jeudi 10 août 2017

Pour un usage immodéré de l'évaluation formative! (partie 6 & fin : contractualisation et culture d'école)

Suite et fin de cette réflexion autour de l'évaluation formative avec les changements induits en terme de relation entre élèves et enseignants et entre enseignants et établissement :



9.     Une contractualisation des processus :

a.     La mise en œuvre de critères d’évaluation et une optimisation des effets de l’évaluation formative nécessitent l’établissement de processus et d’échanges par une contractualisation entre l’enseignant et les élèves via le document d’intentions pédagogiques.
b.     Cela nécessite également d’instaurer des entretiens d’évaluation sous une forme ou une autre, individuels et idéalement collectifs. Instaurer un temps de mise en confiance où les apprenants peuvent évoquer où ils en sont à l’issue d’évaluations formatives et dans la perspective de l’arrivée de l’évaluation certificative. Il faut permettre et inciter les élèves à prendre conscience des stratégies que les autres utilisent et mettent en place, favoriser ainsi la métacognition et les amener à porter un regard réflexif sur leurs activités afin de se remettre en question, si besoin est, ce qui en constitue le prérequis, dans des conditions de progrès.
c.      L’élève peut, à l’écoute de ses  condisciples, découvrir qu’il existe d’autres manières d’apprendre, qu’une méthode est toujours perfectible et qu’il est en son pouvoir de définir de nouvelles stratégies.
d.     La logique de l’évaluation formative déborde plus largement sur l’évaluation certificative. Sa logique de fonctionnement permet de considérer, après un délai raisonnable, une seconde évaluation certificative si la compétence n’est pas acquise lors de la première évaluation certificative.

10.     Vers une culture de l’évaluation

a.     Il s’agit d’une culture de fonctionnement en classe impliquant une interaction entre les enseignants et les élèves et l’utilisation d’outils d’évaluation :
                                               i.     Implication des élèves dans le processus d’évaluation.
                                              ii.     Signification donnée par les enseignants et les élèves aux pratiques d’évaluation, à l’importance de la rétroaction et à ses effets attendus.
b.     L’évaluation formative renforce une culture de l’évaluation dans laquelle les enseignants et les équipes dirigeantes se servent des informations sur les élèves pour générer de nouvelles connaissances sur ce qui fonctionne et pourquoi, partagent leurs connaissances avec leurs collègues et développent leurs capacités à répondre à un éventail plus large de besoins d’apprentissage. Par exemple, des défaillances de méthode de travail dans une branche sont corrélées à des difficultés dans l’une ou l’autre branche et donc les solutions à mettre en place deviennent transversales.
c.      La culture de l’évaluation renvoie à l’élaboration d’un langage commun concernant les objectifs de l’apprentissage et de l’enseignement et à une conception partagée des buts de l’évaluation pour répondre  à ces objectifs.
d.     Dans l’idéal, les informations recueillies dans le cadre des évaluations formatives servent à éclairer les stratégies d’amélioration à chaque niveau du système éducatif. Au niveau des classes, les enseignants recueillent des informations sur les acquis des élèves et ajustent leur enseignement pour répondre aux besoins d’apprentissage identifiés. Au niveau des établissements, les équipes de direction se servent des informations pour déterminer les forces et les faiblesses de leur établissement et concevoir des stratégies d’amélioration.
e.     Le cadre général de l’évaluation formative permet aux enseignants de mieux organiser leur réflexion sur l’apprentissage des élèves et de s’informer de façon plus ciblée sur les méthodes basées sur les recherches pour améliorer l’apprentissage des élèves. Les enseignants gagnent en maîtrise de ces méthodes lorsqu’ils attachent une attention particulière à leur impact sur l’apprentissage des élèves.



Bibliographie :

De Landsheere, V., « Une école sans échec. Implantation de pratiques d’évaluation formative dans des classes d’école primaire. »,    Informations Pédagogiques n°38 - Décembre (1997)

Evaluation formative, Cognition Apprentissage Enseignement, TELUQ http://wiki.teluq.ca/ted6210/index.php/Evaluation_formative
 (2017)

LEJEUNE Joseph, ouvrages de reference sur l'évaluation et spécialement sur l'évaluation formative. (1994) 


Morrissette, J. “Un panorama de la recherche sur l’évaluation formative des apprentissages. Mesure et évaluation en education”, 33(3), 1-27. (2010)

OECD, L'évaluation formative: Pour un meilleur apprentissage dans les classes secondaires, OECD Publishing, Paris. (2005)

Pourtier, A, 2010, « L’évaluation formative » http://www.ac-grenoble.fr/ien.bourgoin3/IMG/pdf_L_evaluation_formative.pdf (2010)

Younes, N ; Gaime, E . L’évaluation formative en contexte : points de vue d’enseignants, points de vue d’élèves. Diversité, VEI, pp.161-166. (2012)



0 comments:

Enregistrer un commentaire