Mémoire et plasticité

Les sciences cognitives sont un domaine interdisciplinaire de chercheurs en psychologie, neurosciences, linguistique, philosophie, informatique et anthropologie qui cherchent à comprendre l'esprit.

La psychologie cognitive se distingue des neurosciences dans le sens où celle-ci se focalise sur des explications en lien avec l'esprit alors que les neurosciences sont concernées par l'explication de ce qui se passe dans le cerveau.

Le champ de la psychologie cognitive est issu directement de béhaviorisme, pour lequel le comportement est observé et mesuré sans explications cognitives.

La cognition est l'ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance et mettent en jeu la mémoire, le langage, le raisonnement, l'apprentissage, l'intelligence, la résolution de problème, la prise de décision, la perception ou l'attention.

Structure de la mémoire


Avoir une compréhension claire et précise de la structure de la mémoire et de ses processus doit être une priorité, à la fois pour les apprenants et les enseignants.

La mémoire a un rôle central dans l'apprentissage, pourtant la connaissance de ses principes, fonctions et particularités est souvent négligée dans l'enseignement. Elle permettrait pourtant d'éviter des conceptions naïves et improductives à son sujet.

La durée de stockage de l’information en mémoire varie de quelques centièmes de seconde pour la mémoire sensorielle (mémoire iconique et échoïque), d'une poignée de secondes jusqu'à en deça de la minute (en fonction des répétitions) pour la mémoire à court terme / mémoire de travail pour finalement s'étendre sur de longues durées en mémoire à long terme. 

Le traitement de l’information, de l’entrée de l’information par la mémoire sensorielle, à son  stockage en mémoire à long terme, en passant par le traitement et la régulation en mémoire de travail constitue un paradigme qui permet d’expliquer les apprentissages et la façon dont l'enseignement peut servir de vecteur et de facilitateur.


Mémoire sensorielle


La mémoire sensorielle est la porte d’entrée de l’information dans notre système cognitif.

La mémoire sensorielle recueille les informations capturées dans notre environnement et véhiculées par nos voies afférentes, émises par les organes sensoriels vers le système nerveux central.

La mémoire sensorielle permet le maintien à très court terme de l’information perceptive. Sa durée est de l’ordre de 100 à 200 millisecondes. Les informations visuelles et auditives peuvent être maintenues quelques millisecondes avant de passer en MCT. 

La perception est complexe dans le sens où elle est une construction en soi et peut elle-même être erronée. La construction perceptive, pilotée par l’administrateur central (dans le modèle de Baddeley et Hitch de la mémoire de travail) va consister à opérer des traitements afin d’extraire le sens des informations qui parviennent au sujet. La première phase est le traitement de l’information sensorielle. 

Si le sujet ne rattache pas la stimulation à une connaissance et qu’elle n’a pas de signification pour lui, l’information sensorielle est alors oubliée. 

Si le sujet a relié l’information dans le registre sensoriel à une connaissance, elle est transférée en mémoire à court terme.


Mémoire à court terme / mémoire de travail


Le modèle de la mémoire à court terme a été élaboré par Atkinson et Shiffrin (1968). Ce sont Baddeley et Hitsch (1974) qui ont initié la notion de mémoire de travail et cette appellation a pris le dessus sur la première car elle est plus large.

  1. Pourquoi la mémoire à court terme est d'une importance centrale? Comparaison entre l'approche par la découverte et l'enseignement explicite!
  2. Pourquoi la mémoire de travail est d'une importance centrale? Comparaison entre l'approche par la découverte et l'enseignement explicite!


Mémoire à long terme


  1. Pourquoi la mémoire à long terme est d'une importance centrale? Comparaison entre l'approche par la découverte et l'enseignement explicite!
  2. Pourquoi refuser la gestion mentale et les profils d’apprentissage et choisir d’enseigner explicitement des stratégies cognitives !

Plasticité et nature des connaissances 


0 comments:

Enregistrer un commentaire