vendredi 14 février 2020

Nourrir des attentes élevées en tant qu’enseignant

Les enseignants efficaces peuvent améliorer l'apprentissage de leurs élèves. Ils influent positivement sur les connaissances acquises par leurs élèves, sur le développement de leurs stratégies d’apprentissage, sur leur engagement, leur sentiment d’efficacité personnelle, leur motivation ou leurs résultats à long terme.

Un développement professionnel qui vise à rendre les enseignants plus efficaces pour tous les élèves est une étape nécessaire pour garantir que les écoles offrent réellement des chances égales à chaque élève. C’est également une piste sérieuse pour que les niveaux de résultats globaux prennent une pente ascendante dans les études internationales.


(Photographie : Amanda Harman)


Introduction


L’objet du présent article part du principe établi que les enseignants qui nourrissent de grandes attentes pour tous leurs élèves vont augmenter considérablement leurs chances de terminer leurs études secondaires et universitaires.

Il relate et synthétise les conclusions d’une étude réalisée par Seth Gershenson, « The Impact of Rigorous Grading Practices on Student Achievement ». Seth Gershenson y examine dans quelle mesure les normes de notation des enseignants en mathématiques influencent la réussite d’élèves de 13 à 15 ans dans les écoles publiques de Caroline du Nord.




Croire au potentiel de ses élèves


Différentes recherches ont montré par le passé qu’il est important que les enseignants reconnaissent le potentiel de leurs élèves, y croient et maintiennent des attentes élevées à leur égard. Dans cette perspective, ils augmentent de manière notable la probabilité que leurs élèves terminent avec succès leurs études secondaires et universitaires.

Cette croyance se traduit dans l’adoption et le développement contextualisé de pratiques pédagogiques efficaces en matière d’enseignement, d’évaluation formative et de gestion de classe.

Avoir des attentes élevées se traduit dans toutes les étapes de l’apprentissage et de l’enseignement. Cela intervient de la définition des objectifs à la conception des activités et des explications, du modelage à la pratique guidée. On les retrouve également de la pratique autonome à l’évaluation formative et à travers toutes les activités de récupération distribuées au fil du temps.

Lorsque l’enseignant développe et réussit à intégrer formellement des attentes élevées, cela lui permet également de lutter contre les préjugés pouvant affecter les résultats des élèves.




L’influence de la rigueur de l’enseignant


Une autre façon de définir les attentes consiste à observer la façon dont les enseignants abordent la notation des élèves. Il s’agit d’évaluer la rigueur dont ils font preuve dans leurs pratiques de notation.

Le concept d’une « bonne note » ou d’un « bon résultat » est un indicateur flou et subjectif des connaissances et des compétences acquises par un élève. Il dépend de la façon dont l’enseignant pilote à la fois la conception et la correction de l’évaluation.

Une étude menée en 2004 par David Figlio et Maurice Lucas dans un comté de Floride a étudié l’influence de normes élevées de notation des enseignants au niveau du primaire. Ils ont montré que celles-ci avaient des effets positifs sur les résultats scolaires et le comportement de presque tous les élèves. Le fait d’avoir un enseignant dont les normes de notation sont élevées améliore les résultats scolaires en mathématiques et en lecture et réduit les perturbations en classe.

Ces différents effets sont d’autant plus importants que les élèves sont performants. L’étude a montré des effets positifs pour presque tous les élèves et jamais d’effets nuisibles.

Dans les familles ayant plusieurs enfants, les parents ont déclaré, dans le cadre d’enquêtes, qu’ils passaient beaucoup plus de temps à aider l’enfant dont l’enseignant était un « correcteur plus sévère ».

Les résultats de cette enquête suggèrent que l’effet de normes de notation plus élevées fonctionne en partie grâce à une participation accrue des parents et aux efforts soutenus des élèves.




Quantifier les normes de notation


Il convient de définir ce que l’on entend par « normes de notation élevées ». Dans le cas de l’enquête de Seth Gershenson, c’est le paramètre qui a été utilisé pour quantifier le niveau d’attente des enseignants.

