Intelligence et QI

1. Quel modèle de l’intelligence pour l'éducation ?
2. La théorie du chevauchement des processus : une vision d'ensemble de l'intelligence signifiante pour l'enseignement !
3. Hauts potentiels en contexte scolaire : une problématique non spécifique
4. Effet Flynn et baisse du niveau des élèves ! Des hypothèses qui posent des questions !



L’intelligence comporte une part d’inné mais également une part d’acquis. Les connaissances, le contexte et la culture l’influencent.

Un synonyme d'intelligence est l'habilité cognitive, ce qui fait directement référence aux processus cognitifs qui sont une propriété du cerveau.

Toute compréhension d’une situation, toute pensée, toute décision repose sur des savoirs, des savoir-faire, des habiletés, des compétences acquises pour une part importante grâce à l’éducation. L’apport de l’école sur l’accroissement de l’intelligence reste peu exploré.

On ne peut pas se contenter d’explorer la part d’inné de l’intelligence et ne voir en elle que la mise en œuvre de capacités.

Résoudre un problème comme réaliser des tâches complexes requiert de faire appel à des compétences spécifiques. L’objet de l’éducation est l’acquisition de compétences spécifiques. L’éducation est donc la méthode la plus cohérente, robuste et durable pour accroître l’intelligence. Le facteur g n’est pas figé.

Bibliographie


David Didau, What if everything you knew about education was wrong?, Crown House, 2016

Emmanuel Sander et al., Les neurosciences en éducation, Retz, 2018

0 comments:

Enregistrer un commentaire