisible. 

Un premier niveau inclut un petit nombre de compétences générales : 

  1. Connaître les élèves et comment ils apprennent 
  2. Connaître les contenus et comment les enseigner 
  3. Maîtriser les techniques d’enseignement efficaces 
  4. Créer et maintenir un environnement d’apprentissage propice et sûr 
  5. Évaluer et rendre compte des apprentissages de l’élève
  6. Être acteur de son développement professionnel
  7. Travailler en harmonie avec la communauté


Chacune de ces sept compétences se subdivise en sous-compétence 

  1. Connaître les élèves et comment ils apprennent 
    1. Connaître le développement de l’enfant 
    2. Savoir comment les enfants apprennent 
    3. Connaître les déterminants du comportement 
    4. Connaître la diversité des élèves et leurs besoins spécifiques 
    5. Connaître les élèves en situation de handicap 
  2. Connaître les contenus et comment les enseigner 
    1. Contenus d’enseignement 
      1. Contenus transversaux 
      2. Maîtriser la langue française 
      3. Maîtriser une langue étrangère 
      4. Apprendre à apprendre 
      5. L’éducation morale et civique 
      6. L’esprit critique 
    2. Contenus disciplinaires, en fonction de la discipline et du niveau 
      1. Sélectionner et organiser les contenus d’enseignement 
      2. Savoir utiliser les TICE 
  3. Maîtriser les techniques d’enseignement efficaces 
    1. Définir et communiquer les buts d’apprentissage 
    2. Planifier, structurer et séquencer les programmes d’apprentissage 
    3. Utiliser des stratégies d’enseignement efficaces 
    4. Savoir différencier son enseignement et l’adapter aux besoins spécifiques 
    5. Communiquer de manière efficace 
    6. Évaluer et améliorer sa pratique d’enseignement 
    7. Sélectionner et utiliser les ressources documentaires
    8. Savoir utiliser les TICE pour renforcer l’efficacité pédagogique 
  4. Créer et maintenir un environnement d’apprentissage propice et sûr
    1. Contribuer au bien-être et à l’estime de soi 
    2. Susciter la participation de tous les élèves 
    3. Gérer les activités de classe
    4. Gérer le comportement des élèves 
    5. Accompagner et orienter
    6. Donner accès à l’information et à la documentation 
    7. Utiliser les TICE de manière responsable et sûre
  5. Évaluer et rendre compte des apprentissages de l’élève 
    1. Évaluer de manière fiable 
    2. Restituer aux élèves leur progression dans les apprentissages 
    3. Interpréter les résultats des élèves 
    4. Rendre compte des résultats des élèves 
  6. Être acteur de son développement professionnel 
    1. Connaître les principes de la recherche scientifique en éducation 
    2. Identifier et hiérarchiser les sources de connaissance en éducation
    3. Mettre à jour régulièrement ses connaissances 
    4. Participer à la production de connaissances en éducation 
  7. Travailler en harmonie avec la communauté 
    1. Agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques 
    2. Travailler en équipe avec les autres enseignants 
    3. Travailler en harmonie avec les parents d’élèves 
    4. Travailler en harmonie au sein de l’établissement et de l’institution 
    5. Travailler en harmonie avec la communauté nationale 


Les compétences sont déclinées en différents niveaux de maîtrise afin de servir de cadre au développement professionnel et à la formation initiale et continue.

Chaque compétence spécifique peut être déclinée en différents niveaux de maîtrise :

  1. Obtenu à l’issue de la formation initiale
  2. Expérimenté
  3. Expert
  4. Formateur ou cadre


Les niveaux supérieurs de maîtrise définiraient les objectifs à atteindre à différents stades de la carrière, via la formation continue. Cette dernière devrait s’organiser en modules de formation correspondants à chaque niveau de compétence.

Ainsi, chaque enseignant aurait, dès la formation initiale, une vision claire et explicite des différentes compétences à acquérir, et des différents niveaux de maîtrise attendus. 




Bibliographie


Yann Algan, Stanislas Dehaene, Élise Huillery, Elena Pasquinelli, Franck Ramus, Quels professeurs au XXIe siècle ? Rapport de Synthèse, 2021

Franck Ramus, Pascal Bressoux, Elena Pasquinelli et Liliane Sprenger-Charolles, Ébauche d’un nouveau référentiel de compétences, 2019  

Chetty, R., Saez, E., Whitmore Schanzenbach, D., How Does Your Kindergarten Classroom Affect Your Earnings? Evidence From Project STAR Evidence from Project Star. Quartely Journal of Economics.

Darling-Hammond, L. (2000). Teacher Quality and Student Achievement: A Review of State Policy Evidence: https://epaa.asu.edu/ojs/article/view/392/515.

OECD, TALIS 2018

0 comments:

Enregistrer un commentaire