Architecture cognitive

La cognition est l'ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance et mettent en jeu la mémoire, le langage, le raisonnement, l'apprentissage, l'intelligence, la résolution de problème, la prise de décision, la perception ou l'attention.

Les sciences cognitives sont un domaine interdisciplinaire de chercheurs en psychologie, neurosciences, linguistique, philosophie, informatique et anthropologie qui cherchent à comprendre l'esprit.

Le champ de la psychologie cognitive est issu directement de béhaviorisme, pour lequel le comportement est observé et mesuré sans explications cognitives.

Les sciences cognitives étudient le fonctionnement général de la pensée et la manière dont celle-ci gère les connaissances, les sélectionne, les mémorise, les réutilise, etc.

La pensée ne se réduit ni à la conscience ni aux fonctions intellectuelles supérieures (raisonnement, réflexion, jugement, etc.). Les sciences cognitives montrent qu’une très large part du fonctionnement de l’esprit humain échappe à la conscience. En ce sens, l'automaticité ce certains de nos processus mentaux est garante de leur efficacité.

La psychologie cognitive se distingue des neurosciences dans le sens où celle-ci se focalise sur des explications en lien avec l'esprit alors que les neurosciences sont concernées par l'explication de ce qui se passe dans le cerveau.





Modèle de l'apprentissage


Le système cognitif humain est conçu comme un système adaptatif et spécialisé. Il a évolué afin de permettre à l'espèce humaine une meilleure adaptation à son environnement.

Les sciences cognitives définissent l'apprentissage chez l'homme comme l'ensemble des processus permettant d'acquérir de nouvelles connaissances ou de transformer les connaissances existantes.

Deux aptitudes semblent propres à l'espèce humaine :

  1. La propension à transmettre.
  2. La capacité à apprendre à partir des enseignements. 
Par conséquent, les connaissances sont transmises de génération en génération et l'être humain peut faire face à des changements culturels car les connaissances peuvent être transmises rapidement au sein d'un groupe donné. 


Les différentes théories cognitives relatives à l'apprentissage partagent une vision commune des caractéristiques structurales du système de traitement de l'information, c'est-à-dire de l'architecture cognitive. 

Modèle de la mémoire


La mémoire permet de retenir des informations pour les réutiliser ultérieurement. Dans le champ des sciences cognitives, à l'inverse du béhaviorisme, la notion de mémoire insiste sur les structures et processus intermédiaires entre l'acquisition de ces informations et leurs conséquences sur le comportement.

Avoir une compréhension claire et précise de la structure de la mémoire et de ses processus doit être une priorité, à la fois pour les apprenants et les enseignants.

La mémoire a un rôle central dans l'apprentissage, pourtant la connaissance de ses principes, fonctions et particularités est souvent négligée dans l'enseignement. Elle permettrait pourtant d'éviter des conceptions naïves et improductives à son sujet.

Apparu dans les années 1960, le modèle modal de la mémoire a été l'un des plus influents. Il distingue :

  1. Le registre sensoriel
  2. La mémoire à court terme 
  3. La mémoire à long terme


La notion de mémoire de travail a été présentée par Baddeley et Hitch en 1974. Ce modèle et d'autres plus récents comme celui de Cowan mettent en évidence les liens entre attention et mémoire.

La durée de stockage de l’information en mémoire varie de quelques centièmes de seconde pour la mémoire sensorielle (mémoire iconique et échoïque), d'une poignée de secondes jusqu'à en deça de la minute (en fonction des répétitions) pour la mémoire à court terme / mémoire de travail pour finalement s'étendre sur de longues durées en mémoire à long terme. 

Le traitement de l’information, de l’entrée de l’information par la mémoire sensorielle, à son  stockage en mémoire à long terme, en passant par le traitement et la régulation en mémoire de travail constitue un paradigme qui permet d’expliquer les apprentissages et la façon dont l'enseignement peut servir de vecteur et de facilitateur.


(source )

Mémoire sensorielle


Mémoire à court terme / mémoire de travail


Le modèle de la mémoire à court terme a été élaboré par Atkinson et Shiffrin (1968). Ce sont Baddeley et Hitsch (1974) qui ont initié la notion de mémoire de travail et cette appellation a pris le dessus sur la première car elle est plus large.

  1. Pourquoi la mémoire à court terme est d'une importance centrale? Comparaison entre l'approche par la découverte et l'enseignement explicite!
  2. Pourquoi la mémoire de travail est d'une importance centrale? Comparaison entre l'approche par la découverte et l'enseignement explicite!

Mémoire à long terme



Dans le domaine de la mémoire à long terme, plusieurs distinctions ont été proposées :

  • entre mémoire épisodique (auto-biographique) et mémoire déclarative (connaissances générales) par Endel Tulving
  • entre mémoire sémantique et mémoire procédurale (gestes, comportements, savoir-faire) par John Anderson
  • entre mémoire explicite (utilisée de façon consciente et contrôlée) et mémoire implicite (automatique). 
  1. Pourquoi la mémoire à long terme est d'une importance centrale? Comparaison entre l'approche par la découverte et l'enseignement explicite!
  2. Pourquoi refuser la gestion mentale et les profils d’apprentissage et choisir d’enseigner explicitement des stratégies cognitives !

0 comments:

Enregistrer un commentaire