lundi 30 septembre 2019

Donner du sens à son expertise d’enseignant grâce à la recherche en éducation !

Il n’y a pas de meilleure finalité au développement de l’expertise des enseignants que de rendre l’école plus démocratique. L’éducation fondée sur des données probantes a un rôle fondamental à jouer dans cette direction, en tant que source d’information précieuse et pertinente pour les enseignants.


(Photographie : Vladimir Seleznev)



La construction de l’expertise


On peut s’interroger sur ce qui caractérise un enseignant expert !

Le fait est qu’on peut très bien être un enseignant expérimenté et ne pas être un expert de l’enseignement. Sans apports extérieurs, sans formation continuée, sans l’acquisition de nouvelles connaissances de nouveaux savoir-faire, on ne peut éviter après quelques années en classe d’atteindre un palier et de cesser de progresser.

Un enseignant expert a une connaissance conceptuelle profonde :
  • De son sujet
  • De son aptitude pédagogique à s’adapter ses élèves.
Ces deux aspects doivent être nourris et entretenus. Il s’agit de ne pas réinventer la roue, mais plutôt emprunter à l’expertise d’autres pour enrichir la sienne dans un processus itératif.



L’apport des sciences cognitives


Il y a des connaissances utiles issues de la psychologie en général, des sciences cognitives en particulier et des sciences de l’éducation plus généralement, qui peuvent compléter celles que les enseignants ont acquises à travers leurs formations et leur expérience sur le terrain.

Elles sont susceptibles de contribuer grandement au développement de leur expertise, améliorer leur efficacité et donc la réussite de leurs élèves.

Il est important pour les enseignants de savoir comment se font les apprentissages dans le cerveau humain. C’est probablement la partie la plus importante dans la formation à l’enseignement.



Poser un regard réflexif sur les pratiques en classe


On part toujours à la recherche d’un idéal. Celui d’enseigner de la même manière conjointement à trente élèves, que ce que l’on peut offrir dans le cadre d’un tutorat individuel.

Lors d’un rapport un à un, on peut individualiser l’apprentissage, l’enseignement se calque au rythme de l'élève, accélère ou ralentit en fonction des difficultés rencontrées, adapte en direct l’étayage. Une des forces inconditionnelles d’un tutorat individuel est qu’on part des connaissances préalables et que l’on contrôle l’apprentissage aisément.

Si c’est de l’ordre de l’utopie, on peut toutefois essayer de s’en approcher. Là est tout l’enjeu de la recherche en éducation : approcher l’idéal de l’enseignement individuel par une combinaison intelligente de méthodes d’enseignement efficaces. Cela impose de chercher des solutions pratiques et réalistes, d’adopter des pratiques qui ont fait leurs preuves.



Garder un esprit critique et ouvert


Pour autant, il n'équivaut pas, si on met en place conjointement plusieurs pratiques, à additionner automatiquement leurs effets.

Cela nécessite aussi de démontrer expérimentalement ou de vérifier en contexte que la combinaison fonctionne mieux. Il se peut aussi que la combinaison fonctionne moins bien.

Un enseignement efficace n’est pas une collection hétéroclite de pratiques. Saupoudrer ses choix pédagogiques d’un peu de tout n’a que peu de chance d’aboutir à des bénéfices substantiels.




Une expertise proactive et informée


Enseigner c’est chercher à combiner les approches efficaces, c’est vérifier à notre échelle, avec l’a collaboration de collègues, si une pratique pédagogique aide et semble bien s’associer à d’autres que l’on pratique déjà.

L’enseignement explicite (taille d’effet de 0,60 - pour une info sur la taille d’effet, voit article) et l’enseignement réciproque (taille d’effet de 0,55) qui est un enseignement ou tutorat par les pairs dans le cadre duquel les élèves « s’enseignent » mutuellement en groupes de deux, sont particulièrement efficaces.  Le fait de travailler en petits groupes, comme le promeut l’apprentissage coopératif, est également efficace (taille de l’effet 0,47), car notamment il multiplie les interactions et rend les élèves plus actifs. Combiner les trois est susceptible de mener à des résultats impressionnants.

En s’appuyant sue son expertise et en posant des choix de pratiques pédagogiques informés par la recherche, un enseignant est susceptible d’obtenir un plus grand succès d’apprentissage chez ses élèves. Il peut ainsi, à son niveau, rendre l’école plus démocratique.


Bibliographie


Paul A. Kirschner, Luce Claessens & Steven Raaijmakers, Op de schouders van reuzen, Ten Brink Uitgevers, 2018, p 13-17

Yana Weinstein, Megan Sumeracki, Understand how we learn, David Fulton, 2019

0 comments:

Enregistrer un commentaire