Les enseignants disposent souvent d’une grande latitude pour déterminer et attribuer les notes de chaque élève.

Concrètement, Seth Gershenson a comparé les notes des élèves établies par leurs enseignants à celles d’un examen officiel en fin de parcours sur les mêmes contenus :

  • Les enseignants qui gonflent les notes sont ceux qui attribuent de bonnes notes à des élèves qui par la suite obtiennent des résultats inférieurs à l’examen officiel. On estime qu’ils font preuve de normes de notation peu élevées.
  • Les enseignants qui font preuve de rigueur sont ceux qui attribuent des notes plus faibles à des élèves qui par la suite obtiennent des résultats supérieurs à l’examen officiel. On estime qu’ils font preuve de normes de notation élevées.


Cependant, il ne s’agit pas, au niveau de l’enseignant, de faire le lien entre des résultats élevés et des normes de cotation faibles et entre des résultats faibles et des normes de cotation élevées. Un enseignant avec des normes de notation élevées peut tout à fait se retrouver avec une répartition et une moyenne de ses résultats similaires à ceux d’un enseignant avec des normes de notations faibles.

La différence est que l’enseignant avec des normes de notation élevées va être plus exigeant, à la fois au niveau de la difficulté de ses évaluations, mais également dans la rigueur et l’engagement attendus de ses élèves. Ainsi un enseignant qui a des normes de notation élevées va avoir des élèves qui travaillent et s’engagent plus.

Il n’y a donc pas de lien obligatoire entre le taux d’échec rencontré par un enseignant et la hauteur de ses normes de notation. Un enseignant avec des normes de notation élevées et qui réussit à engager ses élèves peut très bien se retrouver avec moins d’échecs qu’un enseignant avec des normes de notation faibles et qui n’arrive pas à engager ses élèves.



Influence des normes de notation élevées


L’une des façons dont les enseignants transmettent leurs attentes aux élèves est par le biais des notes qu’ils leur attribuent.

Les élèves sont susceptibles d’être amenés à répondre de façon encadrée ou autonome à cette rétroaction de l’enseignant en recalibrant leurs propres attentes et croyances sur ce qu’il est possible d’atteindre. Ils sont susceptibles de s’engager plus dans leur travail scolaire et d’y mettre plus d’efforts, ce qui se traduira par un meilleur apprentissage global.

Toutefois, il est possible que les mêmes normes de notation élevées améliorent les résultats de certains élèves tout en ayant un impact négatif sur les résultats d’autres.

Par exemple, prenons deux élèves, A et B, dont l’enseignant a des normes de notation élevées.

  • Suite à une évaluation importante, ils reçoivent tous les deux une note légèrement insuffisante.
  • L’élève A pourrait être motivé pour améliorer ses habitudes d’étude.
  • L’élève B pourrait prendre cette même information comme un signal que la matière est trop difficile pour lui et se désengager davantage de l’école.

Dès lors l’enseignant ne peut se permettre d’avoir de normes de notation élevées que dans la mesure où il s’engage dans des pratiques d’enseignement efficace. Celles-ci vont stimuler l’engagement, le sentiment d’efficacité personnelle et l’apprentissage de tous ses élèves.



Influence des normes de notation faibles


Les normes de notation faibles amènent l’enseignant à surestimer la maîtrise réelle des compétences et des connaissances de ses élèves.

Des normes de notation peu élevées peuvent constituer une menace pour les performances ultérieures des élèves. Elles sont susceptibles de compromettre les compétences des élèves en fin de secondaire et limiter leur capacité à aborder avec succès l’enseignement supérieur. Leur coût est élevé dans la mesure où elles peuvent rendre plus difficile leur intégration sur le marché du travail.

L’attribution de bonnes notes pour un travail médiocre signale aux élèves qu’un excellent travail est considéré comme hors de leur portée qu’il n’est ni exigé ni attendu par leur enseignant. Ce faisant, l’enseignant leur fait comprendre qu’il n’a que de faibles attentes vis-à-vis d’eux.

