mercredi 4 avril 2018

Quelles attentes et responsabilités liées au comportement scolaire?

L’objectif de tout établissement scolaire est de proposer un contexte d'apprentissage de la plus haute qualité. Quelles sont les implications pour les adultes concernés : 




(photographie Kyoko Hamada)

Tout comportement perturbateur sous quelque forme que ce soit, nuit à cet objectif. Il est de la responsabilité naturelle de tout le personnel de contester celui-ci et d’intervenir conformément au règlement. 

La grande majorité des élèves réussissent dans leurs études et causent peu de problèmes. Il ne faut pas non plus confondre un comportement inacceptable avec le comportement occasionnel et naturel d’adolescents qui explorent, testent les limites et remettent en question les règles et s’interrogent épisodiquement sur leur légitimité.

Si nous voulons créer un environnement dans lequel les élèves s’engagent, prennent la responsabilité de leur propre apprentissage présent et futur et peuvent réussir sur le plan scolaire et social, un prérequis essentiel est de s’assurer qu’ils connaissent les règles et leurs obligations en ce qui a trait aux normes de conduite et de travail satisfaisantes.  Celles-ci doivent être rappelées régulièrement, connues de tous et être sans ambiguïtés.   

L'approche doit être juste, cohérente et traiter chaque élève selon un principe d’égalités des devoirs avec le respect qui lui est du. Il faut que chaque membre du personnel ait une responsabilité commune, mais aussi qu'il reconnaisse et agisse en fonction de son rôle particulier. La cohérence du système en son ensemble est un facteur essentiel.

Il convient dès lors en tant qu’adulte d’être proactif et assertif dans la reconnaissance des situations où il est nécessaire d'intervenir, et cela que ce soit pour un renforcement ou une réprimande. 

L’idée d’une démarche assertive correspond à adopter un ton positif et neutre plutôt qu'émotif afin de favoriser l’apaisement. Cela permet de dépersonnaliser l’acte de sanctionner et de le professionnaliser, on décide d’agir en tant qu’enseignant et non en fonction d’un ressenti dépendant de notre sensibilité propre et de notre vécu.  

L’idée derrière la démarche proactive est d’intervenir rapidement et tôt. Il est souvent possible d'aider les élèves à se remettre sur les rails avant qu'ils ne deviennent trop démotivés et trop démoralisés.

Bibliographie:
Ashman,G - Ouroboros (2016) 
Sargent, K J – Behaviour Management Guidance – North Lindsey College (2017)

0 comments:

Enregistrer un commentaire