Lorsque des élèves qui ne maîtrisent pas la matière reçoivent de toute façon des notes de passage, ils peuvent devenir complaisants, ne pas voir l’intérêt de fournir des efforts supplémentaires ou d’améliorer leurs stratégies.

La notation laxiste est une pratique pernicieuse qui donne aux élèves et aux parents un faux sentiment de sécurité et d’accomplissement. S’ils sentent qu’ils peuvent réussir avec peu d’effort, les élèves sont susceptibles de renoncer à s’engager plus dans leur travail. Ils risquent d’en apprendre moins. De cette manière, ils peuvent ne pas atteindre leur plein potentiel.

Explorons maintenant les six constats auxquels aboutit la recherche effectuée par Seth Gershenson :



1 : Les élèves apprennent davantage des enseignants qui ont des normes de notation plus élevées.


Au plus élevées sont les normes d’un enseignant, au mieux ses élèves apprennent.

Des normes de notation plus strictes semblent avoir un impact considérable sur les performances des élèves.

Lors que l’enseignant affiche des attentes élevées pour ses élèves, il leur envoie comme message que tous doivent respecter la même norme et croire personnellement qu’ils peuvent y répondre.

Ce faisant, les enseignants indiquent clairement ce que les élèves doivent accomplir pour atteindre une certaine note. Ils établissent un lien explicite entre le travail scolaire et la réussite présente et future.

Un enseignant qui fonctionne selon ces principes ne vise pas uniquement que ses élèves réussissent à la fin de l’année scolaire, mais qu’ils acquièrent également de manière durable des connaissances et des stratégies.



2 : Les enseignants dont les normes de notation sont plus élevées améliorent les performances de leurs élèves dans les cours de mathématiques suivants jusqu’à deux ans plus tard.


Des normes de notation plus élevées conduisent systématiquement à des résultats ultérieurs plus élevés, même si l’effet à long terme est plus faible que les effets à court terme.

Dans le cadre de la recherche de Seth Gershenson, les élèves des enseignants présentant des normes de notations élevées obtenaient des résultats nettement meilleurs un an ou deux ans plus tard par rapport aux élèves des enseignants présentant des normes de notation faibles. Des normes de notation plus élevées améliorent l’apprentissage des élèves à long terme.




3 : Les enseignants dont les notes sont les plus élevées améliorent sensiblement les résultats d’apprentissage de tous les sous-groupes d’élèves.


Des résultats positifs ont été mis en évidence par Seth Gershenson pour différents sous-groupes d’élèves classés en fonction de leur ethnicité, de leur genre et de leurs résultats scolaires antérieurs. Tous les groupes d’élèves analysés bénéficient de l’exposition à des normes de notation plus élevées.

La crainte qui pourrait sembler légitime, que certains élèves —, par exemple ceux peu performants — puissent être lésés par des normes de notation plus élevées est non fondée.




4 : Les enseignants ayant un niveau de notation plus élevé améliorent de façon notable l’apprentissage des élèves dans tous les types d’écoles.


L’impact des normes de notation peut varier selon le type d’école pour plusieurs raisons. Par exemple, le climat de l’école peut influencer la façon dont les élèves réagissent aux normes.

Cependant, dans le cadre de sa recherche, Seth Gershenson a mis en évidence que les effets de normes élevées sont tous positifs et de taille similaire dans tous les types d’écoles. Cela suggère que des normes de notation élevées sont universellement bénéfiques.




5 : Les enseignants qui ont fréquenté des établissements sélectifs, qui sont titulaires de diplômes élevés et qui ont plus d’expérience ont tendance à avoir des normes de notation plus élevées.


Les normes de notation varient en fonction des caractéristiques des enseignants. La propre expérience d’un enseignant dans des environnements académiques plus exigeants peut favoriser des normes plus élevées dans les pratiques de notation.

Plus les enseignants acquièrent de l’expérience, plus leurs normes de notation généralement s’élèvent également, en particulier pendant leurs quinze premières années. Les nouveaux enseignants ont des normes de notation qui sont en général inférieures à la moyenne, tandis que les enseignants chevronnés sont toujours plus stricts que la moyenne.

Les normes de notation diffèrent également, en moyenne, selon le sexe de l’enseignant. Les enseignantes ont tendance à avoir des normes de notation plus élevées que leurs homologues masculins.

Ces résultats suggèrent que les normes de notation sont malléables, ce qui est pertinent, car cela montre que des interventions en matière de normes de notation sont susceptibles de fonctionner.




6 : Les normes de notation tendent à être plus élevées dans les écoles accueillant des élèves plus favorisés.


Les normes de notation sont les plus élevées dans les écoles de banlieue et les plus faibles dans les écoles des petites villes et des zones rurales.

Les écoles plus aisées ont des normes de notation qui sont en moyenne plus élevées. C’est un résultat problématique, car cela laisse supposer que les enseignants développent de plus faibles attentes face à des élèves défavorisés qui fréquentent des écoles au public de plus bas niveau socio-économique. Ainsi, certaines écoles peuvent aggraver les désavantages de leurs élèves.




Quand l’enseignant est mis sous pression


Il peut arriver qu’un enseignant se retrouve pressé par d’autres personnes pour attribuer des notes plus élevées ou pour faire passer un élève. Cette pression peut venir de la direction de l’école dans le but de réduire les taux d’échec et augmenter les taux de réussite. Elle peut venir également de parents qui justifient de l’influence de facteurs extérieurs impondérables. L’ampleur de ces pressions peut varier en fonction du degré de cohésion de la communauté scolaire et/ou du statut socio-économique des parents, entre autres facteurs.


Normes et diversité des enseignants


Des variations dans les pratiques de notation existent entre les enseignants et au sein des écoles. Le désir de l’enseignant de défendre une note (ou non), son sentiment d’adéquation en tant qu’enseignant, sa conception du travail des élèves, ainsi que ses expériences professionnelles et personnelles en matière d’éducation — sans parler de sa personnalité — peuvent tous influencer la manière dont il choisit de noter le travail des élèves.

Les enseignants qui notent des normes moins élevées ont probablement plus de mal à enseigner. Ils ne veulent pas avoir à faire face à des plaintes. Dès lors ils donnent simplement la note espérée à l’élève, pour ne pas avoir à en entendre parler, ou ils se sentent coupables de ne pas l’avoir bien enseigné.


En conclusion


Accompagner et soutenir les enseignants dans l’établissement de normes de notations élevées est un facteur d’amélioration de l’apprentissage de leurs élèves.

Lorsque les enseignants permettent à des élèves de réussir en ne fournissant qu’un travail et un apprentissage indigents, personne ne leur pose de questions, et ils peuvent continuer comme avant.

Lorsque des enseignants donnent des notes plus réalistes, ils ont l’obligation d’assurer un suivi avec une rétroaction détaillée qui fournisse des pistes concrètes aux élèves. Tout ceci suppose plus de soutien aux élèves et un meilleur enseignement, donc plus de travail pour ces mêmes enseignants. Il faut donc pouvoir les soutenir dans de telles démarches

Le développement de normes de notation plus élevées passe par une amélioration des pratiques enseignantes à travers la formation continuée.

De même, la formation initiale a un rôle important à jouer, d’autant plus que les nouveaux enseignants ont tendance à avoir les normes les plus basses.

Il s’agit donc de souligner l’importance de maintenir des normes élevées chez les élèves.



Bibliographie


David N. Figlio and Maurice E. Lucas, “Do High Grading Standards Affect Student Performance?” Journal of Public Economics 88, no. 9–10 (2004): doi:1815–34, 10.1016/S0047-2727 (03)00039-2.

Seth Gershenson, Great expectations: the impact of rigorous grading practices on student achievement, 2020, Fordham Institute

0 comments:

Enregistrer un commentaire